Principal / Poignet

Nécrose aseptique de la tête fémorale: causes, symptômes, traitement

Le squelette humain est constitué d'os et d'articulations fournis par les artères et les veines. Un dysfonctionnement du flux sanguin périphérique provoque une nécrose, c'est-à-dire la mort des tissus, ce qui entraîne de graves problèmes de santé, notamment d'invalidité. Le risque de nécrose est plus élevé chez les éléments du système squelettique alimentés en sang par un système à un seul vaisseau. Par exemple, au niveau de la tête fémorale de l'articulation de la hanche, la perturbation de l'irrigation sanguine provoque une nécrose aseptique de l'articulation de la hanche, appelée nécrose avasculaire, qui nécessite un traitement le plus tôt possible.

Description de la pathologie

Important à savoir! Les médecins sont sous le choc: «Il existe un remède efficace et abordable pour les douleurs articulaires.» Pour en savoir plus.

La nécrose fait référence aux changements dégénératifs-dystrophiques complexes, y compris la mort du tissu de la tête du fémur dans les zones où le fardeau le plus lourd repose sur l'articulation de la hanche.

Diagnostiqué plus souvent chez les hommes adultes, jusqu'à 45 ans. La maladie progresse rapidement et peut entraîner une invalidité et une invalidité en raison d'un dysfonctionnement de l'articulation de la hanche. Par conséquent, il est important de diagnostiquer et de traiter la pathologie aux premiers stades de développement.

Dans l'enfance, la nécrose de l'articulation de la hanche est appelée maladie de Legg-Calve-Perthes, l'étiologie n'est pas complètement clarifiée.

Causes anatomiques

L'articulation de la hanche est la plus grande du système squelettique. Elle comprend l'acétabulum de l'os pelvien et la tête fémorale. La surface de l'articulation est recouverte de cartilage hyalin, permettant un glissement et un amortissement des articulations lors des mouvements. La tête fémorale a une structure de type chambre fermée, son sang est fourni par trois petites artères, le débit sanguin collatéral dans cette zone est sous-développé, ce qui conduit à une ischémie et à une nécrose du tissu osseux de l'articulation, si pour une raison quelconque le sang cesse de couler. Ensuite, le revêtement cartilagineux des surfaces articulaires est détruit, une arthrose secondaire se déformant se produit.

Pourquoi l'approvisionnement en sang est perturbé

L'étiologie de la nécrose aseptique de la tête fémorale recouvre plusieurs causes:

  • thrombose des veines et des artères;
  • vasospasme prolongé;
  • stase veineuse du sang;
  • hémocoagulation accrue;
  • traumatisme menant à la torsion et à la compression de l'artère d'approvisionnement.

L'étiologie avasculaire conduit à:

  1. Troubles circulatoires, dus à l'apparition d'une ischémie et d'une ostéonécrose de l'articulation de la hanche.
  2. Troubles circulatoires affectant négativement la nutrition du cartilage, qui devient inélastique et cesse de protéger la tête de l'os du stress. La conséquence est une lésion de la structure osseuse et la survenue d'une nécrose.

Il existe une version selon laquelle l'articulation de la hanche devient «surchargée de travail» avec le temps, les récepteurs nerveux envoyant des impulsions de surcharge aux zones correspondantes du système nerveux central. La réponse inverse entraîne un spasme vasculaire, une réduction du débit sanguin veineux, ce qui entraîne des problèmes de processus métaboliques et une accumulation de produits de décomposition dans les tissus. La structure des os change, perd ses caractéristiques physico-chimiques et commence à se décomposer.

Selon cette théorie, les personnes qui exercent certaines professions, entraînant un stress accru sur l'articulation, ainsi que d'autres pathologies du squelette, telles que l'ostéochondrose, la dysplasie de la hanche et d'autres, sont prédisposées à l'apparition d'une nécrose de l'articulation de la hanche. L'excès de poids est également un facteur de risque.

Troubles d'échange et conditions chroniques:

Les maladies suivantes sont des causes courantes de nécrose de la tête fémorale:

  • l'alcoolisme;
  • les maladies avec l'utilisation à long terme de corticostéroïdes;
  • ostéomyélite de l'articulation de la hanche;
  • ecchymoses, fractures, luxation de la hanche;
  • pancréatite au stade de la chronicité;
  • troubles sanguins;
  • fortes doses de rayonnement;
  • maladie des caissons.

Il existe des preuves que la nécrose avasculaire de la tête fémorale se produit avec une prédisposition génétique qui détermine l'âge, les facteurs de genre, les caractéristiques métaboliques et affecte la survenue d'une pathologie.

Chaque raison n'est pas considérée comme la principale: une combinaison de facteurs de causalité influence l'apparition de la nécrose.

Les symptômes

Les symptômes varient à chaque stade de la maladie.

  • La période initiale est déterminée par l'apparition de douleurs aiguës et soudaines, localisées dans la région de l'articulation de la hanche, avec propagation dans l'aine, le genou, le bas du dos et le sacrum. La douleur ne permet pas au patient de marcher ou de s'asseoir normalement pendant plusieurs jours. L'amélioration survient après un certain temps, mais la douleur persiste pendant l'exercice et disparaît au repos. Peu à peu, la douleur devient plus intense et ses crises durent plus longtemps, elle commence à s’agiter la nuit, mais la mobilité de l’articulation reste normale. Le patient n'est pas boiteux, le poids sur les jambes est réparti également, il peut y avoir une légère atrophie des muscles.
  • Période de fracture d'impression. Les symptômes incluent une douleur intense permanente dans l'articulation, lors des mouvements et au repos. Joindre des troubles vasculaires. L'atrophie musculaire se fait sentir: la jambe semble plus fine, avec une circonférence de 3 à 4 cm de moins qu'une jambe saine. Le mouvement de l'articulation est limité et la boiterie apparaît. La clinique se développe dans les six mois.
  • La période d'arthrose secondaire. Destruction osseuse observée, suivie d'une déformation de la tête osseuse. Des plaintes de douleur intense associées à une limitation significative des mouvements, parfois un raccourcissement de la jambe, sont perceptibles. Il y a une boiterie nette, il est difficile pour le patient de démarrer le mouvement, il essaie de s'appuyer sur quelque chose en marchant.
  • Destruction sévère de la tête fémorale en raison de l'absence de mesures thérapeutiques, 8 à 10 mois après les premières manifestations de la maladie. La douleur ne s'arrête pas, est localisée dans l'articulation de la hanche, du genou, rend. Une atrophie des muscles fessiers et fessiers est perceptible. La jambe est raccourcie, dans les cas graves s'allonge. Mouvement absent.

Méthodes de diagnostic

Même les problèmes "négligés" avec les articulations peuvent être guéries à la maison! N'oubliez pas de l'étaler une fois par jour.

La pathologie est détectée sur la base de l'histoire:

  1. Plaintes aux symptômes.
  2. Histoire de cas.
  3. Maladies chroniques.
  4. Risques professionnels.
  5. Données de l'examen physique: examen, palpation, flexion du membre, spécification de l'angle de la sonde.
  6. Données d'études de laboratoire et instrumentales.
  • Dans la période initiale de la maladie est rarement utilisé en raison de la faible teneur en informations. La nécrose sur la radiographie ressemble à des îlots locaux de raréfaction ou de compactage du tissu osseux.
  • La période d'une fracture d'empreinte est déterminée aux rayons X à partir de la déformation apparente de la tête fémorale. Il est aplati ou déformé par paliers en raison de la compression et de l'effondrement des îlots atteints de nécrose. L'espace articulaire élargi est également déterminé visuellement.
  • L'arthrose secondaire est diagnostiquée le long des contours irréguliers de la tête fémorale - elle est détruite et les excroissances ostéophytes sont visibles.
  • Dans les situations avancées, outre les modifications ci-dessus, une forme modifiée de l'articulation de la hanche se joint aux images.

IRM et CT. Les priorités dans la première phase du développement de la maladie révèlent presque toujours la pathologie.

Balayage radio-isotopique. L'os, normal et modifié en raison d'une nécrose, absorbe le médicament radioactif de différentes manières, ce qui permet de voir les zones touchées de l'image.

Traitement

Le traitement de la nécrose de l'articulation de la hanche est choisi en tenant compte de la période de développement de la maladie et de la gravité des symptômes.

Le traitement conservateur comprend les rendez-vous chez le médecin, la thérapie physique, la physiothérapie, le régime orthopédique et les massages.

Objectifs de la thérapie conservatrice:

  1. Prévenir ou arrêter la progression.
  2. Suppression des symptômes de la douleur.
  3. Entretien et élimination des dysfonctionnements de la hanche.
  • Anti-inflammatoire non stéroïdien: diclofénac, piroxicam, indométhacine et autres. Soulager la douleur, éliminer les spasmes musculaires, contribuer à l'amélioration des mouvements. Une efficacité élevée est observée au cours des six premiers mois de la maladie.
  • Vasodilatateurs: trental, theonicor. Ils améliorent la circulation sanguine, éliminent la congestion et réduisent les symptômes de douleur. Attribuer dans les six premiers mois de la maladie.
  • Régénération stimulante: Oxidevit, calcium D3, natekal D L'ingrédient actif est le calcium et la vitamine D. Ils créent un dépôt de calcium dans les tissus.
  • Calcitonines: alostine, sibacalcine, miacalcique. Stimuler la formation de nouveaux tissus et éliminer les symptômes de la douleur osseuse.
  • Chondroprotecteurs: glucosamine, sulfate de chondroïtine. Ils régénèrent le cartilage, fonctionnent bien dans les cas avancés.

Education physique et massage

Une composante importante du traitement conservateur, qui affecte son efficacité pour enrayer la progression de la maladie. On assigne au patient des exercices qui renforcent l'appareil musculo-ligamenteux, sans pression sur la tête de la cuisse et sans flexion / extension active. Un ensemble d'exercices doit être convenu avec le médecin.

Le massage améliore la circulation sanguine musculaire. Il est nécessaire de le faire sans forte pression, avec un bon spécialiste.

Dans le traitement de la nécrose de l'articulation de la hanche, il est important d'observer le schéma orthopédique. Il est déconseillé d'exclure le mouvement et de passer complètement à la béquille, afin d'éviter l'atrophie musculaire, l'apparition d'un syndrome douloureux permanent et la perte de capacité de mouvement, pouvant entraîner une invalidité.

Pour faciliter l'évolution de la maladie, il est recommandé:

  • marchez à un rythme moyen, jusqu'à 20 minutes, montez les escaliers;
  • nager;
  • s'engager sur un vélo stationnaire, ou faire du vélo;
  • utiliser une canne en marchant, au début de la maladie;
  • réduire l'excès de poids.

Les charges électriques, la levée de poids, la course et les sauts sont exclus.

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical est prescrit avec un léger effet de traitement conservateur. Au début de la maladie, l'opération permet de rétablir la circulation sanguine dans l'articulation de la hanche et d'éliminer la stagnation. De plus, les manipulations chirurgicales impliquent un changement de la position de la tête fémorale afin d’éliminer la charge qui s’exerce sur elle, d’améliorer la circulation sanguine et de réduire la pression intra-osseuse, ainsi que d’accroître la résistance après la nécrose.

Dans les situations négligées, la possibilité de remplacer une articulation endommagée par une prothèse en titane est envisagée.

Types de traitement chirurgical:

  1. Méthode de décompression: des canaux minces sont percés dans la tête de la cuisse, à travers son cou, jusqu'à la zone où l'irrigation sanguine est interrompue. De nouvelles artères et veines se développent dans les canaux, la circulation sanguine s'améliore, la pression intra-osseuse diminue, les phénomènes de douleur diminuent.
  2. La transplantation d'une section du péroné, qui est transplantée dans la région de la tête fémorale sur le pédicule vasculaire, fournit un apport sanguin supplémentaire, renforce le tissu osseux, empêchant toute déformation ultérieure.
  3. Prothèse de hanche Cela implique de remplacer l'articulation touchée par une contrepartie artificielle. Une broche en titane ou en zirconium avec une tête artificielle est fixée dans la cavité osseuse. Simultanément, la partie où est placé le lit pour la tête de l'articulation est exploitée. L'opération rend la mobilité articulaire.

Pour le traitement et la prévention des maladies des articulations et de la colonne vertébrale, nos lecteurs utilisent la méthode de traitement rapide et non chirurgicale recommandée par les rhumatologues réputés de Russie, qui ont décidé de s’exprimer contre le chaos pharmaceutique et ont présenté un médicament qui TRAITAIT VRAIMENT! Nous nous sommes familiarisés avec cette technique et avons décidé de l’offrir à votre attention. Lire la suite

Le traitement de la pathologie chez un enfant repose sur les mêmes principes que chez l'adulte.

Si la nécrose aseptique de l'articulation de la hanche commence à guérir rapidement et correctement, selon toutes les indications et recommandations, alors le pronostic après le traitement est bon: l'état s'améliore ou se stabilise sans progression.

Comment oublier les douleurs articulaires?

  • Les douleurs articulaires limitent vos mouvements et votre vie pleine
  • Vous vous inquiétez de la gêne, du resserrement et de la douleur systématique...
  • Peut-être avez-vous essayé un tas de médicaments, de crèmes et de pommades...
  • Mais à en juger par le fait que vous lisiez ces lignes - elles ne vous ont pas beaucoup aidé...

Mais l'orthopédiste Valentin Dikul affirme qu'il existe un remède vraiment efficace contre les douleurs articulaires! En savoir plus >>>

Nécrose aseptique de la tête fémorale

Nécrose aseptique de la tête fémorale - nécrose des zones de la moelle osseuse de la tête fémorale avec développement d'ostéoporose locale et d'ostéonécrose dues à des troubles circulatoires. Manifesté par une douleur croissante, une restriction des mouvements, un dysfonctionnement de l'articulation de la hanche. Peut causer une invalidité du patient. Diagnostiqué sur la base des plaintes, des données d'examen objectif, des résultats de la radiographie, du scanner, de l'IRM et de la scintigraphie. Au cours du traitement, on utilise la thérapie médicale, la physiothérapie, la thérapie par l'exercice, les mesures orthopédiques, l'ostéotomie corrective. Avec une destruction importante de la tête est une endoprothèse.

Nécrose aseptique de la tête fémorale

La nécrose aseptique de la tête fémorale chez des patients adultes a été décrite pour la première fois comme une maladie indépendante à la fin des années 30 du siècle dernier. Certains chercheurs ont tenté d'associer cette pathologie à la maladie de Perthes chez les enfants, mais il a été constaté par la suite que, dans la nécrose infantile beaucoup plus favorable, la maladie se termine souvent par une restauration complète des structures endommagées, alors que chez l'adulte un tel résultat n'est pas typique. La maladie est plus souvent dépistée à l’âge de 25 à 40 ans, elle est bilatérale dans la moitié des cas. Chez 15% des patients, on retrouve une lésion aseptique similaire d'autres épiphyses des longs os tubulaires (tête de l'épaule, condyles fémoraux). La proportion d'hommes et de femmes est d'environ 8: 1.

Raisons

Cette pathologie est considérée comme une maladie polyétiologique. La cause immédiate de la destruction de la tête fémorale est l’ischémie tissulaire locale. La thrombose dans les pathologies vasculaires et les maladies systémiques du sang, la compression des vaisseaux lors du déplacement des structures osseuses, l'augmentation de la pression intra-osseuse, la formation d'épanchements sur le fond de lésions et de maladies dégénératives dystrophiques peuvent entraîner la cessation de la circulation sanguine locale. Un facteur déclenchant courant de la destruction aseptique des os est la prise de substances à effet cytotoxique et de certains médicaments.

Selon les scientifiques, l’alcoolisme et l’usage prolongé de glucocorticoïdes sont à l’origine de 65% des ONHH. La proportion de nécroses apparues pour des raisons inconnues (idiopathiques) va de 15 à 20%. Les autres cas sont associés à des maladies du tissu conjonctif, à une insuffisance rénale et hépatique chronique, à des maladies du système hématopoïétique, à une greffe d'organe, à un syndrome de décompression, à l'athérosclérose et à d'autres pathologies vasculaires, à une irradiation, à des lésions oncologiques, à une chimiothérapie, à une pancréatite, au syndrome de Kushing, à un traitement allergique, à un traitement intoxication chronique.

Pathogenèse

Le déclencheur du développement de la maladie est une détérioration significative ou un arrêt complet de la circulation sanguine locale, entraînant la mort du tissu de la moelle osseuse. Un œdème de nécrose se forme autour de la zone. Le processus de récupération commence cependant, en raison des perturbations continues du flux sanguin causées par la parésie ou le spasme de petits vaisseaux, la stagnation locale et l’agrégation des composants sanguins cellulaires, la réparation est inefficace. La région de la mort ne diminue pas, mais s'étend aux régions voisines. En raison d'un œdème, d'une inflammation aseptique, d'une dilatation des vaisseaux sanguins et d'une stase veineuse, la pression intra-osseuse augmente, ce qui aggrave encore les troubles existants.

Les parties sous-chondrales de la tête sont impliquées dans le processus, une zone d'ostéoporose est formée, puis une zone d'ostéonécrose est formée. La diminution de la résistance mécanique de l'os devient la cause des microfractures d'empreinte, ce qui entraîne à son tour une diminution supplémentaire de la résistance du tissu osseux. En raison de la malnutrition et du manque de soutien adéquat pour la structure osseuse, le cartilage hyalin est rapidement détruit et remplacé par du tissu fibreux. L’évolution ultérieure de la maladie dépend en grande partie de la localisation de la zone touchée. Avec l'implication de la zone externe supérieure, qui représente la charge la plus importante, le processus continue généralement de progresser, se termine par l'effondrement de la tête et la coxarthrose sévère à développement rapide. Avec une nécrose des sites médians avec moins de stress, dans certains cas, une récupération spontanée est observée.

Classification

La plus rationnelle d’un point de vue pratique est considérée comme la classification de l’ONHA, en tenant compte du stade de développement de la pathologie. Cette approche nous permet de clarifier le pronostic, de choisir la tactique médicale optimale, de déterminer le besoin et le type d’intervention chirurgicale. La nécrose osseuse aseptique étant un processus dynamique dépourvu d'un moment de transition clairement défini, les spécialistes de la traumatologie et de l'orthopédie ont mis au point plusieurs options pour systématiser la maladie, dont 3 à 7 étapes. En Russie, la classification en cinq étapes proposée par S. A. Reinberg et basée sur les caractéristiques de l'image radiographique est habituellement utilisée:

  • Étape 1 (Dorhengen). Il se caractérise par l'absence de changements radiologiques. Peut être asymptomatique ou accompagné de douleur, d'atrophie musculaire et de restriction de mouvement. Les résultats des études histologiques indiquent la présence de modifications nécrotiques locales dans la moelle osseuse et la substance spongieuse.
  • Stade 2 (fractures d’impression). La radiographie révélait un assombrissement homogène, l’absence de structure structurelle dans la zone touchée, des phoques locaux et une diminution de la hauteur de la tête, ainsi que l’agrandissement de l’interligne articulaire. Un grand nombre de microfractures est détecté.
  • Étape 3 (séquestration). La tête devient encore plus plate, elle perd ses contours normaux, l'interligne articulaire continue à se dilater. Les images représentent des fragments d'os individuels de différentes tailles et formes qui n'ont pas une structure normale. L'épaississement et le raccourcissement du col du fémur sont déterminés.
  • Étape 4 (réparations). La matière osseuse fragmentée disparaît. La tête du fémur est normalement profilée, mais sa structure n'a pas encore été restaurée. On voit parfois dans la substance osseuse des foyers d'illumination kystiques.
  • Stade 5 (arthrose déformante). La structure osseuse est restaurée, la déformation de la tête, qui s'est produite aux stades 2 et 3, est préservée. La tête est plate, étendue, ne correspond pas à la forme de la cavité articulaire. Les ostéophytes sont visibles à sa surface, les cavités kystiques formées sur le fond des processus dystrophiques sont révélées dans les os.

Les symptômes

Le tableau clinique de la maladie peut se former progressivement ou se développer soudainement, car la nécrose bilatérale se caractérise par une progression plus rapide des symptômes par rapport à une face. La première manifestation est la douleur dans la région de l'aine, moins souvent - le fémur ou la région lombo-sacrée, non accompagnée d'oedème, d'hyperthermie locale ou générale. Tout d'abord, le syndrome douloureux survient périodiquement, puis il devient permanent, sa gravité augmente. La nuit 3, des douleurs nocturnes sont possibles. Parfois, l'intensité de la douleur est telle que les patients, pendant quelques jours, perdent complètement la capacité de soutenir et de marcher. Après une augmentation à court terme des symptômes, ceux-ci diminuent et les patients retrouvent leur mode de travail habituel.

Les troubles du mouvement sont exacerbés sur plusieurs mois ou années. Initialement, le volume de rotation est réduit, l'avance est limitée. Par la suite, l'amplitude des mouvements diminue avec la flexion et l'extension de la hanche. À la suite d'une éventuelle contracture persistante avec position forcée et raccourcissement du membre. À mesure que la maladie progresse, les modifications atrophiques des muscles fémoral et fessier augmentent. A l'examen, on détermine une diminution du volume de la cuisse, un aplatissement de la fesse. La durée totale de la maladie est de 1,5 à 2 ans. La gravité des effets résiduels après l'achèvement de la réparation peut varier considérablement. Dans les lésions bilatérales, une coxarthrose sévère est souvent détectée, avec une altération significative de la fonction de support et de mouvement.

Diagnostics

Le diagnostic de nécrose aseptique des structures ostéo-articulaires est réalisé par des orthopédistes et des traumatologues. Auparavant, la principale méthode d'identification de cette pathologie était l'examen aux rayons X, qui ne permettait pas de détecter les modifications pathologiques précoces. Actuellement, avec la radiographie traditionnelle, on utilise des méthodes modernes de diagnostic dont la sensibilité atteint 90 à 100% à un stade précoce. Le plan d'examen comprend les méthodes suivantes de visualisation de l'articulation de la hanche:

  • Radiographie de l'articulation de la hanche. Pour augmenter le contenu en informations, des piles spéciales Launshtein sont utilisées. Initialement, les photographies montrent des zones de densité réduite sous l’os sous-chondral, donnant à la surface de la tête l’apparence d’une «coquille d’œuf». Ensuite, la déformation de la tête et le foyer nécrotique sous la forme d'une ombre dense entourée d'un bord plus clair deviennent visibles. Finalement, les changements caractéristiques d'une arthrose déformante sont visualisés.
  • CT et IRM de l'articulation de la hanche. Au stade initial, les violations de la structure et de la densité de la substance osseuse sont déterminées. Dans le défaut nécrotique suivant est détecté. Les méthodes vous permettent de spécifier la taille et l'emplacement exact du foyer de destruction de l'os, détecté par les rayons X.
  • Scintigraphie Lors de la réalisation d'une étude statique marquée hyperfixation du produit radiopharmaceutique dans la lésion. L'intensité de l'accumulation dépend de l'activité du processus pathologique et du degré de troubles circulatoires. La scintigraphie dynamique aux stades initiaux indique une augmentation, aux stades ultérieurs une diminution de toutes les phases du flux sanguin.

Le diagnostic différentiel de l'ONHB est réalisé avec une arthrose déformante de la hanche, une ostéochondrose, une coxite tuberculeuse, une ostéodystrophie post-traumatique. Exclure les ostéochondroses en utilisant les données de radiographie de la colonne vertébrale lombo-sacrée. Si un processus tuberculeux est suspecté, des tests tuberculiniques sont effectués, des radiographies aux rayons X sont prescrites. Pour distinguer la nécrose, l'arthrose et l'ostéodystrophie, on mesure parfois la pression intra-osseuse: dans la coxarthrose, elle est réduite par rapport à la norme, dans l'ostéodystrophie, on observe une augmentation légère ou modérée, dans la nécrose, il s'agit d'une augmentation marquée de l'indice.

Traitement

En fonction du stade du processus et de la gravité des changements pathologiques, le traitement de la pathologie peut être conservateur ou opérationnel, effectué en ambulatoire ou dans un cadre d'hospitalisation orthopédique. Les effets étiotropes comprennent l’élimination ou la réduction de l’influence des facteurs qui ont provoqué des modifications nécrotiques de la tête du fémur. Les mesures thérapeutiques suivantes sont effectuées:

  • Mode orthopédique. Une modification de la charge sur l'articulation de la hanche est recommandée. Les avis sur la durée d'utilisation de dispositifs supplémentaires chez les professionnels varient. Certains orthopédistes proposent un déchargement articulaire long pouvant aller jusqu'à six mois. D'autres évoquent un risque élevé d'atrophie musculaire ultérieure, de limitation du mouvement et de troubles du stéréotype du mouvement. Ils suggèrent donc d'utiliser des béquilles ou une canne pendant 3 à 4 semaines, puis de s'abstenir de charges d'inertie (course, sauts) et d'observer un mode d'activité physique mesuré, y compris une courte marche., occupations sur le vélo d’exercice, complexes spéciaux de thérapie par l’exercice.
  • Thérapie conservatrice. Dans les premiers stades, un traitement pathogénique est effectué, prévoyant la nomination d'agents vasculaires jusqu'à 3 mois pour éliminer l'ischémie, restaurer les propriétés rhéologiques du sang et prévenir la formation de microthrombus. Pour éliminer le syndrome douloureux, des blocages sont effectués, des AINS sont utilisés. Pour restaurer le tissu osseux, des suppléments de calcium sont utilisés en association avec des médicaments contenant de l'acide étidronique pendant 8 mois. Le programme de traitement conservateur est complété par de courts traitements de chondroprotecteurs espacés de 6 à 12 mois. Aux étapes 3 et 4, le corps vitré et de l'oxygène sont introduits dans l'articulation. La physiothérapie comprend la thérapie au laser et l'EHF.
  • Interventions chirurgicales. Pour éviter l'affaissement de la tête, une décompression précoce de la zone touchée sera effectuée par ostéotomie, cryodestruction et autres techniques. Le type de décompression le plus efficace est le creusement de tunnels, qui consiste à retirer une ou deux sections cylindriques d’un diamètre allant jusqu’à 10 mm, en les remplaçant par des autogreffes ou des allogreffes. Une autre façon de réduire la charge sur la zone touchée est l'ostéotomie corrective dans la zone intertrochantérienne du fémur. Avec l'effondrement de la tête, le remplacement endoprothétique de l'articulation est nécessaire. L'arthrodèse est indiquée en présence de contre-indications au remplacement d'une articulation par une endoprothèse.

Pronostic et prévention

Après récupération, une coxarthrose de gravité variable est détectée. Le pronostic des lésions nécrotiques de la tête fémorale est déterminé par le volume, la localisation et la nature bilatérale ou unilatérale de la lésion. Le résultat le plus défavorable est observé dans la nécrose bilatérale des parties latérales supérieures de la tête - après l'achèvement du processus de réparation, il existe souvent une altération significative du mouvement de l'articulation, la fonction de soutien en souffre considérablement et un handicap survient. Avec la nécrose unilatérale de la zone interne, les effets résiduels sont moins prononcés, la capacité de travail est plus souvent préservée.

Les mesures de prévention primaire incluent l'exclusion ou la minimisation de l'effet des facteurs provoquants (éviter l'alcool, contrôler la durée de la prise de glucocorticoïdes, prévenir les blessures, traiter les maladies qui contribuent au développement de la nécrose). Prévention des effets négatifs de la pathologie comprend un mode délibéré d'activité motrice, en fonction de la période de la maladie, une décompression opportune pour prévenir l'effondrement de la tête fémorale.

Nécrose aseptique de la tête de la hanche: symptômes, diagnostic et traitement

Avec la nécrose aseptique de la tête de l'articulation de la hanche, le succès des interventions visant à prévenir ou à prévenir l'effondrement de la tête fémorale et à soutenir la fonction de l'articulation de la hanche constituera un succès important dans le traitement de cette maladie.

La décompression du noyau avec une modification de la technique reste l'une des procédures les plus sûres et les plus fréquemment utilisées, avec des preuves de succès au stade de l'effondrement préliminaire de la tête fémorale. L'utilisation supplémentaire de protéines morphogènes osseuses et de cellules souches de la moelle osseuse pourrait être l'occasion d'améliorer les résultats de la décompression du noyau.

Actuellement, l'utilisation de greffes corticales vascularisées volumineuses, une autre intervention chirurgicale présentant un niveau de performance académique élevé, n'est toujours pas courante en raison de difficultés techniques en chirurgie. De même, l'ostéotomie n'est pas courante, l'arthroplastie devenant plus acceptable, elle est donc utilisée sans intervention chirurgicale majeure intermédiaire.

Dans cet article, vous apprendrez à traiter la nécrose aseptique de la tête de la hanche, ses causes, ses symptômes caractéristiques et ses mesures préventives. Ainsi que les caractéristiques de l'évolution et le traitement de la maladie chez les enfants et les femmes enceintes.

Nécrose aseptique de la tête de la hanche - caractéristique de la maladie

Nécrose aseptique de la tête de la hanche

La nécrose aseptique de la tête fémorale (ONFH) ou nécrose idiopathique est une maladie grave de l'articulation de la hanche, qui s'accompagne de la mort du tissu osseux de la tête de la cuisse causée par une altération de l'apport sanguin et des processus métaboliques de la tête de l'os de la hanche.

A l'état normal, la tête fémorale est attachée par des ligaments lors de l'approfondissement naturel de l'os pelvien. Ce sillon s'appelle l'acétabulum. Il s'agit d'un creux arrondi aux parois lisses.

Avec la nécrose, la tête fémorale se déforme et s'effondre progressivement. En raison du manque de nutriments et d'oxygène, les processus de régénération s'arrêtent, entraînant une détérioration progressive du cartilage dans la zone de charges maximales et une nécrose de la tête fémorale.

La nécrose est le processus de mort tissulaire, qui peut être causé par diverses causes. Le terme «aseptique» signifie que la maladie survient dans des conditions stériles, c'est-à-dire sans la participation de micro-organismes.

Les statistiques indiquent que la nécrose est courante. On sait que les hommes en souffrent plus souvent que les femmes. La nécrose aseptique se caractérise par le fait qu’elles attirent souvent les jeunes malades âgés de 20 à 45 ans.

Dans de nombreux cas, la nécrose aseptique (avasculaire) affecte un membre (environ 60%), dans des cas plus petits (40%), les deux jambes sont touchées.

Le fémur est l'os tubulaire apparié le plus long et le plus grand des membres inférieurs (jambes). Sur la partie du fémur, qui est plus proche du corps, se trouve la tête de la cuisse, une saillie sphérique. De la tête du cou part - une zone rétrécie qui lie la tête avec le corps du fémur. Au point de transition du cou dans le corps du monticule, il y a une courbure et deux protubérances osseuses - une grande et une petite broche.

Au niveau de la tête de la cuisse, une surface articulaire sert à se connecter au cotyle (fossette de l'os pelvien). Ensemble, elles forment l'articulation de la hanche. La tête de la cuisse et le cotyle sont recouverts de tissu cartilagineux.

L'articulation de la hanche elle-même est cachée sous les tissus mous (capsule articulaire), ce qui produit un fluide articulaire qui nourrit le tissu cartilagineux et assure les surfaces de glissement de l'articulation.

Il existe plusieurs types de cellules dans l'os: les ostéoblastes et les ostéocytes forment le tissu osseux et les ostéoclastes le détruisent. Normalement, le processus de formation osseuse prévaut sur sa destruction. Cependant, avec l'âge et sous l'influence de diverses causes, l'activité des ostéoclastes augmente tandis que les ostéoblastes diminuent. Par conséquent, le tissu osseux est détruit, n'ayant pas le temps d'être mis à jour.

L'unité structurelle de l'os est l'ostéon, qui consiste en plaques osseuses (de 5 à 20) de forme cylindrique, situées symétriquement autour du canal osseux central. À travers le canal lui-même passent les vaisseaux et les nerfs.

Entre les ostéons, il y a des trous remplis de plaques intercalaires interosseuses internes - c'est ainsi que se forme la structure cellulaire de l'os.

Les ostéons forment des barres transversales (trabécules ou poutres) de substance osseuse. Ils sont disposés en fonction de la direction dans laquelle l'os subit la plus grande charge (lors de la marche, du déplacement) et de l'étirement des muscles attachés. En raison de cette structure fournit la densité et l'élasticité des os.

Et si les barres transversales sont bien serrées, elles forment une substance compacte (couche intermédiaire). Si elles sont lâches, elles forment une substance spongieuse (couche interne) de l'os. À l'extérieur, l'os est recouvert d'un périoste (couche externe), traversé par des nerfs et des vaisseaux qui pénètrent profondément dans l'os le long des canaux prodopuschémiques des ostéons.

Le mécanisme du développement de la nécrose aseptique

Pas complètement étudié, donc cette question reste ouverte. Actuellement, il existe deux théories principales:

  • Théorie traumatique - lorsque l'intégrité de l'os est perturbée en raison d'une blessure (fracture, luxation).
  • Théorie vasculaire: sous l'influence de divers facteurs, les vaisseaux sanguins alimentant le sang en tête de cuisse sont rétrécis pendant longtemps ou bloqués par un petit thrombus. Il en résulte une violation de la circulation sanguine locale (ischémie). De plus, la viscosité du sang augmente et son débit ralentit.

En raison de l'ischémie, la mort des ostéoblastes et des ostéocytes augmente, ainsi que l'activité des ostéoclastes. Par conséquent, les processus de formation osseuse sont réduits et les dilutions améliorées. En conséquence, le tissu osseux est affaibli et sa force diminue.

Et puis, lorsqu’il est chargé, il se produit des micro-fractures de trabécules (traverses) qui compriment les veines en premier - la stagnation du sang survient dans les petites veines pour former des caillots sanguins, puis dans les petites artères.

Tous ces changements accentuent le phénomène d'ischémie dans la tête de la cuisse et augmentent la pression à l'intérieur de l'os. En conséquence, le tissu osseux meurt (nécrose se développe) sur le site du plus grand effet de la charge sur la tête de la cuisse.

Cependant, certains scientifiques ont avancé une autre théorie du développement de l'ONGB: la mécanique. On pense que sous l’influence de différentes raisons, il existe un "surmenage" de l’os.

Par conséquent, les impulsions de l'os de la tête fémorale vont au cerveau, provoquant des signaux inverses qui conduisent à un rétrécissement compensatoire des vaisseaux (tentative de retour à l'état initial). En conséquence, le métabolisme est perturbé, le sang stagne et les produits de carie s’accumulent dans les os.

En pratique, une distinction claire entre les théories n'est pas disponible. En outre, ils se complètent souvent, agissant simultanément.

En règle générale, les premiers foyers de nécrose des os apparaissent 3 à 5 jours après l'ischémie. Cependant, dans des conditions favorables, l'apport sanguin est rétabli et le tissu osseux détruit est remplacé par un nouveau tissu. Alors que, avec une surcharge supplémentaire de la tête fémorale, le processus se détériore, entraînant le développement et l'évolution grave de la maladie.

Raisons

  1. Blessures.
    Tout facteur qui affecte l’intégrité du tissu osseux ou l’approvisionnement en sang de l’articulation peut entraîner la mort massive des cellules osseuses. Comment ça se passe? Si la blessure cause des dommages au vaisseau sanguin ou son blocage par des caillots de sang, l'apport de nutriments à la tête du fémur est fortement réduit. Et après quelques mois, des processus dégénératifs commencent dans l'articulation, qui vont commencer à se manifester un an ou deux après la blessure.
  2. Utilisation à long terme de médicaments hormonaux.
    Le traitement par corticostéroïdes a des effets secondaires, parmi lesquels un rétrécissement des vaisseaux sanguins et une insuffisance de l'apport sanguin.
    En outre, un traitement à long terme avec des médicaments hormonaux conduit au développement de l'ostéoporose (le tissu osseux devient lâche, «lâche»).
    Sous charge, ce tissu osseux reçoit des microtraumatismes permanents, bloquant ainsi le flux sanguin vers la tête de l'os.
  3. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens.
    Le développement de l'ostéoporose fait partie des effets secondaires. Par conséquent, comme les hormones, ils peuvent provoquer une nécrose de la tête fémorale.
  4. Les maladies auto-immunes peuvent également déclencher le développement de la nécrose.
    Avec l'inflammation immunitaire, l'élasticité des parois des vaisseaux sanguins diminue, ce qui provoque des problèmes de circulation sanguine. Et avec l'hormonothérapie, l'effet est aggravé - une forme grave de nécrose aseptique se développe.
  5. Caisson ou maladie de décompression.
    La maladie du plongeur survient lorsque la pression du mélange inhalé diminue. Dans le même temps, des bulles de gaz pénètrent dans le sang, bloquant les petits vaisseaux sanguins et bloquant le flux sanguin.
  6. L'abus d'alcool systématique peut également être le moteur du développement de la maladie.
    L'alcool affaiblit les parois des vaisseaux sanguins, ce qui leur fait perdre leur élasticité, ce qui entraîne une altération de la circulation sanguine.
  7. Maladies de la colonne vertébrale inférieure.
    Par exemple, en présence d'une hernie intervertébrale, il se produit souvent un spasme des vaisseaux sanguins qui alimentent le tissu osseux, ce qui peut également induire le développement d'une nécrose de la tête fémorale humaine.

Il convient de noter qu’il est très difficile d’établir la cause exacte du développement de la maladie; souvent, plusieurs facteurs sont «impliqués» dans cette situation. Selon les statistiques, l'étiologie de la maladie reste non détectée dans 30% des cas.

Lors du diagnostic de nécrose aseptique de la tête fémorale, les symptômes dépendent de la durée de la maladie.

Types, stades et symptômes

La division la plus répandue de l'ONGEH sur la scène, basée sur les changements qui se produisent pendant la maladie dans l'articulation de la hanche. Cependant, cette séparation est conditionnelle. Depuis le passage d'une étape à une autre, aucune frontière n'est clairement définie.

Stade I (dure environ 6 mois) - manifestations initiales. La substance spongieuse (faisceaux osseux) du tissu osseux dans la tête fémorale meurt, mais sa forme ne change pas.

Les symptômes Le signe avant-coureur de l'apparition de la maladie est la douleur. Et cela se manifeste de différentes manières. Au début de la maladie, la douleur survient le plus souvent après un effort physique ou par mauvais temps, mais disparaît au repos. Progressivement, la douleur devient permanente. Parfois, après une période d'exacerbation, il disparaît mais réapparaît lorsqu'il est exposé à un facteur provoquant.

Cependant, parfois, la douleur apparaît soudainement. Et il est si fort que certains patients peuvent nommer le jour et même l'heure de son apparition. Pendant plusieurs jours, les malades à cause de la douleur ne peuvent ni marcher ni rester assis. Ensuite, la douleur disparaît, apparaissant ou augmentant après l'exercice.

Habituellement, au début de la maladie, la douleur survient dans l'articulation de la hanche, se propageant (irradiant) vers l'aine ou la région lombaire, l'articulation du genou, le fessier. Cependant, une douleur peut initialement apparaître dans le bas du dos et / ou le genou, induisant le médecin en erreur et l’éloigner du diagnostic correct. Il n'y a pas de limitation de mouvement dans l'articulation affectée à ce stade.

Stade II (6 mois) - fracture de l'empreinte (compression): avec une charge sur une certaine partie de la tête fémorale, les faisceaux osseux se cassent, puis se coincent les uns dans les autres et s'écrasent.

Les symptômes La douleur est constante et sévère, ne disparaît pas même au repos. En outre, après l'exercice augmente considérablement. A ce stade, une atrophie musculaire apparaît (amincissement des fibres musculaires) sur la cuisse et la fesse du côté douloureux. Il y a des restrictions de mouvements circulaires. De plus, la douleur augmente lorsque vous essayez d'effectuer des mouvements circulaires dans la jambe douloureuse, de la prendre à part ou de conduire à une jambe saine.

Stade III (de 1,5 à 2,5 ans) - résorption

Les tissus sains entourant la zone de nécrose dissolvent lentement les fragments d'os mort. En même temps, le tissu conjonctif (joue un rôle de soutien dans tous les organes) et les îlots de tissu cartilagineux se développent profondément dans la tête fémorale. En conséquence, des conditions favorables à la croissance de nouveaux vaisseaux sont créées dans la tête de la cuisse. Cependant, dans le même temps, la croissance du col du fémur est altérée, elle est donc raccourcie.

Les symptômes La douleur est constante, aggravée même après une faible charge, mais diminue légèrement au repos. La mobilité de l'articulation est sévèrement limitée: il est difficile pour le patient de marcher, de tirer la jambe jusqu'à la poitrine ou de porter des chaussettes. Il y a une boiterie marquée lors de la marche et une atrophie musculaire de la hanche et va au bas de la jambe (en dessous du genou).

Les patients bougent à peine, s'appuyant sur une canne. De plus, la jambe est raccourcie du côté affecté. Alors que chez certains patients (10%), il est allongé - un mauvais signe pour le pronostic de la maladie.

Stade IV (à partir de 6 mois) - résultats (une arthrose déformante secondaire se produit).

Le tissu conjonctif et les îlots cartilagineux germés sont transformés en tissu osseux, récupérant ainsi la substance spongieuse de la tête fémorale. Cependant, des modifications secondaires se forment: la structure osseuse du faisceau (cellulaire) est reconstruite (déformée) et son adaptation (adaptation) à de nouvelles conditions et charges se produit. De plus, l'acétabulum est également déformé et aplati. Par conséquent, son contact anatomique normal avec la tête fémorale est perturbé.

La durée de chaque stade de l'ONMH est individuelle, car cela dépend en grande partie des effets des facteurs provoquants, du traitement opportun et de la présence de maladies concomitantes. Cependant, ce n'est pas toujours avec une nécrose aseptique que l'ensemble de la tête fémorale est affectée simultanément. Par conséquent, il existe une classification basée sur l'emplacement de la source de nécrose.

Il existe quatre formes principales (espèces) d’ONGBK:

  • Forme périphérique (9 à 10% des cas): la partie externe de la tête fémorale, située directement sous le cartilage articulaire, est affectée.
  • Forme centrale (2% des cas): une zone de nécrose se forme au centre de la tête fémorale.
  • Forme segmentaire (46 à 48% des cas): une petite zone de nécrose osseuse sous la forme d'un cône apparaît dans la partie supérieure ou supérieure externe de la tête fémorale.
  • Dégâts complets à la tête fémorale entière (observés chez 40 à 42% des patients).

Diagnostics

En cas de douleurs à la hanche, on prescrit au patient une radiographie des deux articulations. Mais si, aux stades avancés de la maladie, cela suffit amplement, la radiographie montrera la zone de nécrose, sa forme et sa taille, puis aucun changement ne sera visible sur les radiographies. Et très souvent, c'est une erreur des médecins d'arrêter l'examen du patient et, par conséquent, un diagnostic erroné et un traitement inefficace.

Par conséquent, si la radiographie ne montre aucun changement, un examen supplémentaire sera nécessaire - une IRM des articulations. L'imagerie par résonance magnétique est capable de détecter une nécrose aseptique naissante de la tête fémorale, et le traitement sera prescrit à temps, ce qui contribuera à «ralentir» le développement de la maladie.

Traitement de la maladie

Conservateur, c’est-à-dire que la méthode médicale de guérison complète de cette maladie n’existe pas! Même avec le temps, le traitement commencé ne peut que ralentir la progression de la maladie.

Mais aucun médecin ne s'engage à prédire le développement de l'ostéonécrose de la tête fémorale - il faut parfois plusieurs années entre le moment du diagnostic et la destruction de la tête, et parfois ce processus a lieu immédiatement. La tactique utilisée pour traiter la nécrose de la tête de la hanche dépend de la durée de la maladie.

Si, au premier stade, la thérapie vise principalement à rétablir la circulation sanguine dans l'articulation, à restaurer le tissu osseux et à soulager la douleur, le dernier recours consiste en une arthroplastie de la hanche.

La thérapie conservatrice comprend une gamme d'activités:

  1. mode orthopédique;
  2. traitement de la toxicomanie;
  3. le blocus;
  4. injections intra-articulaires;
  5. thérapie physique;
  6. physiothérapie;
  7. Hirudothérapie

Il est peu probable que le régime orthopédique réduise le fardeau du membre douloureux; il faut éviter les sauts, la course et la levée de poids. Pour décharger le joint, des appareils orthopédiques spéciaux sont également utilisés, ainsi que des pneus en plâtre, des pansements. Le type de décharge, ainsi que la durée de la fixation de l'articulation sont déterminés par le médecin traitant.

Il convient de noter que le déchargement de l'articulation n'implique pas son repos complet. Marcher à un rythme léger, faire de l'exercice sur un vélo stationnaire, nager réduit la douleur et prévient l'atrophie musculaire. Un aspect important est le poids du patient. En cas d’embonpoint, il est nécessaire de chercher à le réduire.

L'entraînement physique thérapeutique est désigné dès le diagnostic. Une série d'exercices est strictement individuelle et dépend du degré de dommage à la tête de l'articulation de la hanche. L’objectif de la thérapie par l’exercice est de restaurer l’amplitude des mouvements de la hanche touchée.

Les principaux médicaments utilisés dans le traitement de la nécrose aseptique de la tête de la hanche:

  • Préparations vasculaires: vasodilatateurs (No-shpa, acide nicotinique), ainsi que les agents antiplaquettaires - médicaments réduisant la viscosité du sang et la thrombose (Curantil, Trental).
  • Régulateurs du métabolisme phosphore-calcium: préparations d'acide étidronovoïque (Fosamax, Ksipifon).
  • Stimulateurs de la régénération du tissu osseux: le corps vitré associé à la vitamine D.
  • Chondroprotecteurs: Rumalon, Artra, Hondrolon.

Perftoran est utilisé en tant que traitement substitutif du sang avec fonction de transfert d’oxygène pour le traitement par injection intra-articulaire. L'outil normalise les échanges gazeux dans les tissus affectés, élimine les toxines accumulées, a un effet anti-inflammatoire et améliore la microcirculation sanguine. Les chondroprotecteurs en association avec l'oxygène sont également utilisés pour les injections intra-articulaires.

L'élimination de la douleur est une tâche importante dans le traitement de la maladie. La méthode la plus efficace est le blocage novocainique du muscle lombo-iliaque, qui permet de réduire la douleur à des sensations minimales.

Dans le traitement de la nécrose aseptique, l’utilisation de procédures physiothérapeutiques revêt une importance considérable. Les plus utilisés sont:

  1. UHF - et thérapie UV;
  2. électrophorèse et électrophorèse avec des préparations d'iode, de phosphore et de chlorure de sodium;
  3. emballage en paraffine;
  4. balnéothérapie;
  5. massage

Le traitement par des sangsues pour nécrose aseptique est une méthode efficace pour améliorer la circulation sanguine et prévenir sa stagnation. La salive de sangsue contient des enzymes qui fluidifient le sang, dissolvent les caillots sanguins, accélèrent les processus métaboliques.

Le traitement chirurgical comporte l'une des opérations suivantes:

  • Décompression de la tête fémorale (tunneling);
  • Greffe d'autotransplantation;
  • Ostéotomie;
  • Arthroplastie;
  • Endoprothèses de la tête fémorale.

Décompression ou tunneling. La procédure consiste à percer le fémur avec une aiguille épaisse au niveau du soi-disant grand trochanter de la cuisse.

Le but de la procédure est d'augmenter l'apport sanguin en raison de la prolifération de nouveaux vaisseaux sanguins dans le "tunnel" de la ponction, ainsi que de réduire la pression intra-osseuse à l'intérieur de l'articulation. Réduire la pression dans la région de l'articulation touchée aide à réduire la douleur.

Traitement des remèdes populaires

La nécrose aseptique de l'articulation de la hanche peut être guérie non seulement par des techniques conservatrices et chirurgicales. Le traitement de la maladie par des remèdes populaires, particulièrement efficace à un stade précoce de la maladie, viendra en aide aux patients. Nous proposons plusieurs recettes qui aideront à rétablir l'apport sanguin à la tête de l'os de la hanche.

  • Thérapie rénale au pin
    Ambulance pour l'articulation de la hanche - une infusion de boutons de pin. Pour préparer le produit, il est nécessaire de mélanger les boutons de pin fraîchement cueillis et le sucre dans un récipient en verre. Les boutons et le sucre sont superposés dans environ la moitié du pot, après quoi il est recouvert d’un couvercle et placé pendant sept jours dans un endroit chaud.
    Une fois que le sirop est formé dans le récipient, il doit être frotté contre le joint douloureux et également pris par voie orale - trois cuillères à soupe deux fois par jour pendant deux mois.
  • Teinture à la cannelle pour les articulations
    Vous pouvez soulager la douleur dans la tête de l'os de la hanche et activer l'irrigation sanguine à l'aide d'un sabelnik. On verse 50 grammes de composant sec dans une bouteille de vodka, bien fermée et dissimulée pendant un mois dans un endroit sombre. Au bout d'un mois, le liquide est décanté et pris par voie orale tous les jours, trente gouttes. Pour améliorer l'effet du traitement, la teinture de Celbel peut être appliquée sur l'articulation douloureuse.
  • Pommes au chou
    Les feuilles de chou sont un puissant combattant contre les pathologies du système musculo-squelettique, elles sont donc également utilisées pour traiter la nécrose aseptique de la tête de la hanche. Pour le traitement, vous devez prendre une petite tête de chou, enlever quelques grandes feuilles et les enduire de miel. Une feuille est appliquée sur la zone touchée avec un côté taché, après quoi l'application est attachée au corps avec une pellicule de plastique et enveloppée avec un chiffon chaud.
    La procédure est préférable tous les jours et laissez une feuille sur le joint aussi longtemps que possible. La durée du traitement de cette manière est d'un mois.
  • Pommade à la menthe pour nécrose aseptique
    La pommade à la menthe donne un très bon effet. Il est très facile à préparer - cinquante grammes de menthe, d'eucalyptus et de vieilles feuilles d'aloès sont finement hachés, mélangés, remplis d'eau et bouillis jusqu'à ce que le mélange ressemble à une masse homogène. Pour le traitement avec le mélange obtenu, il est nécessaire de lubrifier l'articulation de la hanche au coucher. Les procédures sont effectuées jusqu'à ce que la gêne disparaisse complètement.
  • Bain de térébenthine
    Un autre moyen d'affecter la nécrose de la tête de l'articulation de la hanche consiste à prendre un bain avec de la térébenthine. Pour améliorer l'effet, des tubercules de topinambours de Jérusalem finement hachés, des branches de pin, un paquet de sel de mer et une demi-cuillère à thé de térébenthine sont ajoutés au bain. Le sel de mer devrait être bien dissous, puis reste dans la salle de bain pendant environ dix minutes. Ensuite, vous devez mettre sur le filet d'iode de la zone touchée et sur le miel.
    Pour activer la circulation sanguine dans la région de la tête de l'os de la hanche, il faudra au moins douze interventions.
  • Teinture de ficus
    Pour cuisiner, vous devez prendre les trois plus grandes feuilles de ficus charnues et les remplir avec une bouteille de vodka. Les feuilles de la vodka insistent dans un endroit sombre pendant une semaine, après quoi le liquide est drainé et frotté dans l'endroit affecté la nuit, avant de se coucher.
  • Traitement des graisses animales
    Pour intensifier le travail des vaisseaux sanguins, la graisse animale a longtemps été utilisée. En quantités égales, il est recommandé de prendre les graisses de lard et de nutria habituelles. Les deux composants sont fondus et refroidis pour former une pommade combinée.
    Pour obtenir un résultat positif, il est nécessaire de frotter la pommade dans l'articulation la nuit pendant au moins un mois.

Il est assez difficile de guérir la nécrose aseptique de la tête de la hanche, mais avec un traitement par tous les moyens possibles, y compris contre la population, la maladie peut être arrêtée à un stade précoce.

Caractéristiques du traitement chez les enfants

La nécrose aseptique de la hanche de l'articulation de la hanche chez l'enfant porte de nombreux noms, tels que maladie de Perthes, syndrome de Legg-Calvet-Perthes, ostéochondropathie de la tête fémorale et bien d'autres, mais cela ne change malheureusement pas.

La maladie affecte le corps des enfants de 2 à 14 ans. La nécrose aseptique de la tête fémorale est plus sensible chez les garçons que chez les filles, mais chez les bébés, la maladie est plus grave.

La maladie de Perthes se manifeste dans l'enfance, affectant l'articulation de la hanche et les tissus périarticulaires, entraînant un raccourcissement du membre et l'invalidité de son porteur.

Plusieurs raisons sont à l'origine de l'apparition d'une maladie aussi grave à un âge aussi précoce:

  1. L'hérédité;
  2. Circulation sanguine altérée (ischémie);
  3. Anémies diverses;
  4. Chimiothérapie;
  5. Rachitisme et dysplasie;
  6. Maladies infectieuses.

Troubles circulatoires - le principal facteur qui déclenche le processus de destruction de l'articulation. Premièrement, en raison du manque de substances bénéfiques, la couche de cartilage en souffre: dès le premier stade de la nécrose aseptique, elle commence à s’effondrer, impliquant les tissus périarticulaires dans ce processus dégénératif.

Ensuite, le tissu osseux et le cotyle sont affectés. Il y a une indentation de la tête de l'os dans l'articulation et, par conséquent, le raccourcissement du membre commence par son immobilisation complète.

En regardant les enfants, les parents ne pourront pas rater un changement radical dans le comportement de l'enfant. Plus récemment, un enfant actif et agile, de plus en plus joue à des jeux silencieux, commence à boiter, etc.

Afin de ne pas rater le stade initial de la maladie, vous devez connaître ses symptômes:

  • La douleur est le plus important et le compagnon de l'ostéochondropathie de la tête fémorale. Plus l'enfant est âgé, plus il décrit ses sentiments avec précision. Au tout début du développement de la maladie, la douleur peut survenir après des jeux actifs et avec le développement d'une pathologie - même au repos.
  • Démarche dérangée. L'enfant, atteint de nécrose aseptique due à la douleur, commence à boiter et il est difficile de le perdre de vue.
  • Crunch et mouvement limité de l'articulation. Lorsque la maladie entre dans la phase de destruction des tissus osseux et cartilagineux, l'articulation de la hanche cesse de fonctionner normalement jusqu'à ce qu'elle soit complètement immobilisée.
  • Raccourcissement d'une jambe malade. Aux derniers stades de la nécrose, le membre malade deviendra nettement plus court que celui en bonne santé.
  • Atrophie des muscles périarticulaires. Le processus d'atrophie et de réduction de la masse des muscles fessiers, des muscles de la jambe et de la cuisse est associé au fait que l'enfant essaie automatiquement de soulager la jambe douloureuse à cause de la douleur. En conséquence, les muscles perdent leur tonus et se contractent.
  • Gonflement et douleur en ressentant l'articulation douloureuse.

Si vous remarquez qu'un enfant présente au moins un des symptômes ci-dessus, demandez immédiatement l'aide d'un professionnel. Le traitement de la nécrose aseptique de la tête de la hanche chez l’enfant n’est pas une tâche facile. Mais ne perdez pas courage, car rien n’est impossible pour la médecine moderne.

La tâche principale du médecin sera de rétablir la circulation sanguine dans la région de l'articulation touchée. Pour cela, il existe de nombreuses méthodes différentes:

  1. L'utilisation de chondroprotecteurs, seulement après 12 ans;
  2. Restauration du métabolisme du calcium, afin de préserver la structure du tissu osseux;
  3. Médicaments pour améliorer la circulation sanguine;
  4. Moyens pour accélérer et améliorer la qualité des processus métaboliques;
  5. Vitamines et alimentation;
  6. Déchargement complet du membre malade, mais avec la mise en place de charges douces pendant la physiothérapie, pour éviter une atrophie de la masse musculaire;
  7. Procédures physiques qui stimulent le métabolisme;
  8. Les méthodes chirurgicales ne sont utilisées qu'en dernier recours, lorsque le traitement ne donne pas de résultats positifs. Les tissus articulaires et osseux détruits sont remplacés par une prothèse. Les endoprothèses dans un corps en pleine croissance sont une affaire temporaire. Le patient et sa famille doivent donc être prêts mentalement à réopérer à l'avenir.

Le traitement de la maladie de Perthes est beaucoup plus efficace à ses débuts, comme c'est le cas pour d'autres maladies du système musculo-squelettique. Soyez attentif à votre santé et à celle de vos enfants, car il est plus facile de prévenir que de guérir une maladie.

Nécrose aseptique de la tête de la hanche chez la femme enceinte

La période de grossesse de chaque femme est la plus importante. Après tout, pendant ces neuf mois, la future mère devra endurer, puis donner naissance à un bébé en bonne santé. Cependant, toutes les femmes ne tolèrent pas facilement cette période difficile.

Beaucoup sont confrontés à de graves problèmes: une toxicose tardive, une carence aiguë en vitamines et une articulation de la hanche pendant la grossesse. Nous aborderons le dernier problème plus en détail dans cet article, ainsi que la marche à suivre si la douleur ne disparaît pas, même après l’accouchement.

Pendant la grossesse, la colonne vertébrale d'une femme est soumise à une pression énorme, qui se traduit par des douleurs au dos, en particulier en fin de grossesse. Les douleurs où se trouve l'os pelvien tourmentent presque toutes les femmes.

Ils ont fait mal à la fois au tout début de la grossesse et au milieu et plus près de la fin du dernier trimestre. D'un côté, la douleur à l'articulation de la hanche semble insignifiante et la femme espère sa disparition après l'accouchement. Cependant, lorsque la douleur ou la discordance des os empêchent de dormir la nuit et que la douleur dans les os du bassin vous empêche de sortir du lit normalement, la future mère commence à sonner l'alarme.

Lorsque vous portez un enfant, l'articulation de la hanche subit une énorme charge et, si cela vous fait mal, de nombreuses complications sont possibles, car la femme enceinte cherche progressivement à minimiser la charge sur l'os pelvien.

Les principales causes de douleur osseuse pendant la grossesse sont les suivantes:

  • Anomalies congénitales dans lesquelles l'articulation de la hanche est située au mauvais angle, ce qui rend le travail difficile.
  • Déplacez-vous lorsque le contact entre la cavité et la tête fémorale est rompu.
  • Dislocations TBS résultant du sous-développement de la dépression. Dans ce cas, la tête du fémur peut librement dépasser les limites de la cavité elle-même.
  • Nécrose aseptique, dans laquelle le tissu de la tête de l'articulation est endormi.
  • Inflammations diverses résultant de blessures, arthrite, bursite, etc. Ce type de douleur est généralement accompagné de fièvre.
  • Les changements hormonaux associés à la production d'une hormone spéciale - la relaxine. L’hormone provoque une divergence des os et augmente la possibilité de passer la tête du bébé pendant le travail. À cet égard, la probabilité de blessure à l'articulation de la hanche est également accrue.
  • Surcharge importante des os du bassin associée à la croissance de l'utérus, à une augmentation de l'abdomen et à la pression supplémentaire qui en résulte sur la colonne vertébrale et les os du bassin.
  • Carence grave en calcium due au fait que le squelette en croissance de l’enfant consomme une quantité importante de cet oligo-élément. En conséquence, la future maman peut devenir un squelette plus mince, briser les articulations et les dents.
  • Exacerbation d'anciennes blessures qui se font sentir pendant la grossesse.
  • Douleur réfléchie survenant en fin de grossesse.

Dans certains cas, la douleur peut persister après l'accouchement. Cela est dû au fait que lors de l'accouchement, les os du bassin divergent, leur déformation se produit, ce qui provoque une gêne dans le cotyle. En même temps, l'articulation de la hanche commence à mal fonctionner, elle fait mal et empêche de manière optimale de jouir de la maternité.

Par conséquent, de nombreux médecins recommandent de continuer à prendre du calcium après l’accouchement et de boire un supplément de vitamines afin de renforcer la solidité de l’os du bassin. Faire de l'exercice pour les femmes enceintes est un élément très important dans la prévention des maux de dos pendant la grossesse.

Que faire si l'articulation de la hanche fait mal? En cas de douleur persistante et prononcée avant la naissance, il est préférable de contacter immédiatement un spécialiste expérimenté, qui vous prescrira le traitement approprié ou les mesures préventives appropriées.

En guise de traitement, si l'articulation de la hanche est douloureuse, on recommande généralement ce qui suit:

  1. En plus de manger des aliments contenant du calcium, vous devez prendre des complexes vitaminiques spéciaux. Taux de calcium pour un adulte - 1 g par jour. Pour les femmes enceintes, ce taux augmente parfois de 2 à 3 fois. C'est pourquoi une alimentation correcte et équilibrée est si importante.
  2. Les médecins recommandent de porter un bandage spécial pour soulager la charge principale de la colonne vertébrale, car leurs muscles abdominaux sont faibles. Quand exactement pour commencer à porter, ne peut que demander au médecin. Certaines femmes le prescrivent entre 16 et 20 semaines et d’autres après 25 ou 30 semaines.
  3. Avec des douleurs fréquentes, il est souhaitable de se reposer plus souvent. Après le déjeuner ou une collation, vous pouvez vous allonger pendant 5 à 10 minutes, en laissant tous les muscles se détendre complètement.
  4. Évitez les talons hauts, car c'est une femme qui peut trébucher et se blesser gravement.

Lorsque les os du bassin sont douloureux pendant la grossesse, le temps et les efforts nécessaires pour corriger la pathologie ne sont souvent pas conservés. Il est donc préférable d'effectuer les actions suivantes avant de planifier un enfant:

  1. Surveillez constamment votre posture. Ceci est fait pour éviter de déplacer le centre de gravité.
  2. Ne soulevez aucun poids qui pourrait endommager les articulations.
  3. Toutes choses à faire lentement et avec mesure, car toute charge et toute poussée peuvent causer de la douleur et des problèmes aux articulations de la hanche.
  4. Inscrivez-vous au yoga ou à une gymnastique spéciale pour les femmes enceintes. Pendant la gymnastique, les experts vous apprendront à vous détendre, à bien respirer et à harmoniser votre corps. Le yoga aidera à renforcer les articulations, à étirer et à préparer les muscles avec les ligaments pour le processus d'accouchement.
  5. Après tout effort physique, il est souhaitable de s'allonger et de détendre un corps tendu.
  6. La piscine a également un effet bénéfique sur l'ensemble du corps. Il supprime la pression sur la colonne vertébrale, masse et renforce le corps entier. Pendant la natation, la charge sur la colonne vertébrale n'est pratiquement pas ressentie et une femme peut se détendre et profiter du processus.

Lors de l'accouchement, une divergence naturelle du bassin se produit et, immédiatement après la naissance, la douleur existante peut ne pas disparaître. Cependant, si un mois après la naissance, la douleur à la hanche n'a pas disparu, il est conseillé de consulter immédiatement un médecin. Seul un spécialiste qualifié peut déterminer la cause de la douleur, prescrire l'examen nécessaire ou un traitement complet.

Il est également utile de savoir que le traitement pendant cette période est possible strictement selon les recommandations du médecin, car sinon la prise de tout médicament pourrait affecter l’enfant.

La grossesse n'est pas une maladie, mais une grande bénédiction et un test sérieux pour le corps de la femme. Et de nombreux médecins recommandent de se préparer à l'avance pour éviter des conséquences désagréables après la naissance du bébé. Par conséquent, renforcez les muscles abdominaux et le bassin, saturez votre corps de vitamines et d’oligo-éléments et préparez-vous psychologiquement à l’apparition du bébé dans le monde.

Conséquences et prévention de la nécrose aseptique

Même dans le cas d’un traitement complet, le patient n’est pas complètement rétabli. En règle générale, les conséquences à long terme de cette maladie sont le syndrome de la douleur et les boiteries dues à la coxarthrose émergente.

Au fil du temps, les fonctions motrices du membre affecté sont partiellement ou complètement perdues. Cela conduit le patient à un handicap.

Avec un traitement chirurgical, le pronostic est plus favorable. Les meilleurs résultats aujourd'hui sont démontrés par les endoprothèses, qui permettent de remplacer l'articulation touchée par son analogue synthétique et de restaurer complètement les fonctions de la jambe.

Il n'existe pas de mesures non ambiguës pour prévenir l'ostéonécrose aseptique de la tête fémorale. De nombreux patients n'ont pas réussi à trouver la véritable cause de son apparition.

Cependant, il existe des recommandations claires concernant l'interdiction de la consommation excessive d'alcool et de médicaments à base de corticostéroïde pouvant déclencher l'apparition de la maladie.

En cas de blessure de l'articulation de la hanche, vous devez immédiatement faire appel à une assistance médicale qualifiée pour éviter un rétrécissement de la lumière de l'artère fémorale.