Principal / Diagnostics

Diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde des articulations

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune récurrente des articulations. Cette pathologie se distingue des autres arthrites par le mécanisme de développement et la lésion symétrique des petites articulations des bras et des jambes. La polyarthrite rhumatoïde n'est pas aussi courante - environ 1% de la population et la plupart des patients sont des femmes d'âge moyen. Les enfants et les personnes âgées souffrent beaucoup moins souvent de cette maladie.

Causes de la maladie

Les causes fiables de cette pathologie ne sont pas encore connues. Par conséquent, les experts identifient uniquement les facteurs prédisposants qui conduisent probablement à l'agression de l'immunité contre ses propres tissus (cellules de la membrane synoviale et du cartilage articulaire).

Ces facteurs déclencheurs incluent:

  • Maladies infectieuses - grippe, virus de la rubéole, hépatite B, herpès, etc.
  • Déséquilibre hormonal.
  • Des gènes spécifiques qui sont détectés chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et qui sont hérités.
  • Mauvaise écologie.
  • Stress, fatigue chronique.

Symptômes de la polyarthrite rhumatoïde des articulations

Cette maladie est chronique, dans laquelle les signes de maladie apparaissent et disparaissent. La durée des intervalles "légers" chez différents patients est différente. Tout dépend de l'état du corps, de la présence de maladies concomitantes, de l'effet de facteurs provoquants et du traitement de la polyarthrite rhumatoïde reçus par le patient.

En début, c’est-à-dire la première attaque de la maladie, et chaque exacerbation subséquente commence par des symptômes très similaires à ceux d’une infection virale.

Ces symptômes de la polyarthrite rhumatoïde comprennent:

  • Douleur, douleur et raideur matinale dans les articulations.
  • La fièvre
  • Douleur musculaire
  • Faiblesse
  • Diminution de l'appétit.

Les articulations changent et sont gonflées à l'extérieur, la peau au-dessus d'eux devient chaude et rougie.

De plus, les personnes malades depuis longtemps maigrissent et ne peuvent pas travailler à fond. Tout cela est aggravé par des manifestations de dommages causés par le processus auto-immun d'autres organes. Les patients peuvent présenter des problèmes de reins et de cœur, divers symptômes cutanés (nodules rhumatoïdes, peau sèche, hémorragies mineures), une perte de vision.

Qu'est-ce qui se passe dans les articulations? L'agression de l'immunité contre les tissus articulaires entraîne leur inflammation, qui s'accompagne d'un gonflement de la membrane synoviale, de la formation de grandes quantités de liquide synovial enflammé et de lésions du cartilage. Au fil du temps, l’articulation se rétrécit considérablement, ce qui affecte le fonctionnement de toute l’articulation (elle devient inactive), des érosions apparaissent sur les surfaces articulaires des os, une ostéoporose sous-chondrale se développe (le tissu osseux situé sous le cartilage devient moins durable). Sans traitement adéquat de la polyarthrite rhumatoïde, tous ces changements pathologiques conduisent à une déformation et à une immobilisation complète de l'articulation. Que se passe-t-il dans d'autres organes? Étant donné que la polyarthrite rhumatoïde des articulations est une maladie auto-immune, non seulement les articulations, mais l’ensemble du corps peut également souffrir d’autoagression. C'est simplement expliqué - le système immunitaire produit des auto-anticorps non sélectivement, mais pour tout le tissu conjonctif. Par conséquent, une inflammation auto-immune spécifique peut également se développer dans les organes internes. Cependant, une telle évolution de la maladie est plus caractéristique des cas graves avancés de maladie, mais la polyarthrite rhumatoïde débute généralement par les symptômes articulaires.

Comment diagnostique-t-on la polyarthrite rhumatoïde?

Les patients présentant des symptômes de polyarthrite rhumatoïde nécessitent un examen approfondi, notamment:

  1. Interrogatoire patient, clarification des plaintes et anamnèse.
  2. Inspection. Il est important de consulter un médecin lors d'une exacerbation afin que le spécialiste puisse voir la véritable image de la maladie.
  3. Tests de laboratoire généraux indiquant la présence et l'activité du processus inflammatoire dans l'organisme - numération sanguine complète, tests des marqueurs de l'inflammation (fibrinogène, acide sialique, haptoglobine, CRP).
  4. Un test sanguin pour les marqueurs spécifiques de la polyarthrite rhumatoïde - facteur rhumatoïde, antitirulline et anticorps antinucléaires.
  5. Radiographie des articulations enflammées.
  6. Échographie.
  7. Arthroscopie avec biopsie.
  8. Analyse du liquide synovial.

Après l'examen, le rhumatologue évalue les résultats et détermine s'il existe parmi eux des signes liés aux critères nécessaires au diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde.

Signes d'une pathologie en développement:

  1. Matin et longue (plus de 1 heure) raideur articulaire.
  2. La symétrie des lésions des membres.
  3. Inflammation simultanée de trois et plus petites articulations.
  4. Puffiness des doigts et des poignets.
  5. Nodules rhumatoïdes.
  6. Facteur rhumatoïde dans le sang.
  7. Les signes spécifiques de la polyarthrite rhumatoïde sur une radiographie.

Pour poser un diagnostic, il est nécessaire qu'un patient ait au moins quatre critères positifs parmi les critères présentés, et les quatre premiers critères doivent durer au moins six semaines.

Procédures de traitement

Dans la période aiguë de la maladie, les patients sont prescrits:

  1. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  2. Corticostéroïdes.
  3. Anesthésie locale et traitement anti-inflammatoire, y compris les médicaments intra-articulaires.
  4. Physiothérapie - courants galvaniques, ultrasons, irradiation infrarouge, applications de l'ozocérite.

En rémission, le traitement de la polyarthrite rhumatoïde articulaire a pour objectif principal de stopper le développement du processus pathologique et de prévenir les exacerbations de la maladie. Pour ce faire, prescrire des médicaments cytotoxiques qui inhibent le système immunitaire (gold standard - Méthotrexate), des bloqueurs du facteur de nécrose tumorale, des médicaments enzymatiques - Wobenzym. Sont également illustrés les exercices thérapeutiques, les massages, la balnéothérapie (bains médicinaux aux eaux minérales).

Diagnostic de l'arthrite: examen clinique, méthodes de laboratoire et instrumentales

L'algorithme suivant est utilisé pour diagnostiquer l'arthrite:

  1. Examen clinique
  2. Méthodes de recherche en laboratoire.
  3. Méthodes de recherche instrumentales.

Examen clinique

Habituellement, pour un diagnostic correct et une clarification de l'étiologie de l'arthrite, la consultation d'un spécialiste étroit est nécessaire:

  • rhumatologue (pour exclure l'arthrite rhumatoïde et réactive),
  • traumatologue (pour exclure l'arthrite post-traumatique),
  • dermatologue (pour éliminer le psoriasis),
  • spécialiste des maladies infectieuses (pour exclure les maladies infectieuses pour lesquelles l'arthrite peut être compliquée - yersiniose, hépatite et autres),
  • Spécialiste de la tuberculose (pour exclure la tuberculose arthrite) et autres.

L'examen clinique avec un spécialiste commence par une conversation détaillée au cours de laquelle le médecin collecte:

  • antécédents de la maladie (demandes de renseignements sur les symptômes, la durée de la maladie, le lien entre les symptômes et l'exercice et d'autres caractéristiques de la maladie),
  • antécédents de vie (vérifie la présence de mauvaises habitudes, de maladies concomitantes, en particulier de mode de vie, de blessures et d'opérations antérieures),
  • antécédents familiaux (la présence ou l'absence d'une prédisposition à une pathologie particulière).

Suivant est une inspection directe, qui comprend:

  • détection de modifications externes dans l'articulation touchée (déformation, œdème, hyperémie);
  • identifier la douleur dans l'articulation (au repos, avec la palpation et avec le mouvement);
  • détermination de l'amplitude de mouvement dans l'articulation;
  • détermination du tonus musculaire;
  • étude de sensibilité.

Le spécialiste assigne ensuite les tests de laboratoire nécessaires pour confirmer le diagnostic.

Diagnostic de laboratoire de l'arthrite

  • Test sanguin général. Les modifications de la numération globulaire totale dépendent du type d'arthrite. Ils peuvent ne pas exister du tout ou ils peuvent être minimes (pendant la rémission dans l'arthrite chronique). La vitesse de sédimentation érythrocytaire aiguë est caractéristique de toute arthrite aiguë et chronique au stade aigu. Dans l’arthrite infectieuse liée à l’étiologie bactérienne, on observe également une augmentation du nombre de leucocytes et le passage à la formule «gauche». Si l'arthrite est allergique, le nombre d'éosinophiles peut alors augmenter.
  • Test sanguin biochimique:
  • violation du rapport entre les fractions de protéines - est observée dans de nombreux types d'arthrite et indique la présence d'un processus inflammatoire;
  • acide urique, séromukoïde - augmentation avec la goutte;
  • Acides sialiques - augmentation de la phase aiguë de l'inflammation, de la goutte;
  • fibrinogène - augmente dans la phase aiguë de l'inflammation.
  • Indicateurs immunologiques:
  • La protéine C-réactive est un indicateur non spécifique, indique un processus inflammatoire prononcé et augmente dans de nombreux types d'arthrite (réactive, rhumatoïde, infectieuse et autres);
  • facteur rhumatoïde - augmente avec la polyarthrite rhumatoïde;
  • anticorps antinucléaires (AHA) - peuvent augmenter dans les processus rhumatismaux, les maladies systémiques du tissu conjonctif (lupus érythémateux systémique, sclérodermie, etc.);
  • Les anticorps anti-ADN simple brin (anticorps anti-ADN) et anti-ADN double-brin (anticorps anti-ADN ss) sont un type d'ANA, augmenté dans la polyarthrite rhumatoïde et certaines autres maladies;
  • complexes immuns circulants - peuvent également augmenter avec la polyarthrite rhumatoïde;
  • Glycoprotéine acide α-1 - augmente dans la phase aiguë de l’inflammation (avec arthrite réactionnelle, rhumatoïde et quelques autres).
  • Autres études hautement spécialisées:
  • niveau du complément (augmente avec le lupus érythémateux systémique et les composants du complément C3 et C4 diminuent généralement avec la polyarthrite rhumatoïde);
  • le niveau d'immunoglobulines spécifiques;
  • anticorps spécifiques dirigés contre certains types d'infections (ils peuvent déclencher un processus auto-immunitaire);
  • Des études génétiques (analyse de l'antigène HLA-B 27) sont effectuées pour certains types d'arthrite réactive.

Méthodes de recherche instrumentales pour le diagnostic de l'arthrite

Envisagez diverses méthodes instrumentales pouvant être utilisées pour diagnostiquer l’arthrite.

Radiographie de l'articulation

C'est la méthode principale pour diagnostiquer l'arthrite des articulations. Il est indolore, non invasif et exerce une faible charge de radiation sur le corps (contrairement à la tomodensitométrie).

Il est généralement utilisé à plusieurs reprises, d'abord pour diagnostiquer l'arthrite, puis pour contrôler la dynamique du processus au cours du traitement.

La radiographie peut déterminer l'état des structures osseuses, de la cavité articulaire, mais ne permet pas de visualiser l'état des tissus mous (muscles, disques articulaires, ligaments). Elle révèle:

  • la présence de blessures traumatiques;
  • certaines modifications inflammatoires (par exemple, si le processus infectieux affecte le tissu osseux);
  • la croissance des os;
  • destruction et déformation des surfaces articulaires de l'os, présence de croissance de tissu osseux (ostéophytes);
  • la nature des modifications dans la cavité articulaire (son rétrécissement, la présence de corps étrangers dans celle-ci - fragments d'os, "souris articulaires" et autres).

La radiographie peut être réalisée en plusieurs projections:

Selon les indications, des images peuvent également être prises lors de tests fonctionnels (en flexion maximale et en extension dans l'articulation). Les tests fonctionnels sont généralement utilisés dans le diagnostic des lésions de la colonne vertébrale.

Habituellement, en plus de l'articulation touchée, la radiographie d'une articulation «saine» symétrique est effectuée simultanément (à des fins de comparaison).

Échographie de l'articulation

Fait référence aux méthodes d'assistance. Une densité osseuse supérieure ne permet pas toujours d'obtenir une image claire de la cavité articulaire. Par conséquent, l'échographie est généralement utilisée pour diagnostiquer l'arthrite des grosses articulations, situées superficiellement et facilement visualisables de tous les côtés à l'aide d'un capteur à ultrasons (genou, coude, articulations de l'épaule, moins souvent - articulation de la hanche et de la colonne vertébrale).

Tomographie

La tomodensitométrie permet d’examiner des coupes radiologiques de structures articulaires individuelles. De ce fait, l'image est représentée sous forme de coupes transversales et longitudinales. Contrairement aux rayons X conventionnels, il vous permet de visualiser l'état des tissus mous (mais pas aussi clairement qu'avec l'imagerie par résonance magnétique). Si la tomodensitométrie est utilisée pour diagnostiquer les maladies de la colonne vertébrale, elle est souvent utilisée conjointement avec la myélographie pour clarifier l'état des structures des tissus mous de la moelle épinière.

La méthode est très informative, mais implique une importante charge de rayons X. Elle est donc généralement utilisée uniquement dans des situations controversées pour clarifier le diagnostic et obtenir une image plus «claire» de la takni osseuse (ostéophytes, fragments dans la cavité articulaire).

En outre, la tomodensitométrie nécessite un coût financier élevé pour l’hôpital et / ou pour le patient (dans de nombreux centres de diagnostic, elle n’est effectuée que moyennant des frais).

Imagerie par résonance magnétique

Contrairement à la tomodensitométrie, elle est sans danger, étant donné que l'étude utilise des ondes électromagnétiques plutôt que des rayons X, de sorte qu'elle peut être utilisée de manière répétée chez le même patient. Donne une visualisation plus claire des structures osseuses et des tissus mous. Toutefois, le matériel nécessaire à cette étude est coûteux et tous les hôpitaux et tous les centres de diagnostic ne peuvent pas se permettre de l’acquérir et de le maintenir. Et très peu de patients seront en mesure de payer pour cette étude.

Dans certains types de lésions, l’imagerie par résonance magnétique est indispensable (par exemple, pour diagnostiquer les modifications des structures nerveuses, des muscles, des ligaments, des disques intervertébraux, etc.).

Selon les résultats de l'imagerie par résonance magnétique, une image est obtenue sous la forme d'une série de coupes transversales et longitudinales au format numérique.

Scintigraphie

Il s'agit d'une méthode de diagnostic radiologique basée sur l'introduction de 99cT radiopharmaceutiques dans le corps. Il est utilisé principalement en cas de suspicion de synovite et pour identifier les modifications pathologiques du tissu osseux. Après l’injection, le médicament s’accumule de manière sélective dans l’organe étudié, lequel est révélé sur une série d’images radiologiques.

S'il y a une inflammation active de la membrane synoviale, cela ressemble alors à une accumulation diffuse de 99 cT dans cette zone.

La méthode est plus sensible que la radiographie conventionnelle et permet de détecter des changements pathologiques à des stades plus précoces.

Arthroscopie

C'est une méthode invasive. Le plus souvent effectué pour le diagnostic de l'arthrite de l'articulation du genou, car il est grand, est disponible pour un examen complet et est pratique pour la ponction.

En cas d'arthroscopie de l'articulation du genou, la membrane synoviale, la face supérieure des ménisques, les ligaments croisés antérieur et postérieur et le cartilage articulaire sont disponibles pour l'inspection. La synovite se caractérise par un épaississement et une hyperhémie de la membrane synoviale, une perte de transparence des villosités et leur augmentation. Souvent, dans la cavité de l'articulation, on trouve des caillots de fibrine ou des détritus du cartilage lâches ou fixés sur la membrane synoviale.

Au cours de l'arthroscopie, il est possible de réaliser une biopsie des tissus affectés ou du liquide articulaire dans le but de procéder à des études morphologiques et bactériologiques ultérieures, ainsi qu'à l'administration intra-articulaire de médicaments.

Ponction articulaire

Procédure invasive. Il peut être réalisé à des fins médicales et diagnostiques.

Les indications de ponction sont:

  • obtenir du liquide synovial pour des études microscopiques et bactériologiques ultérieures afin de clarifier le diagnostic;
  • l'introduction de médicaments dans la cavité articulaire;
  • surveiller l'efficacité du traitement;
  • prélèvement de sang de la cavité articulaire après une blessure ou du pus au cours d'un processus infectieux.

Arthrographie

Arthrographie - Examen aux rayons X de l'articulation. Elle peut être réalisée en introduisant un gaz (oxygène, oxyde nitreux) dans la cavité articulaire - pneumoarthrographie ou agents de contraste radiographiques à l'iode hydrosoluble.

La méthode est utilisée pour clarifier l'état des tissus cartilagineux et des tissus mous (sacs articulaires, ligaments, ménisques) afin d'identifier leurs modifications pathologiques.

L’arthrite aiguë, ainsi que l’hypersensibilité aux préparations à base d’iode sont des contre-indications à cette technique.

Myélographie

Technique hautement spécialisée utilisée pour diagnostiquer les maladies de la colonne vertébrale, à savoir l’état des tissus mous (moelle épinière, racines nerveuses). Utilisé en conjonction avec la tomodensitométrie.

Elle est réalisée en introduisant une substance radio-opaque dans le canal rachidien.

Discographie de contraste

Identifie les changements pathologiques dans les disques intervertébraux en introduisant un agent de contraste dans le disque.

Electro spondylographie (ESG)

Utilisé pour évaluer l'état de la colonne vertébrale. Vous permet d'identifier les changements dans les premières étapes, le niveau de dommage, l'étape et est également utilisé pour surveiller le processus de traitement.

Diagnostic de l'arthrite des articulations

La rhumatologie est l’une des parties de la médecine consacrée à l’étude et au diagnostic des maladies rhumatismales. Cette catégorie comprend également les pathologies du groupe arthrite.

Arthrite - inflammation des articulations. Il provoque des douleurs et des douleurs aiguës non seulement dans les articulations, mais également dans tout le corps. L'infection, l'inflammation ou l'altération de l'immunité deviennent les principaux agents responsables de la pathologie dont non seulement les articulations sont touchées, mais également les organes des systèmes circulatoire et urinaire. Le groupe à risque principal comprend les personnes âgées de 55 ans, mais les jeunes et les enfants sont sensibles à la maladie. Cela dépend des raisons qui provoquent des changements importants dans les articulations. Par conséquent, dès les premiers symptômes, un diagnostic d'arthrite est nécessaire.

Quels sont les types d'arthrite

L'arthrite est de types différents, qui diffèrent par leurs symptômes, leur diagnostic et leur traitement. Les experts ont environ dix types d'arthrite:

  1. Arthrite purulente (infectieuse). Apparaît en raison du fait que le corps a commencé un processus inflammatoire, une nature infectieuse, qui peut être du premier et du deuxième degré. Le premier degré est caractérisé par l'apparition d'une plaie, le deuxième degré implique le développement d'une infection et son entrée dans le sang et d'autres tissus du corps. Par espèce, on distingue les bactéries: gonorrhée, gonocoque, tuberculose, dysenterie, chlamydia.
  2. La polyarthrite rhumatoïde. Un type d'arthrite associé à une pathologie auto-immune, qui affecte les tissus conjonctifs et les articulations, en les déstructurant complètement. Ce type d'arthrite progresse activement et le facteur rhumatoïde étend ses effets aux organes du système interne. L'action de la polyarthrite rhumatoïde affecte souvent tellement le corps que dans la plupart des cas, à tel point qu'une personne peut devenir invalide.
  3. Arthrite juvénile de nature rhumatoïde ou maladie de Still. Cette maladie se développe activement chez les adolescents et les enfants de moins de 15 ans. Le facteur rhumatoïde peut être provoqué, de manière chronique, et progresser activement. Si vous détectez la maladie dans des troupeaux ultérieurs, les organes internes peuvent être affectés à un point critique.
  4. Arthrite goutteuse. Si le processus inflammatoire commence, il y a maladie, car une quantité excessive d'acide urique apparaît dans le corps. L'acide urique affecte activement les articulations sans être excrété par le corps, et le sang ne le clive pas. Cet acide se cristallise et s'accumule dans les articulations, ce qui entraîne l'apparition d'inconfort et d'inconfort.
  5. Arthrose. C'est une maladie grave qui détruit complètement les tissus et les articulations. Au fil du temps, la maladie progresse, la pathologie au début du tissu cartilagineux est endommagée et des excroissances se forment sur le tissu osseux, ce qui provoque des sensations douloureuses. Une fois que les tissus se sont effondrés, il est impossible de les récupérer.
  6. Arthrite traumatique. Ce type d'arthrite est obtenu à la suite d'une blessure. Pendant longtemps, les dommages à l'articulation peuvent ne pas déranger, mais dans le même temps, la pathologie peut progresser. Dans certains cas, seulement après un certain temps, des poches peuvent apparaître et la douleur ne cesse pas. Pendant cette période, le facteur rhumatoïde est activé. Par conséquent, il est nécessaire d'être très prudent et, si la blessure est survenue, consultez un spécialiste afin d'éviter toute complication.
  7. Rhumatisme. Pathologie chronique, qui se développe dans les tissus conjonctifs et aggrave le travail du cœur. Les principales raisons du développement du processus inflammatoire sont encore inconnues.
  8. Arthrite psoriasique. La maladie apparaît dans le contexte du psoriasis et affecte toutes les parties du tissu osseux.
  9. Arthrite dystrophique. Apparaît en raison du fait que le corps décompose les processus métaboliques, en raison de l'hypothermie et d'un mode de vie médiocre.
  10. Arthrite gonococcique. En progressant à la suite d'une blennorragie, une substance liquide s'accumule dans les articulations. Si la maladie n'est pas détectée à temps, il en résultera une modification de l'articulation.

Pour chaque type, incluez différents groupes de personnes à risque de maladie:

En raison de l’arthrose, ce sont les personnes souffrant du dos et de la colonne vertébrale (enseignants, coiffeurs, employés de bureau) qui souffrent le plus. Les athlètes souffrent souvent d'articulations et de tissus des membres; cette catégorie comprend également les fumeurs actifs et les musiciens dont le poids corporel est faible.

Les hommes de plus de 50 ans, souffrant d'hypertension artérielle et appartenant à la catégorie de masse corporelle faible, souffrent le plus souvent d'arthrite de la goutte s'ils consomment de l'alcool et ont des problèmes de reins.

La polyarthrite rhumatoïde affecte les femmes qui ont acquis une pathologie de la mère.

L'arthrite infectieuse affecte les personnes infectées par le VIH, les personnes souffrant de gonorrhée chronique, de diabète et les patients atteints de néoplasmes malins et bénins.

Diagnostic de laboratoire de l'arthrite

La question se pose de savoir comment diagnostiquer l'arthrite. Les tests de laboratoire permettent d’obtenir la bonne réponse à la question de la détection de l’arthrite. Cependant, le diagnostic d'arthrite est un processus complexe et complexe. Par conséquent, il est important de procéder à un examen primaire et secondaire. Dès l'apparition des premiers symptômes de l'arthrite, il est nécessaire de consulter un traumatologue, un rhumatologue, un infectiologue, un spécialiste de la tuberculose et un dermatologue. Les experts mènent une enquête primaire et secondaire, qui comprend une conversation, des tests, puis un diagnostic et un traitement est prescrit. En outre, lors de l'examen, les tissus seront examinés et leur sensibilité et leur tonus musculaire seront vérifiés, après quoi les spécialistes enverront le patient à des tests de laboratoire, qui comprennent une numération sanguine complète et d'autres types pris sur ordonnance du médecin pour une analyse détaillée supplémentaire.

Pour identifier le nombre de globules rouges sédentaires, un test sanguin est effectué. Dans les cas où le degré de polyarthrite rhumatoïde est élevé, les tests seront en dehors de la norme. Le nombre d'indicateurs d'érythrocytes, de leucocytes et d'éosinophiles sera également augmenté.

L'analyse biochimique du sang aide à identifier la quantité d'acide urique dans le corps, due à la goutte ou au fibrogène. Si une analyse de sang révèle la présence de tels acides, cela signifie qu'il y a une infection aiguë dans le corps.

Une analyse du système immunitaire est utilisée pour établir un diagnostic précis de la polyarthrite rhumatoïde. Dans ce cas, les microorganismes antinucléaires et autres du système immunitaire provoquent des maladies des articulations.

Diagnostic instrumental de l'arthrite

Le diagnostic instrumental de l'arthrite implique plusieurs types de recherche:

  • Radiographie Les rayons X, l’un des moyens les plus élémentaires de vérifier l’état des articulations, permettent de déterminer s’il existe des processus inflammatoires dans les tissus osseux et de prévenir les maladies;
  • Échographie. Ce type de diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde est largement utilisé pour déterminer la maladie. En outre, une échographie est utilisée pour connaître l'état des articulations et des tissus, et un test sanguin est utilisé pour obtenir des informations supplémentaires sur l'état de la maladie.
  • Tomographie par ordinateur. Vous permet de diagnostiquer rapidement les types de polyarthrite rhumatoïde et de connaître le degré d'inflammation.
  • IRM L'imagerie par résonance magnétique est utilisée pour étudier en détail les tissus mous et osseux de la colonne vertébrale et de ses cellules nerveuses.
  • Arthroscopie Cette méthode endoscopique est conçue pour examiner l'état de la polyarthrite rhumatoïde et également pour déterminer s'il y a un excès de liquide dans le corps.
  • Arthrographie de contraste. Ce type est utilisé pour connaître l'état du cartilage et des tissus mous affectés. De plus, cette méthode est utilisée s’il n’ya pas de sensibilité excessive à l’iode.
  • Myélographie. Pour diagnostiquer la polyarthrite rhumatoïde, examiner l'état des vertèbres.

Caractéristiques du diagnostic de l'arthrite

Diverses méthodes sont utilisées pour diagnostiquer l'arthrite. Dans certains cas, une approche intégrée est utilisée pour établir un diagnostic précis et ne pas se tromper. Lorsqu'un patient a une suspicion de polyarthrite rhumatoïde dans le corps, il est nécessaire de recourir à des tests de laboratoire et de diagnostic instrumental, selon que le patient est allergique ou non à certains médicaments. Cependant, des tests de laboratoire sont nécessaires pour établir un diagnostic et commencer le traitement.

Le rôle du diagnostic opportun dans le pronostic de la maladie

Le diagnostic opportun de la maladie implique le traitement rapide et plus efficace de l'arthrite. Un diagnostic rapide implique de réduire la douleur, la maladie n'affectera plus le tissu osseux, les muscles retrouveront rapidement leur tonus.

Comment diagnostiquer l'arthrite - Articulations

Causes de la maladie

Cette maladie devient souvent une conséquence de tels facteurs:

  • usure des articulations, généralement chez les personnes âgées;
  • conséquence de blessures (fractures);
  • maladies auto-immunes ou infections avec infections virales ou bactériennes.

Les causes de l'arthrite peuvent être des maladies du système nerveux ou une insuffisance métabolique. Souvent, les causes du développement de la maladie sont même un manque de vitamines, une hypothermie ou la défaite de maladies infectieuses. De plus, les processus infectieux dans les articulations - près de cent pour cent garantissent le développement rapide de l'arthrite.

Les causes d'arthrite suivantes sont distinguées:

  • troubles métaboliques, comme avec la padagre;
  • maladies du système nerveux central et périphérique;
  • maladies infectieuses - brucellose, tuberculose, gonorrhée, dysenterie,
  • surpoids;
  • piqûres d'insectes - abeilles, guêpes;
  • composante génétique - hérédité, mutations géniques;
  • changements séniles dégénératifs - la majorité des cas ont atteint la barre des 65 ans;
  • hypothermie systématique;
  • perturbations endocriniennes;
  • accidents du travail, caractéristiques professionnelles du travail;
  • nutrition déséquilibrée;
  • blessures articulaires.

Toutes ces causes se résument à un facteur important qui conduit inévitablement à des processus inflammatoires impliquant les éléments articulaires: l'usure et la destruction ultérieure du cartilage de l'articulation.

Dès que les tissus cartilagineux protecteurs disparaissent de la surface des os articulés, ne produisant pratiquement aucun frottement entre les os adjacents, ils commencent à se frotter les uns contre les autres, car l'espace inter-articulaire s'est rétréci à une taille critique.

En conséquence, les surfaces du périoste et de la diaphyse ne résistent pas à des contraintes mécaniques excessives et sont détruites.

En même temps, le tissu osseux lui-même, ainsi que les tissus qui l’entourent, se gonflent et s’inflamment. Souvent, l'inflammation atteint même les couches superficielles de la peau qui rougit et devient chaude au toucher.

  • blessure au genou;
  • infections bactériennes ou virales;
  • intervention chirurgicale;
  • l'hérédité;
  • défauts congénitaux des articulations;
  • foyers d'infection chroniques.

Il existe des facteurs internes (endogènes) et externes (exogènes) qui sont en relation causale avec le développement de l'arthrite du genou. Les causes internes incluent les bactéries, certains virus et les allergènes. Causes externes - facteurs génétiques, déséquilibre des hormones sexuelles et caractéristiques du système immunitaire.

Raisons (principales) communes

Raisons supplémentaires

  • Chirurgie articulaire
  • âge avancé
  • accouchement
  • immunité affaiblie
  • vaccination
  • allergie
  • avortements répétés,
  • mauvaise nutrition,
  • situation écologique défavorable
  • manque de minéraux et de vitamines.

Causes de certains types d'arthrite

(si la table n'est pas complètement visible - faites-la défiler vers la droite)

Le développement de la polyarthrite rhumatoïde affecte l'échec du système immunitaire. Pour des raisons inconnues, des cellules spécifiques du système immunitaire commencent à «attaquer» leurs propres tissus articulaires.

Le résultat est une inflammation auto-immune qui survient avec la prolifération de tissus agressifs avec un développement semblable à une tumeur, ce qui entraîne la lésion des ligaments, des surfaces articulaires, du cartilage et des os.

Cela conduit au développement de fibrose, de sclérose en plaques, d'érosion, à la suite de - contractures, subluxations, rigidité persistante de l'articulation - ankylose.

Types d'arthrite

Vous devez savoir que les variétés de cette maladie sont nombreuses, certaines espèces sont très différentes:

  • la polyarthrite rhumatoïde;
  • la polyarthrite rhumatoïde juvénile;
  • arthrite septique.

Le diagnostic différentiel opportun de la polyarthrite rhumatoïde vous permet de traiter rapidement et avec moins de douleur un patient souffrant de cette maladie. Tout le monde sait qu’il s’agit d’une maladie chronique caractérisée non seulement par une inflammation des articulations et des tissus environnants, mais également par des lésions d’autres organes.

On ne sait pas exactement pourquoi et d'où provient cette maladie, mais le plus souvent, elle est détectée chez des personnes d'âge moyen. Et les femmes tombent plus souvent malades que les hommes.

Le diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde commence par demander au patient s'il a souvent mal aux poignets, aux doigts, aux genoux, aux pieds et aux chevilles. Initialement, la maladie se développe lentement, se rappelant parfois une légère raideur des mouvements, tout comme la fatigue.

Cependant, avec le temps, il devient possible d’observer une raideur matinale qui se transforme en douleur dans les bras et les jambes. Souvent, le diagnostic révèle que le patient a des douleurs à la poitrine lors d'une respiration profonde, une bouche et des yeux secs, des nodules sous la peau (signe certain d'une maladie grave), une insomnie et un inconfort au niveau des membres, des brûlures et des picotements.

Le problème de la polyarthrite rhumatoïde est que le diagnostic de cette maladie est extrêmement difficile. Dans certains cas, notamment aux premiers stades, les tests peuvent révéler des tests normaux et de santé à 100%.

Un test sanguin pour la protéine C-réactive ou un test du facteur rhumatoïde pour les anticorps anti-CCP est généralement utilisé.

En cours de route, il est possible d’analyser le liquide sinusoïdal sur les globules rouges et, bien sûr, l’IRM et les ultrasons.

Les tests collectés à partir de tels tests complexes aident le médecin à choisir la stratégie de traitement la plus compétente pour le patient, en tenant compte des caractéristiques de son corps.

La polyarthrite rhumatoïde nécessitera un traitement à vie, ainsi que ce médicament, un régime alimentaire et de l'exercice. Plus tôt vous commencez le traitement, plus grandes sont les chances d'un prompt rétablissement.

Selon la nature des changements qui se produisent, l’arthrite est divisée en:

  • inflammatoire, qui se caractérise par la présence d'une inflammation,
  • dégénératif, quand il y a d'abord une malnutrition du cartilage, une dystrophie, un changement dans l'apparence de l'articulation touchée, suivie de sa déformation.

L'arthrite est aiguë, subaiguë et chronique. Pour une lésion inflammatoire, l'évolution aiguë ou subaiguë est la plus caractéristique; pour l'évolution dégénérative-dystrophique, elle est chronique.

Processus inflammatoire aigu est: séreuse, séreuse-fibreuse, nature purulente.

L'inflammation la plus "inoffensive" avec la formation et l'accumulation de liquide séreux (clair) dans le sac synovial se produit avec la synovite - inflammation de la gaine de l'articulation.

Arthrite particulièrement grave - purulente. Dans ce cas, l'inflammation affecte, outre le sac articulaire, les tissus adjacents et du pus apparaît dans le fluide articulaire en raison de la reproduction active de microorganismes pathogènes. Le développement du processus purulent se heurte à la formation de phlegmon capsulaire (lorsque le processus purulent capture l’articulation entière).

L'arthrite chez les enfants

Bien que l'arthrite soit une maladie qui touche principalement les personnes de plus de 30 ans, même les enfants de moins d'un an (infectés par la mère lors de l'accouchement) et âgés de 3, 4 et 6 ans tombent également malades.

À cet âge, cette maladie présente des causes et des symptômes très variables, mais elle est caractérisée par un syndrome articulaire.

Les principales causes d'inflammation et de destruction des articulations des enfants:

Chez l'enfant, les symptômes de l'arthrite sont presque les mêmes que chez l'adulte:

  • douleur d'intensité variable;
  • rougeur de la peau;
  • fièvre
  • gonflement.

Des dommages aux articulations des pieds d'un enfant à l'âge de 2 ans peuvent entraîner une incapacité de bouger.

Dans le même temps, un quart des enfants présentant une apparence rhumatoïde restent handicapés à vie!

Afin de ne pas tomber dans la triste statistique, le Dr Komarovsky fait les recommandations suivantes:

  • veillez à suivre scrupuleusement toutes les recommandations du médecin traitant;
  • n'autorise pas l'automédication;
  • suivre la dynamique de la maladie.

Symptômes de l'arthrite

Il existe des signes cliniques caractéristiques de l'arthrite. Ceux-ci incluent, tout d’abord, le syndrome de la douleur. La douleur est différente selon le type de maladie, la nature.

En outre, la maladie se manifeste par:

  • mouvement limité de l'articulation touchée, son «blocage» dû au repos constant;
  • fièvre prolongée, états fébriles;
  • raideur le matin;
  • rougeur de la peau sur l'articulation touchée;
  • sons nets avec motilité articulaire;
  • difficultés dans l'application de l'effort physique - c'est-à-dire dans la faiblesse musculaire.

Mais ce n’est pas tout le tableau clinique, ce qui est possible avec les processus inflammatoires se produisant dans les articulations des os. Les patients, avec un diagnostic plus approfondi, identifient des changements systémiques pathologiques tels que:

  • troubles du système cardiovasculaire:
  • dommages aux reins et au foie.

Dans les cas avancés, l'arthrite menace même la vie du patient.

La dynamique et la nature spécifique de la manifestation de signes d'arthrite dépendent de son type, ainsi que des caractéristiques individuelles de la santé du patient.

La gravité des symptômes dépend du degré de progression de la maladie:

  1. le premier est symptomatique ou absent ou léger;
  2. le second est la douleur et l'enflure;
  3. le troisième - l'articulation est déjà nettement déformée, le syndrome douloureux est prononcé et permanent;
  4. quatrièmement, l'articulation est complètement détruite, la capacité fonctionnelle est perdue, les conséquences de cette étape sont complètement irréversibles.

Dans la polyarthrite rhumatoïde, il y a une légère fièvre, des palpitations, une perte d'appétit, des sueurs nocturnes et un malaise général.

Dans l'arthrite aiguë, les symptômes sont plus vifs. Des frissons, de la fièvre, de multiples articulations sont touchés à la fois.

  • mobilité limitée des articulations;
  • le crunch;
  • gonflement;
  • douleur pendant l'effort, disparaissant au repos;
  • douleur aiguë pendant le jour, la nuit - terne.

Diagnostics

Le diagnostic de l'arthrite cause des difficultés en raison de la similitude des symptômes avec d'autres maladies articulaires, ainsi que de la multiplicité des causes de l'arthrite.

Afin de poser le diagnostic le plus précis possible, une étude de l’état du patient est réalisée de manière intégrée.

Dans le même temps, le tableau clinique doit être analysé logiquement avec les données des études réalisées.

Premièrement, le médecin traitant collecte soigneusement les antécédents du patient et analyse les plaintes, notamment en prêtant attention aux éléments suivants:

  • l'heure d'apparition des premiers signes d'inflammation articulaire;
  • taux d'augmentation de la sévérité des symptômes de la maladie;
  • la présence de réactions allergiques, de processus infectieux, de blessures et leur relation avec l'inflammation de l'articulation;
  • présence de symptômes cliniques caractéristiques.

Afin de clarifier le diagnostic, le patient est envoyé à des études instrumentales spéciales:

  • radiographique (principale), nécessairement en deux projections;
  • imagerie par résonance magnétique calculée, - aux fins de la visualisation des tissus mal distingués en diffraction des rayons X, tels que les épiphyses de l'articulation et autres;
  • myélographie;
  • échographie.

En outre, des méthodes d'analyse de sang (générales et biochimiques) et d'urine sont prescrites pour identifier:

  • réactions inflammatoires internes (basées sur le fibrinogène détecté);
  • augmenter la concentration des acides sialique et urique;
  • anticorps anti-streptocoque hémolytique du groupe A.

Des méthodes de recherche telles que l'arthroscopie se sont très bien révélées, au cours desquelles l'articulation a été examinée et le liquide synovial prélevé dans le sac articulaire.

Important à savoir! Malgré la liste impressionnante de méthodes de diagnostic, aucune d’entre elles n’a une précision de cent pour cent!

L’installation d’un diagnostic précis repose sur une combinaison de manifestations cliniques, de données d’examens médicaux et de résultats de tests de laboratoire confirmant la présence d’arthrite (les données de diagnostic permettent également de déterminer le type, le stade et le degré d’activité du processus).

Lors de l'examen avec inspection visuelle et palpation des articulations gênantes, le médecin constate le gonflement, la rougeur de la peau, qui est chaude au toucher; lorsque la maladie est négligée, une déformation visible de l'articulation est notée.

Traitement de l'arthrite

Ici, vous devez comprendre que la maladie est principalement associée à un certain mode de vie, vous ne pouvez pas simplement acheter des pilules et tout décider, vous devez participer activement à votre rétablissement, et pour cela vous débarrasser de nombreuses mauvaises habitudes.

Presque toujours, le patient veut prendre une pilule et juste se débarrasser des sensations douloureuses, du moins rétablir le fonctionnement de ses membres. Mais le changement d'image de la vie habituelle implique souvent une éducation physique.

Les traitements à l'eau, les exercices du matin ou les promenades du soir prendront moins de votre temps et peuvent souvent devenir un très bon substitut pour un canapé et une télévision. Si vous souffrez déjà d'une arthrose, vous ne devez pas négliger les conseils d'un médecin.

Il suffit de commencer petit, de suivre ses recommandations et les exercices prescrits. De nombreux types d'arthrite peuvent être guéris avec une bonne combinaison de médicaments et d'exercices.

Souvent, ces exercices visent à renforcer les muscles. Il est nécessaire que vous compreniez clairement que le médecin n’est pas un entraîneur dans la salle de sport, il ne vous obligera pas à vous enregistrer et à effectuer des exercices très lourds.

Non, il donnera simplement plusieurs tâches d’endurance en mode léger, au cours desquelles le niveau d’efforts, le pouls est complètement contrôlé et aucun gain de masse musculaire. Ces charges visent principalement à stimuler et à améliorer la circulation sanguine, à renforcer et à raffermir les muscles.

En cas d’arthrite, il est souvent conseillé d’utiliser un massage et une physiothérapie appropriés (alternance de chaleur et de froid selon un schéma spécifique).

Le traitement approprié des articulations enflammées, comme pour un diagnostic fiable, nécessite une approche intégrée, utilisant plusieurs méthodes éprouvées.

De plus, pour un traitement adéquat, il est extrêmement important d’établir la cause des lésions articulaires (réactions immunitaires, bactéries, dépôts de sel, etc.), ainsi que le stade de la maladie.

Par exemple, si on calcule la numération sanguine complète de l’arthrite, on peut en conclure que l’arthrite:

  • aigu, avec une augmentation de l'ESR;
  • origine bactérienne, le nombre de leucocytes a augmenté;
  • allergique, - une augmentation du nombre d’éosinophiles.
  • Le traitement complet comprend plusieurs composants:
  • traitement médicamenteux (adapté à l'arthrite);
  • la chirurgie;
  • nourriture spéciale;
  • exercice;
  • remèdes populaires.

Important à savoir! Un traitement médicamenteux unique pour l'inflammation pathologique des articulations est totalement inadéquat!

Exercice

Il est recommandé à de nombreux patients de faire des exercices de gymnastique thérapeutique spécialement conçus à cet effet.

En l'exécutant sous la supervision de spécialistes, en prévenant l'apparition de douleur en cours, le patient devrait noter:

  • augmentation de la mobilité des articulations touchées;
  • renforcement du squelette musculo-squelettique.

Particulièrement recommandé aux patients pour la marche quotidienne, en position des genoux.

Médicaments contre l'arthrite

La gamme de médicaments utilisés pour le soulagement des symptômes et de leurs causes est très vaste.

Ainsi, si un patient ne présente pas d'autres manifestations de la maladie que la destruction de l'articulation, on lui prescrit des médicaments non stéroïdiens qui soulagent l'inflammation pendant de nombreuses années:

  • Diclofenac, - 100-150 milligrammes de dose quotidienne;
  • acide acétylsalicylique, jusqu'à trois milligrammes par jour;
  • Brufen - jusqu'à deux milligrammes.

De plus, en présence de lésions articulaires graves, de petites doses de corticostéroïdes sont injectées directement dans celui-ci:

  • Triamcinolone;
  • Prednisolone;
  • solution d'hydrocortisol, etc.

Il est recommandé d'utiliser des préparations à base de corticostéroïdes dans les cas extrêmes, en cas de douleur intense, d'inefficacité d'autres médicaments et de certains symptômes (par exemple, l'indication absolue est un état de forte fièvre).

Dans ce cas, le traitement hormonal doit être très court, afin que le corps puisse ultérieurement refuser en toute sécurité d'introduire artificiellement des hormones.

Si les médicaments ci-dessus ne freinent pas la progression de la maladie, ils ont recours à un long traitement avec des médicaments de base à action retardée, tels que:

  • D-pénicillamine, jusqu'à 750 milligrammes par jour;
  • Aurodioprol, - est administré une fois tous les sept jours;
  • Lévamisole, jusqu'à 150 milligrammes par jour;
  • Chloroquine - jusqu’à un quart de gramme de dose quotidienne.

Important à savoir! Tous les médicaments de base sont conçus pour une thérapie très longue qui dure des décennies.

Outre la pharmacothérapie classique, des préparations biologiques contenant, par exemple, des bactériophages ont été développées et sont utilisées avec succès dans le traitement de l'arthrite.

Traitement des remèdes populaires

Avant d'essayer des remèdes maison pour vous-même à la maison, les patients souffrant d'arthrite doivent consulter leur médecin.

Un phytotraitement de qualité présente de nombreux avantages:

  • manque relatif d'effets secondaires;
  • l'efficacité;
  • presque pas de contre-indications.
  • Pour faciliter l'utilisation de l'état:
  • pommes de terre crues râpées;
  • vinaigre de cidre de pomme;
  • purée de fleurs de renoncule;
  • décoction de fleurs de sureau, etc.

Si la maladie des articulations est diagnostiquée à un stade précoce, un traitement médicamenteux est prescrit. Dans chaque cas, c'est individuel. Avec l'arthrite, il est nécessaire de soulager l'inflammation. Appliquez des anti-inflammatoires contenant de l’acide acétylsalicylique et des hormones. Dans le processus infectieux ne peut pas faire sans antibiotiques.

Appliquez des crèmes, des pommades et des compresses pour éliminer la douleur et soulager l'enflure. Les agents topiques améliorent la circulation sanguine et réchauffent l'articulation. Si la douleur est très forte, le repos au lit, des analgésiques (injections ou comprimés) sont prescrits.

Le traitement de l'arthrose de la hanche aux premier et deuxième stades de la maladie implique l'utilisation de physiothérapie, d'analgésiques et d'anti-inflammatoires, compresses au dimexidum. Pour un traitement efficace, il est préférable d'utiliser une approche intégrée.

Tout type d'arthrite a plusieurs stades de développement. Pour chacune d’elles, certaines méthodes de traitement sont choisies: pour la première et la seconde, un traitement conservateur est suffisant, pour la troisième et en présence de complications, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Le tableau présente le schéma général de traitement de l'arthrite.

Les méthodes de traitement pour différents types d'arthrite sont très similaires, les différences ne sont que dans certaines nuances spécifiques, par exemple:

  • Avec une arthrite spécifique, la maladie sous-jacente est traitée (avec la tuberculose, l’accent est mis sur les médicaments antituberculeux).
  • Pour réduire l'activité de l'arthrite psoriasique, les méthodes ci-dessus complètent l'irradiation ultraviolette ou laser du sang, l'hémosorption. Et de la physiothérapie, la thérapie PUVA est efficace, combinant l’ingestion d’un médicament photosensibilisant spécial avec une irradiation externe avec des rayons ultraviolets à longues ondes.

Prévention de l'arthrite et de l'arthrose

Pour prévenir les maladies articulaires, vous devez:

  • essayez de maintenir le poids du corps dans la plage normale afin d'éliminer la charge sur les os et leurs articulations;
  • éviter le stress mécanique excessif sur le squelette musculo-squelettique, c'est-à-dire ne soulevez pas de poids, protégez le corps contre les blessures;
  • assurez-vous de faire de l'exercice régulièrement, en renforçant les muscles et les ligaments;
  • surveiller la position verticale correcte du corps;
  • suivre le régime, en évitant qu'il ne soit épuisé en minéraux, protéines et vitamines, et éliminer les aliments contenant du cholestérol;
  • réduire la consommation de glucides raffinés;
  • arrêter de fumer et d'abus d'alcool.

La meilleure mesure préventive consistera à surveiller régulièrement leur santé. Avec la détection précoce de l'arthrite, les chances de guérison seront beaucoup plus grandes que dans le traitement de ses formes avancées.

Les exercices modérés sont autorisés car ils contribuent à réduire le poids, renforcent le système musculaire, améliorent la circulation sanguine. Fitness utile, gymnastique articulaire, cours en piscine. En cas d'arthrite ou d'arthrose des articulations, les cours ne sont possibles qu'avec l'autorisation d'un médecin ou sous la supervision d'un formateur-instructeur.

Il est très important de bien manger. Il est nécessaire d'abandonner l'utilisation d'aliments gras et de viande rouge. Fruits de mer et poisson utiles, fruits, légumes. Renforcer les articulations et les os de bons produits contenant de la gélatine. Il est recommandé d'utiliser au moins deux litres d'eau par jour. L'alcool est interdit. Vous pouvez prendre des vitamines B, calcium.

  • Protection des articulations contre l'hypothermie.
  • Il est nécessaire de porter des chaussures à talons bas.
  • Conformité au mode du jour.
  • Élimination du stress.
  • En position assise, il est préférable de ne pas croiser les jambes.

Comment déterminer l'arthrite par analyse

Tests de polyarthrite rhumatoïde: ESR dans le sang (valeur indicatrice)

Pendant de nombreuses années à essayer de guérir les articulations?

Le responsable de l'Institut de traitement des articulations: «Vous serez étonné de la facilité avec laquelle on guérit les articulations en prenant chaque jour 147 roubles.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune de type chronique. En règle générale, une telle arthrite affecte:

  • les chevilles,
  • articulations des mains,
  • les genoux.

La polyarthrite rhumatoïde se forme de manière imperceptible pour une personne et se traduit par de nombreux symptômes vagues. Par conséquent, très souvent, même les médecins ayant une vaste expérience ne peuvent pas déterminer la maladie.

La polyarthrite rhumatoïde survient généralement chez les femmes après 30 ans. Les hommes en ont aussi marre, mais chez les femmes, ce type d'arthrite est cinq fois plus courant.

Pour le traitement des articulations, nos lecteurs utilisent avec succès Artrade. Vu la popularité de cet outil, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.
Lire la suite ici...

Malheureusement, la polyarthrite rhumatoïde est une maladie assez dangereuse qui affecte les personnes en âge de travailler.

Actuellement, l'étiologie de la maladie est inconnue. La médecine moderne ne peut pas exactement les raisons qui conduisent une personne en bonne santé à une inflammation de l'articulation. Mais on sait que la maladie provoque une défaillance du système immunitaire.

Le processus inflammatoire commence à cause de:

  1. stress constant constant
  2. les infections,
  3. blessures.

En outre, les statistiques montrent que 80% des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde possèdent des anticorps anti-virus Epstein-Barr.

La médecine se développe constamment et continuellement, mais il est encore impossible de guérir complètement ou d'empêcher la formation de polyarthrite rhumatoïde. La maladie ne se développe pas rapidement mais progresse constamment.

Une personne peut se sentir bien, mais son corps produit des anticorps qui n'attaquent pas le virus étranger ou l'allergène, mais son propre organisme.

La polyarthrite rhumatoïde est, en substance, un processus inflammatoire qui se produit dans les articulations et les membranes des articulations.

Les organes affectés se déforment lentement et ne peuvent pas fonctionner pleinement.

Symptômes de la polyarthrite rhumatoïde

La plupart des patients présentent les symptômes suivants:

  1. Arthrite des articulations de la main
  2. Raideur matinale des articulations, qui ne passe pas longtemps,
  3. Symétrie des foyers d'inflammation,
  4. Nodules rhumatoïdes - joints sous-cutanés spécifiques dans les coudes.

Veuillez noter que la présence d'au moins l'un des symptômes ci-dessus peut signaler l'apparition de la maladie. Dans les formes graves de polyarthrite rhumatoïde, non seulement les articulations sont déformées, mais également des organes tels que:

  • les poumons
  • système circulatoire
  • tissu conjonctif.

La liste des symptômes communs est une augmentation visible de la température (jusqu’à 38 C), ainsi que des troubles du sommeil et une diminution de l’appétit.

Mesures à prendre

La polyarthrite rhumatoïde ne disparaît pas. Si la maladie n'est pas traitée, elle altère gravement la qualité de vie dans son ensemble et, surtout, entraîne une perturbation importante du corps. Dans certains cas, cela peut être fatal.

Lorsque les premiers symptômes apparaissent, vous devez immédiatement consulter un rhumatologue. Il est strictement interdit de procéder à un autodiagnostic et à un traitement à domicile.

Seul un médecin qualifié pourra distinguer la polyarthrite rhumatoïde des doigts, par exemple, d'autres maladies similaires et de troubles temporaires.

Le rhumatologue écoutera attentivement les plaintes, effectuera une inspection visuelle et enverra les examens appropriés. L’étude de la polyarthrite rhumatoïde comprend:

  • numération globulaire totale,
  • test sanguin biochimique et immunologique,
  • arthroscopie
  • IRM des articulations
  • la fluoroscopie.

Dans certains cas, le médecin décide de la nomination d'une ponction du liquide articulaire.

Si la maladie est déjà à un stade avancé de développement, des médecins d'autres spécialités sont impliqués. Selon le type de lésion des organes internes, vous pouvez consulter:

  1. gastroentérologue,
  2. cardiologue
  3. pneumologue et autres médecins.

Tests de polyarthrite rhumatoïde

Pour la polyarthrite rhumatoïde, la numération globulaire complète montre:

  • faible taux d'hémoglobine, c'est-à-dire anémie modérée,
  • augmentation du niveau de cryoglobulines,
  • leucocytose directement proportionnelle à l'intensité de l'arthrite,
  • légère augmentation de l'ESR.

Le degré d'anémie dans la polyarthrite rhumatoïde confirmée est directement lié à la force du processus inflammatoire.

Lorsque se développe le syndrome de Felty, commence la neutropénie aiguë - une concentration réduite de neutrophiles, c’est-à-dire l’un des types de leucocytes. En outre, le syndrome de Felty est exprimé par une splénomégalie et une polyarthrite.

Dans la polyarthrite rhumatoïde, les paramètres sanguins biochimiques montrent la présence d'un facteur P ou d'un facteur rhumatoïde. Auparavant, il était supposé que ce facteur indiquait clairement la présence de processus auto-immuns et que le patient pouvait recevoir un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde en toute sécurité.

Cependant, il y a quelque temps, des scientifiques ont découvert que le facteur P pouvait être présent dans le sang de personnes en bonne santé, comme environ 5 à 6%. Dans le même temps, le facteur P n'est souvent pas détecté chez les patients arthritiques.

On peut donc en conclure que l’identification du facteur P n’est pas la raison la plus convaincante de décider si de l’arthrite est présente. Mais sur la base d’un test sanguin biochimique, vous pouvez déterminer le type de polyarthrite rhumatoïde: séronégatif ou séropositif. Le facteur P peut être déterminé de 6 à 8 semaines après le début de la maladie.

L'analyse biochimique du sang révèle notamment les indicateurs caractéristiques d'autres collagénoses:

  • augmentation des taux de fibrinogène et d'haptoglobine,
  • taux élevés de peptides et d’acides sialiques.

Dans la polyarthrite rhumatoïde, un test sanguin immunologique offre l’occasion de déterminer l’une des causes atypiques de l’inflammation, à savoir la protéine C-réactive.

S'il y a séromucoïde dans le sang, cela indique alors des processus inflammatoires pathologiques dans le corps. Mais sa présence n'est pas une preuve définitive de la polyarthrite rhumatoïde. Les symptômes suivants indiquent également une arthrite:

  1. augmentation de la peroxydation lipidique,
  2. activité antioxydante réduite
  3. réduction des glucosaminoglycanes.

Tests de polyarthrite rhumatoïde primaire et secondaire

En plus du test sanguin, une personne soupçonnée d'arthrite, une analyse d'urine est également prescrite. Si la maladie est présente, les médecins constateront un dysfonctionnement grave du système urinaire.

Dans de nombreux cas, un patient souffrant d'arthrite souffre d'amylose ou de lésions rénales néphrotiques. L'amyloïdose se forme plusieurs années après l'apparition de l'arthrite et agit comme une complication de la maladie sous-jacente.

La polyarthrite rhumatoïde est souvent accompagnée d'un dysfonctionnement caractéristique: l'insuffisance rénale.

Les médecins considèrent souvent qu'il est nécessaire de diagnostiquer le liquide synovial. Chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, ce liquide devient trouble et contient des leucocytes entiers et détruits (il y a environ 80% de neutrophiles). Les signes du processus inflammatoire montrent également une biopsie du liquide synovial.

L’indicateur le plus fiable, permettant de déterminer facilement la présence de polyarthrite rhumatoïde, est l’étude des anticorps anti-peptide citrulliné (ACCP). Grâce à cette méthode, la maladie peut être déterminée par pas moins de 80% des personnes.

Il convient de noter un autre aspect positif de cette étude, à savoir la possibilité de détecter la maladie chez des personnes présentant des indicateurs normaux du facteur rhumatoïde. Cette analyse est largement disponible en raison du diagnostic précis de la polyarthrite rhumatoïde.

La RSE est la vitesse de sédimentation des érythrocytes. Chez une personne en bonne santé, il se situe entre 5 et 12 mm / heure.

Dans la polyarthrite rhumatoïde, la RSE augmente et atteint 20 mm / heure. Le marqueur sur la VS indique une exacerbation grave ou aiguë de la polyarthrite rhumatoïde.

Les tests de la polyarthrite rhumatoïde déterminent:

  • les anticorps antinucléaires apparaissant dans les troubles progressifs du tissu conjonctif,
  • DR4 complexe d’histocompatibilité antigène - avec l’évolution de la dégénérescence articulaire,
  • Cellules LE - cellules présentes chez les personnes atteintes de lupus érythémateux,
  • corps antikératine.

Il est important de se rappeler que le diagnostic rapide est un gage de succès du traitement de la polyarthrite rhumatoïde.

La polyarthrite rhumatoïde selon les directives cliniques.

Selon les recommandations cliniques, la polyarthrite rhumatoïde est une pathologie auto-immune rhumatismale d'étiologie inconnue, qui se manifeste par une inflammation chronique des articulations osseuses et des lésions systémiques des systèmes et des organes. Le plus souvent, la maladie débute par la défaite d'une ou de plusieurs articulations avec une prédominance de syndrome douloureux d'intensité variable, de raideur et de symptômes d'intoxication courants.

Principes de base du diagnostic

Selon les recommandations cliniques, le diagnostic de l'arthrite doit être réalisé de manière exhaustive. Avant de poser un diagnostic, il est nécessaire d’analyser l’état général du patient, de prélever l’anamnèse, de réaliser des analyses de laboratoire et des analyses instrumentales, de renvoyer le patient à une consultation de spécialistes restreints (si nécessaire). Pour poser un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde, vous devez répondre aux critères de base:

  • La présence d'au moins une articulation présentant des signes d'inflammation lors de l'examen physique.
  • Exclusion d'autres pathologies des articulations osseuses (sur la base d'analyses et d'autres signes).
  • Selon les recommandations cliniques, sur la base d'une classification spéciale, attribuer au moins 6 points (les points sont basés sur le tableau clinique, la gravité du processus et les sentiments subjectifs du patient).

En règle générale, sur la base des recommandations cliniques, le diagnostic de la maladie comprend les étapes suivantes:

  1. Examen physique: collecte d'anamnèse de liquide, antécédents de la maladie, examen de la peau et des muqueuses, examen des systèmes cardiovasculaire, respiratoire et digestif.
  2. Données de laboratoire (UAC: augmentation du nombre de leucocytes, ESR pendant la période d'exacerbation de la maladie, analyse b / x: présence de facteur rhumatoïde, CRP, augmentation de l'acide sialique, séromukoïde). Au stade avancé de la polyarthrite rhumatoïde, d'autres indicateurs sont possibles: CK, ALT, AST, urée, créatinine, etc.
  3. Les examens instrumentaux comprennent les rayons X des articulations, le diagnostic par ultrasons. Un procédé supplémentaire peut inclure une imagerie par résonance magnétique de l'articulation requise.

Le diagnostic obligatoire du processus pathologique, conformément aux directives cliniques, comprend des radiographies de contrôle des pieds et des mains. Cette méthode est appliquée à la fois au stade initial de la maladie et aux patients chroniques chaque année afin de surveiller de manière dynamique l'évolution du processus pathologique. Les signes typiques de lésions rhumatoïdes sont les suivants: rétrécissement de l'interligne articulaire, signes d'ostéoporose, perte osseuse, etc. L'IRM est la méthode la plus sensible et la plus révélatrice en rhumatologie. Sur la base de cela, nous pouvons dire à propos du stade, de la négligence du processus, de la présence d'érosion, de contractures, etc. Le plus souvent, une échographie des mains ou des pieds et une échographie des grosses articulations sont réalisées. Cette méthode donne des informations sur la présence de fluide et d'inflammation dans le sac articulaire, l'état des articulations et la présence de formations supplémentaires sur celles-ci.

L’application des méthodes de diagnostic ci-dessus, conformément aux recommandations cliniques, fournit des informations précieuses sur le degré et le stade, ainsi que sur l’exacerbation du processus. Grâce à des méthodes supplémentaires, même les signes les plus initiaux de la maladie peuvent être identifiés. Sur la base des données obtenues, un rhumatologue diagnostique la maladie et prescrit un traitement spécifique. Donnons un exemple de formulation correcte du diagnostic (données issues des directives cliniques):

Polyarthrite rhumatoïde séropositive (M05.8), stade précoce, activité II, non érosif (stade radiographique I), sans manifestations systémiques, ACCP (+), FC II.