Principal / Réhabilitation

Causes et traitement de la spondylarthrite aseptique

Une spondylarthrite aseptique ou une maladie de Kummel se développent souvent à la suite d'une blessure au dos. Fondamentalement, la maladie survient dans la région thoracique, au moins - dans la région lombaire. Plus souvent, les hommes de 20 à 50 ans tombent malades. Le danger de la maladie est qu’au début, les processus dégénératifs et nécrotiques de la colonne vertébrale sont asymptomatiques et que des manifestations pathologiques évidentes ne se produisent que quelques années après la lésion.

Les causes

L'inflammation aseptique de la colonne vertébrale est différenciée par des états tels que la spondylarthrite ankylosante, psoriasique et réactive. Le critère principal pour confirmer le diagnostic est l'historique des blessures.

La spondylarthrite aseptique est très dangereuse car le diagnostic est posé plus souvent au fur et à mesure de l'évolution de la maladie et il est presque impossible de la détecter à un stade précoce. Les causes de la maladie ne sont pas entièrement comprises, mais les scientifiques affirment que la génétique, le système immunitaire humain et l’écologie peuvent être des facteurs déterminants. La cause immédiate de la spondylarthrite aseptique est la rupture d'une artère lors d'une blessure, dont l'hémorragie entraîne une altération des fonctions motrices et réactives. Il y a destruction et mort du tissu osseux, inflammation des articulations, déformation des vertèbres, compactage et raccourcissement des ligaments. Lésion de la colonne vertébrale ne conduit pas toujours au développement de la spondylarthrite aseptique, il existe un certain nombre de facteurs provocants:

  • charges excessives sur la colonne vertébrale;
  • l'hypothermie;
  • l'impact de conditions de travail défavorables;
  • infections chroniques;
  • utilisation à long terme de corticostéroïdes, cytostatiques;
  • immunité réduite.

Principales manifestations

Un signe caractéristique de la maladie est l'apparition d'une douleur douloureuse dans la zone touchée. La douleur augmente avec la charge physique ou statique, avec des mouvements brusques. Avec le développement de la pathologie surgit des mouvements difficiles. Le patient ne peut pas se pencher, se retourner. En raison de la tension musculaire, il se produit un lissage des courbes normales qui modifie la posture. La spondylite de la colonne lombaire provoque des troubles pelviens. Il existe de tels symptômes caractéristiques de la maladie:

  • douleur rachidienne;
  • malaise dans le dos, douleurs musculaires;
  • augmentation de la température corporelle;
  • faiblesse, violation de l'état général;
  • perte de poids;
  • difficulté des mouvements du corps;
  • changement de posture.

Diagnostic de la spondylarthrite aseptique

Pour diagnostiquer la spondylarthrite aseptique, vous devez contacter un neurologue et un orthopédiste. L'examen aidera à identifier la pathologie du système musculo-squelettique, les défauts de la colonne vertébrale, les maladies du système nerveux périphérique et le lien entre les processus pathologiques. Le patient est dirigé vers un neurochirurgien pour savoir si une chirurgie de la colonne vertébrale est nécessaire et vers un rhumatologue pour écarter la pathologie du tissu conjonctif.

La première méthode d'examen est la palpation vertébrale au cabinet du médecin.

Lors du diagnostic, tenez compte de la méthode de blessure. Découvrez les effets de facteurs physiques nocifs au travail. La présence de maladies systémiques est prise en compte. Le diagnostic commence par établir un lien avec le traumatisme. Ceci est suivi par la palpation de la colonne vertébrale. Après cela, nommer la radiographie, CT, IRM.

Traitement complet

La thérapie comprend le repos au lit, l'utilisation d'un corset pour fixer la colonne vertébrale afin d'éviter la destruction des disques intervertébraux. Effets pharmacologiques visant à soulager la douleur et à éliminer l'inflammation. Des anti-inflammatoires non stéroïdiens et des analgésiques sont utilisés. Si ces médicaments n'ont pas l'effet thérapeutique souhaité, ajoutez des hormones. Si vous suspectez le développement d'un processus purulent, des antibiotiques sont utilisés.

Le traitement de la spondylarthrite aseptique comprend la gymnastique médicale, qui exclut les inclinaisons et les mouvements brusques. En complément du traitement, une thérapie manuelle et un massage du dos sont recommandés. Il est important que la thérapie par l'exercice ait été réalisée sous la supervision d'un spécialiste et que les procédures aient été effectuées par des professionnels. Si elles sont mal effectuées, elles peuvent provoquer des complications.

Un traitement chirurgical est recommandé si la maladie n’a pas d’effets thérapeutiques. Les indications chirurgicales sont la destruction des os, les foyers purulents, la courbure de la colonne vertébrale avec compression des organes internes. L'intervention chirurgicale est réalisée à l'aide d'instruments et d'équipements spécifiques. La présence d'un neurochirurgien est nécessaire en cas de lésion des nerfs ou de la moelle épinière au cours d'une intervention chirurgicale. Une procédure réussie et une période postopératoire favorable peuvent ramener une personne à une vie normale sans douleur au dos.

Spondylarthrite aseptique de la colonne vertébrale

La spondylarthrite spinale est une maladie grave des articulations du dos, caractérisée par des processus inflammatoires dans la colonne vertébrale, suivis de sa déformation.

La spondylarthrite est une maladie rare et concerne principalement les personnes d'âge moyen. La maladie mentionnée ne présente pas de symptômes clairement définis à un stade précoce, de sorte que le diagnostic et le traitement de la spondylarthrite sont difficiles et nécessitent l’aide d’un spécialiste qualifié.

Types et causes de spondylarthrite

Selon la cause de la spondylarthrite, la maladie peut être divisée en plusieurs types:

  • spécifique - survient à la suite d'une maladie infectieuse et se divise en tuberculose, syphilis, typhoïde, gonorrhée et autres sous-espèces de cette catégorie;
  • non spécifique - il semble dû aux bactéries qui se propagent dans tout le corps. À son tour, la spondylarthrite non spécifique est divisée en ankylosante, aseptique et bactérienne.

Bien que les types les plus courants de spondylarthrite soient la tuberculose et l'ankylose, le sous-type aseptique de cette maladie est le plus dangereux. Vous devez donc être particulièrement attentif aux symptômes et procéder à des manipulations diagnostiques car le traitement des formes avancées de la maladie sera assez difficile.

Danger de spondylarthrite aseptique

La spondylarthrite aseptique, également appelée maladie de Kummel-Verney en médecine, survient chez l'homme à la suite d'une blessure au dos. Tous les groupes de la population courent un risque de blessure, mais les rapports sexuels masculins âgés de 20 à 45 ans sont les plus sensibles à cette maladie. Le site de localisation de la spondylarthrite aseptique est la colonne vertébrale thoracique; dans certains cas, les vertèbres et les disques intervertébraux de la colonne lombaire peuvent également être touchés.

Une caractéristique de ce type de spondylarthrite est que la maladie ne survient pas immédiatement après une blessure, mais a une certaine période d’incubation sans montrer de signes de la maladie. Cependant, malgré le bien-être et l'absence de signes extérieurs de spondylarthrite aseptique, la mort des tissus commence au site de la lésion, suivie par une inflammation des articulations.

Cela est dû au fait que lorsque le patient est blessé, l'artère peut être endommagée, ce qui entraîne une hémorragie et une altération de la motricité, ainsi que des fonctions réactives. De plus, étant donné que les vertèbres touchées continuent à remplir leurs fonctions, la patiente est détruite avec une déformation ultérieure et une fracture des os.

Étapes de la maladie

Le déroulement de la spondylarthrite aseptique se déroule en plusieurs étapes, dont les suivantes:

Initiale

Cette étape vient du moment de la blessure et dure deux à trois semaines. Dans le même temps, le patient ressent une douleur sourde insupportable, pouvant aller jusqu'à la perte de conscience. À la fin de la période indiquée, les symptômes disparaissent.

Remise

Pendant cette période, le patient ne présente aucun symptôme, la douleur est absente ou parfois manifestée. Cette période dure de 6 mois à un an.

Récurrent

La prochaine étape caractérise la récurrence des symptômes de la spondylarthrite aseptique - douleur intense, mouvements difficiles. Généralement, l'apparition de signes répétés est provoquée par des blessures mineures. C'est à ce stade que la maladie est diagnostiquée et qu'un traitement approprié est prescrit.

Traitement

Repos au lit et fixation

Le traitement de la spondylarthrite aseptique commence par la recommandation au patient de rester au repos - repos au lit avec un minimum de mouvements. Il est nécessaire que le patient soit allongé sur un lit de dureté moyenne, tandis qu’à la formation de spondylarthrite, il convient d’appliquer un oreiller ou un rouleau. De plus, en position couchée ou en mouvement, le patient doit porter un corset ou un bandage, ce qui permettra de réparer l’endroit touché et de ralentir les processus de destruction dans les os de la colonne vertébrale.

Traitement médicamenteux

Le traitement de la spondylarthrite aseptique ne se limite pas au repos au lit avec un corset. Un certain nombre de médicaments sont prescrits au patient pour réduire la douleur, soulager l’inflammation et faciliter les mouvements. Tout d’abord, il s’agit de médicaments du groupe des stéroïdes. Cependant, si leur action ne donne pas les résultats appropriés, le traitement peut être poursuivi avec des préparations de corticostéroïdes ou de méthotrexate. En plus de ces médicaments, le médecin prescrit des antibiotiques, qui ont un effet local sur les zones du dos touchées et soulagent toute inflammation.

Exercise, thérapie et massages

Pour le traitement de la spondylarthrite aseptique, le patient ne doit pas négliger la gymnastique médicale. Cependant, il convient de noter que les exercices ne doivent pas être associés aux pentes, ils doivent également être tranchants. Certains experts dans le traitement des maladies recommandent une thérapie manuelle. Un massage du dos est également très efficace pour traiter la maladie susmentionnée; il devrait à nouveau être effectué par des professionnels sous une forme douce.

Intervention chirurgicale

Si la spondylarthrite aseptique est à un stade avancé, une opération peut être recommandée. Il est impératif qu'une intervention chirurgicale soit nécessaire si la destruction de l'os rachidien a commencé, si des processus inflammatoires purulents sont apparus, ainsi qu'une courbure visible de la colonne vertébrale. L’opération est réalisée à l’aide de micro-outils et d’équipements spéciaux, car des lésions des nerfs et le développement ultérieur de maladies neurologiques, y compris une paralysie, sont possibles.

Qu'est-ce que la spondylarthrite lombaire et comment la traiter?

La spondylarthrite lombaire: de quoi s'agit-il? La condition pathologique est un complexe symptomatique qui se produit sur le fond des lésions inflammatoires des vertèbres de la colonne vertébrale lombo-sacrée.

Le processus dans la plupart des cas cliniques est de nature infectieuse, bien qu’il soit souvent associé à des troubles auto-immuns.

Dans la structure de toutes les pathologies du système musculo-squelettique, cette maladie occupe une petite partie, seulement 1%. Il est plus souvent diagnostiqué chez la génération la plus âgée, qui a déjà fêté ses 50 ans. Il est prouvé que la spondylarthrite est principalement affectée par les représentants d’une forte moitié de l’humanité. Chez les femmes, la maladie survient dans des cas épisodiques.

Pourquoi la maladie survient-elle?

La spondylarthrite lombaire peut survenir pour diverses raisons.

L'inflammation de la colonne lombo-sacrée est dans la plupart des cas potentialisée par des agents pathogènes qui pénètrent dans les tissus de la colonne vertébrale par voie hématogène, lymphogène ou à la suite de plaies pénétrantes de la peau et des muscles. Mycobacterium tuberculosis, qui est entrée dans le tissu osseux avec du sang provenant de la principale source d'infection, est à l'origine de la moitié environ des épisodes diagnostiqués de la maladie.

En plus du bacille tuberculeux, parmi les agents responsables de la spondylarthrite, il y a:

  • les pneumocoques;
  • gonocoques et tréponèmes pâles;
  • infection anaérobie;
  • Staphylococcus aureus;
  • streptocoque;
  • E. coli;
  • agents pathogènes de la brucellose;
  • Klebsiella.

Parfois, les médecins doivent faire face à une spondylite fongique. Ce type de pathologie est le plus souvent provoqué par des agents pathogènes de l'actinomycose et constitue une complication de la maladie sous-jacente.

La spondylarthrite aseptique de la colonne lombaire et du sacrum se produit rarement. Elle est associée à l’activation de complexes auto-immuns qui attaquent les propres cellules du corps (dans ce cas, les structures osseuses et articulaires de la colonne vertébrale), en les percevant comme des corps étrangers.

Les facteurs prédisposants les plus courants de la spondylarthrite:

  • lésions traumatiques de la colonne vertébrale;
  • immunité réduite et présence d'immunodéficience chez l'homme;
  • sensibilité aux allergies;
  • prédisposition génétique.

Le choix de la tactique de son traitement dépend de la cause du développement de la maladie. Par conséquent, avant de procéder au traitement du processus pathologique, les spécialistes établissent un diagnostic détaillé en déterminant les principaux facteurs de survenue de la maladie.

Vous voudrez peut-être savoir pourquoi il existe une spondylose de la colonne lombo-sacrée et comment le traiter. Toutes les informations que vous trouverez dans cet article...

Variétés du processus pathologique

La spondylarthrite lombo-sacrée a plusieurs espèces. Cette maladie est divisée en fonction de son étiologie. Parmi les variétés les plus connues de la maladie, il convient de souligner:

  • spondylarthrite ankylosante ou spondylarthrite ankylosante, associée à un processus auto-immunitaire;
  • spondylarthrite aseptique (maladie de Kummel);
  • spondylarthrite spécifique (infectieuse);
  • spondylarthrite non spécifique;
  • version traumatique de la maladie;
  • spondylarthrite de la genèse psoriasique.

La spondylarthrite infectieuse se produit lorsque les corps vertébraux sont infectés par Mycobacterium tuberculosis, un tréponème pâle, des agents mycotiques, etc. Si l'inflammation dans le tissu osseux est provoquée par des représentants d'une infection non spécifique, les médecins parlent alors de spondylarthrite d'étiologie incertaine.

Caractéristiques du tableau clinique

Le premier et le plus important symptôme d'inflammation de la colonne vertébrale sacrée et du bas du dos est une douleur dans les parties correspondantes du dos. En règle générale, les sensations douloureuses sont douloureuses dans la nature et se manifestent au début rarement, et plus souvent avec le temps. Lorsque le processus pathologique se propage aux racines nerveuses, une radiculopathie se développe, caractérisée par tous les symptômes de cette maladie.

Très souvent, la douleur dans la région lombaire est accompagnée d'une inflammation du nerf sciatique avec engourdissement des extrémités inférieures, d'une innervation locale altérée, de phénomènes spastiques dans le tissu musculaire et d'une limitation de l'activité motrice. Un tel symptôme de la spondylarthrite lombaire, en tant que restriction de la mobilité, apparaît pour la première fois au fond de la douleur et aux stades avancés de la maladie en raison de la formation d'ankylose, c'est-à-dire de l'accrétion des vertèbres entre eux.

Lors de l'inflammation de la colonne lombaire et du sacrum avec la progression de l'état pathologique, des déformations d'organes se produisent. Chez ces patients, la bosse commence à se développer, des signes de scoliose, une lordose pathologique et une cyphose thoracique apparaissent.

La spondylarthrite infectieuse est toujours accompagnée de symptômes d'intoxication générale, à savoir de la fièvre, une faiblesse, des frissons fréquents, une perte d'appétit, etc. Au fil du temps, les personnes malades sont perturbées par le sommeil, leur capacité de travail diminue et une fatigabilité rapide apparaît même lorsqu'elles effectuent un travail peu compliqué.

La spondylarthrite tuberculeuse est caractérisée par un complexe symptomatique spécifique - la triade de Pott:

  • l'apparition d'abcès purulents simples dans les vertèbres et l'espace paravertébral;
  • développement de la paralysie des membres, qui est irréversible;
  • la formation de cyphose dans la zone des lésions tuberculeuses.

Qu'advient-il de la colonne vertébrale dans la spondylarthrite tuberculeuse - voir dans la vidéo:

La spondylarthrite ankylosante se caractérise par une évolution lente et progressive. Ses premiers symptômes peuvent ne pas être marqués par les patients pendant plus d'un an. En règle générale, les patients recherchent déjà une aide médicale à un stade assez avancé de la maladie, alors que seule une correction chirurgicale de l'ankylose peut les aider. La particularité de la maladie est le type ascendant de la distribution des violations. C'est-à-dire qu'au début, une personne remarque une raideur dans le sacrum et dans le bas du dos, puis dans la partie supérieure de la colonne vertébrale.

La raideur de la colonne vertébrale et une douleur sourde dans ses parties peuvent être un symptôme de la saillie des disques rachidiens. Qu'est-ce que la protrusion et comment arrêter la destruction des disques intervertébraux, vous apprendrez de cet article...

Lorsque les lésions mycotiques de la colonne lombaire, l'inflammation du périoste se produit avec la formation de petits abcès et fistules. Un mauvais secret est souvent exsudé à travers des trous pathologiques. Une des caractéristiques de la spondylarthrite traumatique est que le patient a une période de bien-être relatif, lorsque les principaux symptômes de la maladie s'atténuent, et que la personne croit à tort que la maladie a reculé. En fait, le processus de nécrose des tissus se poursuit pendant tout ce temps et, avec le temps, le tableau clinique de la maladie provoque une rechute.

Diagnostic moderne de la maladie

L’approche thérapeutique pour le choix de la tactique la plus correcte de la thérapie pathologique dépend directement des résultats du diagnostic. Pour confirmer le diagnostic de "spondylarthrite" et déterminer la principale cause de son développement à l'heure actuelle, les médecins utilisent les méthodes de diagnostic modernes suivantes:

  • test sanguin général et biochimique;
  • test d'urine;
  • tests rhumatologiques;
  • protéinogramme;
  • examen cytologique de l'écoulement de la fistule;
  • radiologie de la colonne vertébrale;
  • échographie;
  • imagerie par résonance informatique.

Lisez à propos de toutes les méthodes matérielles de diagnostic des maladies des articulations dans cet article...

Avec l'aide de méthodes de diagnostic modernes, les spécialistes ont la possibilité de détecter l'étiologie réelle de la maladie, de la différencier d'autres conditions pathologiques, de déterminer le stade de la maladie et la présence de complications.

Traitement de la spondylarthrite vertébrale et du sacrum

Les méthodes de traitement de la spondylarthrite spinale de la colonne vertébrale et du sacrum dépendent de la nature et du degré de négligence du processus pathologique. Au cours du traitement, des agents antibactériens, un traitement symptomatique et, si nécessaire, des techniques chirurgicales sont utilisés pour éliminer les abcès et les fistules. Des infections spécifiques sont traitées avec des médicaments anti-tuberculose, anti-brunch et anti-mycotiques.

Pour éliminer les symptômes de l'inflammation et prévenir les rechutes, diverses méthodes physiothérapeutiques sont utilisées, notamment:

  • thérapie manuelle et massage du dos pour le traitement de la spondylarthrite aseptique;
  • thérapie au laser pour le syndrome de douleur sévère et pour accélérer la guérison des tissus endommagés;
  • la physiothérapie par ultrasons, qui réduit les poches, réduit l'inflammation de la colonne lombaire, élimine la douleur;
  • Physiothérapie par ondes de choc pour améliorer la mobilité et la destruction des dépôts de sel, provoquant le développement de l'ankylose.

Sans traitement qualifié, les patients développent des complications du processus pathologique, notamment une septicémie, une paralysie et une parésie des membres, ainsi qu'un manque d'organes internes.

L'exercice modéré, un mode de vie actif, la prévention des maladies infectieuses et une immunité accrue aident à prévenir les rechutes de la maladie.

Spondylarthrite lombaire ce que c'est

L'une des maladies les plus dangereuses du système musculo-squelettique est la spondylarthrite. Il s’agit d’une maladie infectieuse ou auto-immune accompagnée d’une inflammation puis d’une destruction des os et des articulations. Si le temps ne prend pas de mesures pour guérir la maladie, cela conduit à des changements complets et irréversibles.

Dans cet article, nous examinerons la spondylarthrite lombaire, ses causes et symptômes, les types de spondylarthrite, son diagnostic et son traitement.

Qu'est ce que c'est

La spondylite est une maladie de la colonne vertébrale dans laquelle des déformations vertébrales apparaissent, la force des os du système musculo-squelettique diminue et des formations purulentes apparaissent. En médecine, de nombreux cas de spondylarthrite tuberculeuse ont été enregistrés chez l'homme.

Parmi les maladies de la colonne vertébrale, la spondylarthrite est moins fréquente - dans cinq pour cent des cas. Cependant, ses conséquences sont extrêmement dangereuses. Les patients atteints de spondylarthrite se heurtent à une malformation de la colonne vertébrale et à une fragilité osseuse

La spondylite est plus fréquente chez les hommes. Chez les femmes, cela se produit moins fréquemment, passe plus facilement et elles s'en remettent plus rapidement.

Caractéristiques de la spondylarthrite

La spondylarthrite présente les caractéristiques suivantes:

  • Avec le développement de la maladie dans la région lombaire, les symptômes ne sont pas aussi perceptibles qu’avec une inflammation dans la région thoracique ou cervicale. Avec la spondylarthrite lombaire, le patient est moins susceptible de présenter une difformité spinale. Mais augmente le risque de fistule (ou fistule).
  • Au stade initial de la maladie, les symptômes n'apparaissent pas. On ne ressent qu'une rare douleur faible, souvent attribuée au surmenage ou au froid.
  • Au stade terminal de la spondylarthrite lombaire, la sensation dans la région des jambes est perdue. Les organes internes ne fonctionnent pas à pleine capacité.

C'est important! Les processus de dégradation du tissu osseux dus à la spondylarthrite ne peuvent souvent être détectés que pendant le diagnostic et le traitement.

Causes de la spondylarthrite

La spondylite est due à la défaite du corps humain par une infection qui affecte le fonctionnement du système immunitaire. Une immunité altérée conduit à une déformation du tissu osseux de la colonne vertébrale. Les personnes immunodéprimées courent le risque de contracter une spondylarthrite, même à la suite d'un rhume.

La spondylarthrite est due à des maladies infectieuses, telles que:

  • la tuberculose;
  • pyélite et pyélonéphrite;
  • le psoriasis;
  • gastrite, duodénite, colite, ulcère gastrique, cholécystite;
  • priver, érythrasma, dermatophytose, champignon.

La deuxième place est occupée par un traumatisme vertébral lombaire. Le processus inflammatoire se produit chez les hommes de 30 ans et plus, qui travaillent beaucoup et exercent une charge excessive sur la colonne vertébrale.

En outre, la cause de la spondylarthrite peut être une lésion de la colonne vertébrale ou une prédisposition au niveau génétique.

Symptômes de la spondylarthrite

Le symptôme principal de la spondylarthrite lombaire est une douleur dans le bas du dos. En outre, l'activité motrice des patients atteints de spondylite est problématique en raison de la sensation de "raideur" lors des virages ou de la flexion du corps.

Autres symptômes de la maladie:

  • brûlures ou picotements - ces sensations se propagent de la taille aux jambes;
  • mobilité limitée de la colonne vertébrale;
  • perte de sensation dans les membres inférieurs;
  • la démarche subit des changements;
  • des problèmes avec le système génito-urinaire (mictions fréquentes) ou avec la défécation (constipation).
  • difficulté à dormir, y compris insomnie chronique;
  • raccourcissement et courbure de la colonne vertébrale lorsque le stade de la spondylarthrite est négligé.

Si vous souhaitez connaître plus en détail le type de spondylarthrite de la colonne vertébrale et envisager d'autres traitements, vous pouvez en lire un article sur notre portail.

Types de spondylarthrite lombaire

Les symptômes de la spondylarthrite varient en fonction de l'agent en cause. Le taux de développement de la maladie varie: la spondylarthrite peut se développer secrètement et lentement, se poursuivre de manière prolongée, s’aggraver de temps en temps et se développer rapidement.

  1. Spondylarthrite aseptique. Connu sous le nom de spondylarthrite traumatique. Il apparaît après des dommages physiques à la colonne lombaire. Se produit chez les hommes âgés de trente ans et plus.
  2. Correspondance tuberculeuse. Peut se produire dans la colonne thoracique et lombaire. Ce type de maladie est plus fréquent chez les enfants de moins de dix-huit ans. Un faible apport sanguin et une faible immunité sont les principales causes de la spondylarthrite tuberculeuse.
  3. Réponse ankylosante. Mieux connu sous le nom de spondylarthrite ankylosante. Cette maladie est chronique et, contrairement aux autres espèces, elle se propage au-delà de la colonne vertébrale et affecte les articulations. Les symptômes sont la fièvre, les spasmes musculaires, le manque d'appétit. C'est une cause fréquente d'invalidité.
  4. Correspondance de brucellose. C'est beaucoup moins commun que les autres espèces. Se produit lorsqu'il est infecté par la brucellose. Les troisième et quatrième vertèbres lombaires sont touchées.
  5. Correspondance septique. Il est considéré comme le plus dangereux de tous les types et est également connu sous le nom de spondylarthrite purulente. Ce type de maladie se développe si rapidement que des fistules et des troubles du système nerveux central et périphérique apparaissent en quelques heures. La spondylarthrite purulente affecte les vertèbres mobiles de la colonne lombaire.

Parlons de la forme la plus courante - la spondylarthrite aseptique.

Spondylarthrite aseptique et ses caractéristiques

La spondylarthrite aseptique (maladie de Kummel) commence à progresser après une lésion vertébrale. Le danger est que la douleur ne peut pas se manifester pendant une longue période - en fait, la maladie est sous une forme latente. Les syndromes douloureux apparaissent à nouveau au fil du temps (après quelques années) en raison de blessures ou d'infections, puis la maladie se présente sous une forme latente, sans cesser de se développer.

En raison de la destruction des tissus spongieux dans les vertèbres, des troubles de la circulation sanguine apparaissent, suivis d'une inflammation du bas du dos et, plus tard, d'une fracture par compression vertébrale.

La destruction du tissu osseux entraîne une invalidité à vie.

Pendant le traitement, vous devez réduire la charge sur la colonne vertébrale. Le médecin vous prescrit un repos au lit. Un patient doit porter un corset en plâtre pendant une longue période et prendre ses médicaments régulièrement.

Traitement de la spondylarthrite

Pour un traitement réussi, vous devez choisir une méthode d’examen détaillée: radiographie, imagerie par résonance magnétique, tomographie ou biopsie.

Pour soigner la spondylarthrite, vous devez vous rendre à l'hôpital, où le patient sera déterminé pour un traitement dans un hôpital. Il est important de le faire à temps pour commencer le traitement le plus tôt possible.

Le traitement de la spondylarthrite est divisé en deux manières: médicamenteuse et non médicamenteuse. Dans le premier cas, le patient à l'aide de médicaments soulage l'inflammation et élimine les causes de spondylarthrite (infection). Les médicaments aident également à se sentir mieux et à se débarrasser de la douleur atroce.

Des médicaments

Le traitement prend des drogues sous différentes formes: pilules, pommades, injections. Ils visent tous à éliminer la douleur aiguë et l'inflammation et à améliorer l'état du patient. L’accueil des médicaments est associé à d’autres méthodes de traitement pour une plus grande efficacité.

Dans le traitement de la spondylarthrite aseptique sont acceptés:

  • Meloxicam, Ortofen, Indometacin et Diclofenac sont des anti-inflammatoires pour réduire la douleur et l’enflure.
  • "Celeston" et "Prednisolone" - pour soulager l'œdème et améliorer le métabolisme.
  • "Teraflex", "Artra", "Piaskledin", "Struktum" et "Dona" - pour restaurer les tissus de la colonne vertébrale atteints de spondylarthrite.
  • La solution de Ringer et le chlorure de sodium - pour réduire l'intoxication du corps à un stade grave de la maladie.
  • "Milgam" ou "Neurorubin" - pour enrichir le corps d'un patient en vitamines du groupe B.
  • "Lévofloxacine", "ceftriaxone", "streptomycine", "ofloxacine" ou "rifampicine" - pour lutter contre l'infection, qui a provoqué la spondylarthrite.

Physiothérapie

Pour le traitement de la spondylarthrite aseptique sont utilisés:

  • massage thérapeutique;
  • hydromassage;
  • l'acupuncture;
  • traitement thermique;
  • électrophorèse;
  • thérapie magnétique.

Tous traitent la zone enflammée en utilisant ou en restaurant les fonctions régénératrices des tissus. Le médecin prescrit jusqu'à quinze traitements pour le patient. Ensuite, il est nécessaire de faire une pause d'un mois, après quoi le cours peut être répété, mais à des fins préventives.

Physiothérapie

L'entraînement physique thérapeutique est un ensemble d'exercices spéciaux visant à traiter les maladies du système musculo-squelettique. Les objectifs suivants sont poursuivis:

  • une augmentation de l'activité motrice de la colonne vertébrale et des articulations;
  • renforcer les muscles de la colonne vertébrale;
  • correction de la posture;
  • amélioration du ton général;
  • correction de mouvement, travaillant avec coordination et équilibre;
  • normalisation des systèmes respiratoire, cardiovasculaire et gastro-intestinal;
  • créer un environnement positif pour le patient.

Si vous choisissez le bon exercice physique, les mouvements deviendront plus libres et la déformation de la colonne vertébrale cessera.

Le complexe d'exercices d'exercices choisis par le médecin traitant en tenant compte des caractéristiques du patient et de l'évolution de la maladie. Les exercices doivent être tels que le patient puisse les exécuter sans ressentir un fort inconfort et de la douleur.

Le patient atteint de spondylarthrite aseptique n’est pas recommandé de faire des exercices avec flexion, rotation, torsion du corps ou mouvements brusques.

La plupart des exercices physiques contre la spondylarthrite sont effectués en position couchée. Pour obtenir les avantages nécessaires pour la santé, il est important de s’entraîner régulièrement. La chose principale dans cette affaire est la douceur, seulement dans ce cas il y aura un résultat nécessaire.

Vidéo - Gymnastique thérapeutique pour la spondylarthrite ankylosante

Prévention des maladies

La spondylarthrite de la colonne lombaire n'est pas facile à soigner, voire impossible dans certains cas. Un appel tardif à un spécialiste entraîne une déformation irréversible de l’ensemble de la colonne vertébrale, puis une paralysie des membres et l’émergence d’autres maladies non moins dangereuses.

Il est important de ne jamais oublier la prévention, qui aidera à éviter la survenue d'une telle maladie. Recommandé:

  • Mener une vie saine. Lorsque vous travaillez sédentaire, vous devez vous échauffer de temps en temps et effectuer des exercices faciles.
  • Surveillez votre posture. Posture correcte = santé améliorée.
  • Évitez les blessures et l'hypothermie de la colonne vertébrale et du bas du dos.
  • Pratiquez régulièrement de l’éducation physique, des exercices du matin ou des sports actifs. Cela aidera à garder les muscles et les ligaments en bonne santé.
  • Si vous ressentez les symptômes d’une possible maladie, vous devez consulter un médecin local à temps.
  • Essayez de bouger autant que possible. Promenades quotidiennes convenables (au moins une demi-heure), natation (un moyen utile de prévenir la spondylarthrite).
  • Réviser le régime. Vous devriez choisir un régime équilibré, qui exclut les aliments gras et frits. Il est conseillé de choisir des aliments riches en calcium car cet élément renforce les os.

Conclusion

La spondylarthrite lombaire est une maladie extrêmement désagréable. Il est difficile de guérir et les symptômes empêchent le patient de vivre pleinement.

La principale chose à faire est de demander de l'aide à un médecin dès les premiers signes de la maladie. Il fera tout pour aider à se débarrasser de cette maladie.

Découvrez dans notre nouvel article ce qu'est la spondylarthrite ankylosante, ses causes, ainsi que son diagnostic et son traitement.

Spondylite de la colonne lombaire, qu'est-ce que c'est et comment traiter

Spondylite de la colonne lombaire, c'est quoi? Le mot spondylos, du grec signifie "vertèbre" et itis, "inflammation". Il s’agit d’une maladie inflammatoire caractérisée par une violation de l’intégrité du corps vertébral et par son ramollissement.

Les causes de la maladie sont souvent de nature infectieuse et la probabilité de tomber malade augmente en fonction de l'hérédité. Si vous ne commencez pas le traitement à temps, toute la colonne vertébrale peut être affectée.

Cet article traitera du traitement, de la prévention et des premiers symptômes, ainsi que de l'importance de mener un mode de vie correct, de se protéger des maladies virales et infectieuses, car l'âge n'a pas d'importance ici et tout le monde peut tomber malade.

Spondylite de la colonne lombaire, c'est quoi?

La spondylarthrite lombaire est l’une des maladies les plus graves de la colonne vertébrale et du système musculaire du dos.

Spondylite - qu'est-ce que c'est? Il s'agit d'une maladie inflammatoire caractérisée par une violation de l'intégrité des corps vertébraux et par leur destruction sous l'influence d'infections affectant la colonne vertébrale.

La colonne vertébrale est l'organe le plus important du corps humain. Elle crée un soutien, permet le mouvement et soutient les organes internes. Même les plus petits changements dans les tissus de la colonne vertébrale affectent la santé d'une personne, la santé de ses organes internes et ses processus métaboliques.

Par conséquent, il vaut la peine d’aborder son traitement de manière responsable et avec prudence - c’est le seul moyen de préserver l’intégrité des vertèbres et la mobilité du dos. La spondylarthrite est caractérisée par une destruction rapide du tissu osseux, qui résulte d'une inflammation dans le corps. Selon les médecins, la maladie attaque le corps humain à la suite de son infection par une infection ou des maladies auto-immunes.

Si le traitement n'est pas fourni au patient dès que possible, la colonne vertébrale peut commencer à se déformer rapidement. Le risque de spondylarthrite lombaire est que la pathologie se transforme rapidement en forme courante. Il est donc important d'identifier la maladie à temps pour pouvoir diagnostiquer et commencer le traitement.

Aujourd'hui, la spondylarthrite comprend non seulement des pathologies inflammatoires, mais également d'autres pathologies associées à des processus infectieux, systémiques, nécrotiques et autres.

Avec l'évolution de la maladie, une forme chronique de la maladie est acquise, qui avec une déformation sévère des vertèbres conduit à une invalidité et à une paralysie.

Afin de prévenir au préalable les effets irréversibles de la spondylose, il est nécessaire de comprendre les causes de la maladie, de déterminer comment se manifeste la spondylite et comment la traiter.

Avec l'évolution de la maladie, une forme chronique de la maladie est acquise, qui avec une déformation sévère des vertèbres conduit à une invalidité et à une paralysie.

Afin de prévenir au préalable les effets irréversibles de la spondylose, il est nécessaire de comprendre les causes de la maladie, de déterminer comment se manifeste la spondylite et comment la traiter.

Classification

"alt =" ">
La spondylite peut se développer et évoluer très rapidement - dans la forme aiguë, lentement - dans la phase chronique, et avoir également des périodes d'exacerbation. Selon la cause de l'infection, on distingue les espèces spécifiques et non spécifiques, qui sont divisées en plusieurs sous-espèces par les bactéries identifiées.

Formulaire spécifique

Complication spécifique de la spondylarthrite - typhoïde, blennorragie, syphilis, tuberculose, brucellose, actinomycose:

  • La spondylarthrite typhoïde est une infection de deux vertèbres adjacentes, ainsi que du disque intervertébral. La destruction des tissus observée, souvent un abcès se produit. C'est une maladie de la colonne vertébrale thoracique. Moins commun dans le lombaire;
  • La spondylarthrite syphilitique est une lésion de la colonne cervicale. Le deuxième nom est une spondylarthrite cervicale. Détérioration neurologique due à la compression de la moelle épinière;
  • La spondylarthrite tuberculeuse est une méthode hématogène ou lymphogène de propagation des mycobactéries. Ils tombent dans la partie spongieuse des vertèbres, aidés par des changements irréversibles après des blessures. Il existe des formations purulentes qui détruisent le tissu osseux. Le coffre d'un malade est déformé. Diverses maladies des systèmes cardiovasculaire et respiratoire surviennent;
  • La spondylarthrite actinomycotique est une pathologie de la colonne thoracique avec apparition de fistules paravertébrales;
  • Brucella spondylarthrite lombaire. La destruction de petite focale est diagnostiquée à l'aide de rayons X et d'études sérologiques.

En cas de rupture du foyer purulent, de paralysie des membres inférieurs d'une personne, d'altération de la miction et de la défécation, des dommages aux structures du système nerveux sont possibles. Chez l’homme, la détérioration des fonctions des organes pelviens peut provoquer l’impuissance.

Forme non spécifique

Cette forme de spondylarthrite survient chez l'homme après trente ans, caractérisée par des lésions de la colonne vertébrale causées par des micro-organismes, en particulier des articulations et des vertèbres. Les complications peuvent complètement immobiliser la colonne vertébrale. Processus auto-immuns possibles dans les tissus conjonctifs.

Une maladie de nature non spécifique est divisée en maladies indépendantes dans lesquelles la spondylarthrite n'est pas un symptôme distinct:

    spondylarthrite ankylosante (la spondylarthrite ankylosante est caractérisée par une maladie articulaire chronique héréditaire). La forme ankylosante est une maladie systémique qui affecte l'inflammation non seulement des vertèbres, mais également d'autres tissus et articulations proches - fémoral, genou, épaule, pied, tissu oculaire, muscle cardiaque, poumons et reins. La tranche d'âge de la maladie est comprise entre 13 et 35 ans, mais il existe des cas de spondylarthrite ankylosante chez un plus grand nombre d'adultes. Selon les statistiques, les hommes sont plus sensibles à cette maladie que les femmes. La spondylarthrite chronique ankylosante est longue, mais ses symptômes peuvent être légers ou modérés.

Si une personne a recours à un spécialiste à temps pour obtenir de l'aide, le syndrome de la douleur peut être facilement éliminé. Et en plus, vous pouvez presque complètement rendre la mobilité de la colonne vertébrale. Ici, des travaux seront également menés pour réduire les malformations causées par la spondylarthrite.

  • Hématogène (ostéomyélite humaine - la défaite des cellules osseuses avec Staphylococcus aureus);
  • spondylarthrite aseptique de la colonne vertébrale (maladie de Kummel - nécrose des tissus provoquée par une inflammation après une blessure). Cette forme de la maladie se produit sur le fond de la blessure. Et ici, il convient de faire particulièrement attention, car toute blessure est accompagnée de douleur, mais au fil du temps, elle passe et les centres de nécrose restent.
  • Le danger de la spondylarthrite aseptique est que les effets d'un coup ou d'une blessure à la colonne vertébrale peuvent ne pas vous rappeler de vous-même avant de nombreuses années, alors que les processus destructeurs vont se développer pleinement. Tout d'abord, le médecin examine son patient en portant une attention particulière à chaque partie de la vertèbre. Le fait est que les plaintes peuvent être sur la région lombaire et que tout le problème se concentrera dans la poitrine.

    L'ostéomyélite de la colonne vertébrale ou la spondylarthrite hématogène est accompagnée d'une douleur aiguë. Il se forme sur les vertèbres adjacentes, puis le cartilage est endommagé et un bloc osseux est formé. Les abcès et les fistules, la méningite purulente progressent. L'infection est caractéristique de la colonne cervicale et lombaire. Il existe des cas de propagation à la vertèbre postérieure.

    Raisons

    Les médecins disent que l'infection est la principale cause de la maladie. Cependant, les bactéries elles-mêmes ou d'autres types de micro-organismes ne sont pas en mesure de provoquer une déformation de la vertèbre - la microflore pathogène ne provoque qu'un effet négatif sur le système immunitaire des personnes. Une violation du fonctionnement du système immunitaire entraîne déjà la destruction des os et de leurs tissus.

    Lors du diagnostic qui modifie la structure de la colonne vertébrale, la spondylarthrite est détectée chez les patients dans 5% des cas. Avec le développement de cette maladie dans le corps humain, il se produit un processus de nécrose du tissu osseux, la propagation de la suppuration et la destruction des vertèbres sur toute la longueur du dos.

    Avertissement: même une grippe ordinaire peut causer une spondylarthrite lombaire - dans ce cas, tout dépend de l'état de l'immunité humaine.

    L'hérédité est également une cause majeure de la maladie. Si au moins un des parents est atteint de spondylite, le risque de développer une pathologie augmente de 70%.

    Certaines maladies infectieuses responsables de la nécrose des tissus vertébraux sont des facteurs pouvant entraîner une inflammation. Le plus souvent ils sont:

    1. infections survenant dans les voies urinaires et les organes;
    2. cours actif de tuberculose pulmonaire ou d'appareil osseux;
    3. l'évolution du psoriasis;
    4. infections fongiques du corps;
    5. infections localisées dans la cavité intestinale;
    6. Brucella, E. coli, Staphylococcus ou Streptococcus.

    Il existe une maladie telle que la spondylarthrite ankylosante, qui provoque des lésions immunitaires des ligaments et des articulations de la colonne vertébrale. Le résultat est une spondylarthrite.

    Les symptômes

    Bien entendu, le principal symptôme de l'apparition de la spondylarthrite est la douleur lombaire, qui attaque souvent le corps du patient. Si la maladie se développe au stade initial, la douleur sera rare mais grave. Dans l'éventualité d'une spondylarthrite chronique, la douleur et l'inconfort ne quitteront pas le corps du patient. De plus, ces sensations désagréables conduisent souvent à une raideur des muscles et à une restriction des mouvements. Ces symptômes sont majeurs dans toute forme de spondylarthrite.

    La douleur est permanente, ne s'arrête pas au repos et augmente avec l'effort. Il existe des symptômes de spondylarthrite, en fonction de la cause de la maladie (spécifique ou non spécifique) et de la localisation.

    Les courbes physiologiques de la colonne vertébrale sont nivelées ou courbées de manière non naturelle, ce qui entraîne une répartition inégale de la charge, des modifications du fonctionnement des organes internes, de la fatigue et des douleurs aiguës.

    Des signes spécifiques (de nature infectieuse) font qu'une personne ne se sent pas bien dans tout son corps, accompagnée de fièvre, de frissons, de nausée et de faiblesse. Une incontinence d'urine et de selles peut être observée.

    Une zone douloureuse de la colonne vertébrale au cours de l'inflammation provoque un rougissement de la peau sur le site des processus trophiques. La rougeur devient chaude comparée à une zone saine de la peau. Sous l'influence de processus dégénératifs sur les terminaisons nerveuses de la colonne vertébrale, le patient ressent un engourdissement des extrémités, des spasmes musculaires, une paralysie et une perte de sensibilité.

    Caractéristiques de la spondylarthrite:

    • Si des micro-organismes pathogènes sont devenus la cause de la pathologie, la maladie peut se manifester sous tous les signes d'inflammation bactérienne: augmentation de la température corporelle générale, faiblesse, fatigue accrue et indisposition.
    • Les symptômes locaux sont justifiés par la destruction des corps vertébraux et la mort du disque entre eux. Dans ce cas, le patient s'inquiète de douleurs dans la mise au point, d'un dysfonctionnement de la colonne vertébrale. La douleur n'est pas très prononcée, de nature incertaine.
    • Si le processus de formation d'abcès a commencé et que les extrémités nerveuses sont pincées, la douleur peut être intense. La compression de la moelle épinière perturbe le travail des organes dont la zone comprimée est responsable. Les abcès sont déterminés en sentant la région du patient (palpation) et parfois même visuellement.
    • En l'absence d'un diagnostic opportun et adéquat, le patient peut être perturbé par des symptômes similaires à ceux de l'exacerbation de la sciatique.
    • Un signe de spondylarthrite est soudain, c'est-à-dire sans justification apparente, le développement d'une parésie lente ou d'une paralysie.

    La spondylarthrite aseptique au stade de la rémission imaginaire est découverte par hasard lors d'une radiographie une autre fois. Elle se caractérise par de fortes douleurs aiguës qui dérangent une personne pendant une courte période, environ 10 à 14 jours. Habituellement, ils s'arrêtent et ne se renouvellent pas avant un ou deux ans, mais après un certain temps, ils se renouvellent. Dans la spondylarthrite infectieuse, les symptômes de la maladie peuvent se «cacher» derrière l'image de la maladie sous-jacente.

    Caractéristiques de la spondylarthrite spécifique:

    • Lorsque la mycobactérie tuberculeuse est transportée avec le sang ou la lymphe dans la substance spongieuse de vertèbres individuelles, la variante tuberculeuse de la maladie se développe. Une blessure à la colonne vertébrale peut provoquer le développement actif de la maladie.
    • À la suite de la reproduction des mycobactéries dans les corps vertébraux, un processus inflammatoire commence, qui conduit à la formation de caséol (il s'agit de la masse nécrotique, c'est-à-dire du tissu mort de la colonne vertébrale). Cette masse s'étend jusqu'aux vertèbres adjacentes et, comme elle contient un agent pathogène, la maladie s’étend à toutes les nouvelles zones. Les corps des vertèbres en cours d'inflammation sont détruits et déformés jusqu'à la formation d'une bosse.

    Les conséquences de ce processus:

    1. En raison de la difformité de la colonne vertébrale, les organes internes cessent de fonctionner normalement.
    2. Avec les changements dans la poitrine, le travail du myocarde et des poumons est perturbé.
    3. En cas de compression par la moelle épinière de caséol, les symptômes neurologiques se rejoignent. Cela dépend du lieu de compression. Il peut y avoir une parésie des membres inférieurs et même une paralysie.
    4. Le travail des organes situés dans le petit bassin est altéré. Le patient souffre d'escarres.

    Les abcès purulents s'étendent au-delà des corps vertébraux; des abcès appelés froids apparaissent et peuvent être localisés suffisamment loin de la source. Les abcès sont ouverts, les fistules sont formées, une infection secondaire se joint. Si le processus d'abcès et de formation de fistule se poursuit, il peut en résulter une amylose des organes internes.

    Brucella réensemence souvent la colonne lombaire, à savoir les vertèbres III - IV. L'abcès de la brucellose spondylite de la colonne lombaire est très rare, mais presque toujours des défauts osseux marginaux (Uzuras) et des plus gros sont formés. La destruction à petite focale des vertèbres individuelles est déterminée par radiographie.

    La spondylite à brucellose affecte généralement la colonne lombaire, se localisant dans la plupart des cas aux troisième et quatrième vertèbres lombaires. S'étend davantage aux autres départements, et pas toujours progressivement.

    Si la région lombaire est touchée, la douleur irradie aux membres inférieurs aux stades sévères. À la palpation des processus épineux, une douleur aiguë et aiguë apparaît. Dans certains cas, des symptômes de radiculopathie de compression apparaissent.

    Dans ce cas, le patient a besoin d'une hospitalisation urgente et de l'administration immédiate de médicaments contre la douleur.

    La spondylarthrite hématogène survient 3 à 4 jours plus tard. Le mal de dos apparaît dans le sternum ou les membres inférieurs, selon le segment de la colonne vertébrale touchée.

    La variante syphilitique de la maladie est rare, la colonne cervicale étant le site préféré de l’attaque du tréponème. Cliniquement, la spondylarthrite syphilitique est très similaire à la tuberculose. Dans la syphilis tardive, la syphilide ou gomme qui s'est formée dans le corps de la vertèbre se désintègre. Cela conduit à la compression des terminaisons nerveuses ou de la moelle épinière avec les symptômes correspondants. Si la typhoïde se développe, une spondylarthrite typhoïde peut survenir.

    En même temps, la colonne vertébrale thoracique et lombaire et le bas du dos sont généralement touchés. Une paire de vertèbres est impliquée dans le processus (par exemple, l'implication des vertèbres thoraciques et lombaires dans le processus est possible), ainsi qu'un disque entre elles.

    Dans ce cas, le disque subit une destruction très rapide qui, bien que rarement, s'accompagne du développement d'un abcès.

    La spondylarthrite actinomycète est généralement secondaire. La localisation de prédilection du processus pathologique est la colonne vertébrale thoracique en raison du passage du médiastin à la vertèbre. Ce type de pathologie est caractérisé par des fistules en petit point dont l'écoulement inclut des colonies d'actinomycètes. La décharge se présente sous la forme d'une masse contenant des miettes.

    Dans la spondylarthrite actinomycotique, plusieurs vertèbres de la région thoracique sont souvent atteintes, la maladie recouvrant moins souvent d'autres zones. Au début de la maladie, seul le périoste est affecté; sans traitement, la lésion du tissu osseux interne commence.

    Dans la zone du centre de la maladie, des sensations désagréables sont ressenties, des douleurs apparaissent rapidement, qui s'intensifient avec le temps. Le symptôme principal de la maladie est l'apparition d'abcès, à partir desquels les fistules sont ouvertes, caractérisées par une faible quantité de pertes blanches émiettées.

    Caractéristiques de la spondylarthrite non spécifique:

    Dans la spondylarthrite spécifique, les vertèbres postérieures sont rarement atteintes, ce qui n’est pas le cas de la forme non spécifique de la maladie, en particulier de la forme purulente hématogène. Elle progresse très vite.

    Dans ce cas, le processus inflammatoire capture les arcs vertébraux et s'accompagne d'une discite (destruction du disque intervertébral).

    La formation d'os se forme entre les vertèbres, la colonne vertébrale perd sa mobilité. Les corps vertébraux peuvent être endommagés par un segment ou il peut s'agir d'un processus diffus. La maladie dans la plupart des cas d'abcès.

    Spondylarthrite ankylosante et spondylarthrite rhumatoïde - une conséquence des processus systémiques dans le corps humain, qui affectent non seulement la colonne vertébrale, mais également toutes les articulations mobiles. On distingue également la spondylarthrite aseptique, qui se développe après une lésion traumatique de la colonne vertébrale associée à l'opération, à la lésion réelle ou à l'injection dans la région de la vertèbre.

    Habituellement, après le dommage initial, la douleur s'atténue avec le temps, les changements se produisent lentement et de manière asymptomatique jusqu'à la prochaine blessure. Les blessures qui s'ensuivent aggravent considérablement l'état des corps vertébraux, accélèrent le processus de nécrose des tissus et exacerbent les symptômes.

    Diagnostics

    Lorsque des symptômes de spondylarthrite apparaissent, il est urgent de passer un diagnostic afin de détecter la présence de la maladie et de déterminer le degré de son évolution. Les études menées par le médecin, sont divisées en instrumentale et laboratoire. Nommé en fonction du site de localisation et des manifestations d'inflammation.

    Une numération globulaire complète est effectuée pour détecter des taux élevés de leucocytes dans le sang, indiquant le développement de l'infection. L'analyse biochimique du sang montre une augmentation de la protéine C-réactive, responsable des fonctions de protection de l'organisme lors de l'inflammation.

    La radiographie de la colonne vertébrale détermine l'emplacement des lésions tissulaires et vous permet d'identifier la taille de la lésion et le degré de courbure des vertèbres. Le scanner, l'échographie et l'IRM déterminent avec la plus grande précision la taille, l'emplacement et la nature de la lésion. La biopsie est nécessaire pour déterminer les causes de la maladie et, en cours de traitement, pour suivre la nature de son développement.

    Les méthodes sérologiques révèlent la destruction des corps vertébraux par des bactéries infectieuses. Après un diagnostic complet, le médecin déterminera où se trouve la lésion et quelle en est la cause, suivra la dynamique de son développement et prendra des mesures efficaces pour rétablir la santé du patient.

    Traitement

    La tactique de traitement de la maladie dépend de la cause de la destruction des corps vertébraux et du stade du processus pathologique. Par exemple, au tout début du processus, les experts recommandent de normaliser les aliments et de faire du sport avec modération. Aux stades avancés, un traitement conservateur est indiqué. Et seulement dans les cas difficiles, une opération est nécessaire.

    Dans chaque cas, un traitement différent sera prescrit: la spondylarthrite réactive, par exemple, ne doit être traitée que de manière exhaustive, avec l'inclusion de médicaments spécifiques actifs pour la microflore pathogène qui l'a provoquée.

    Traitement de la toxicomanie

    Traitement de la spondylarthrite dans ce cas:

    • La tuberculose comprend les médicaments antituberculeux (rifampicine, isoniazide).
    • Le traitement de la spondylarthrite brucillaire comprend des antibiotiques (rifampicine, tétracycline, ofloxacine).

    En général, les tactiques thérapeutiques incluent le traitement médicamenteux et non médicamenteux. Le groupe de médicaments applicables au traitement de la spondylarthrite comprend:

    1. AINS (Ksefokam, Nimika, Nise).
    2. Inhibiteurs de la réaction en chaîne inflammatoire (Infliximab, Remicade).
    3. Médicaments hormonaux (Diprospan, Flosteron).
    4. Agents antitumoraux spécifiques (méthotrexate).
    5. Solutions de désintoxication.

    Physiothérapie

    La physiothérapie ne peut être prescrite qu'en tant que mesure supplémentaire dans le traitement de la spondylarthrite. Correctement prouvé:

    • Thermothérapie;
    • Thérapie d'exercice;
    • Massage du dos pour la spondylarthrite lombaire (en quoi consiste-t-il et quel est son impact sur la santé - voir ci-dessous);
    • Électrophorèse;
    • Cure thermale avec de la boue et de l’eau minérale.
    • Des exercices de gymnastique et des massages du dos peuvent réduire considérablement la douleur, restaurer les courbes naturelles de la colonne vertébrale, améliorer la circulation sanguine et le travail des organes internes.

    Les exercices pour le dos sont effectués dans le strict respect de la technique correcte et sous la supervision d'un entraîneur.

    Remèdes populaires

    Après un traitement principal réussi, des méthodes traditionnelles peuvent être ajoutées à la rééducation, ce qui aidera le corps à récupérer, à améliorer la circulation sanguine et la posture:

    • Bains aux herbes: sauge, camomille et immortelle;
    • Altai Mummy - stimule le système immunitaire et renforce le corps;
    • Bain avec une tige de bouleau seulement après la récupération complète de la santé;
    • Pommades et teintures à base de consoude et de softtail, à usage local et interne.

    Opérations

    La chirurgie de la spondylarthrite est réalisée:

    1. Graves dommages aux vertèbres;
    2. Abcès des tissus;
    3. Troubles de la moelle épinière;
    4. Fistula, éducation purulente.

    L'intervention chirurgicale est interdite:

    • Maladies des systèmes cardiovasculaire et respiratoire;
    • Sepsis;
    • Renforcer opérationnellement le dos de la colonne vertébrale avec des épingles en métal. Puis, dans trois ou quatre jours, la prochaine étape de l'opération est effectuée.

    Une intervention chirurgicale est nécessaire pour retirer les tissus endommagés et les remplacer par une greffe:

    • Partie du tissu osseux du patient, généralement une côte;
    • Implants artificiels en carbone ou nickel titane.
    • Caractéristiques du traitement de la spondylarthrite tuberculeuse

    Le traitement de la spondylite à Mycobacterium tuberculosis est effectué dans des hôpitaux spécialisés en chirurgie ou dans des sanatoriums pour tuberculose. Le traitement comprend la nomination de médicaments antituberculeux, l’immobilisation (alitement dans des lits de gypse), la gymnastique médicale, les massages, l’énergie solaire, les régimes, l’air et la physiothérapie.

    Il est nécessaire de surveiller en permanence l’état du lit de gypse, puisqu’il ne doit pas y avoir d’irrégularités, il doit correspondre à la surface du corps du patient, le gypse doit être entier.

    Le corps doit être nettoyé régulièrement avec de l'alcool de camphre et un massage doit être effectué pour prévenir les escarres, en particulier chez les patients présentant des symptômes neurologiques. Le patient devrait recevoir des soins complets et qualifiés.

    Le schéma thérapeutique est le suivant:

    1. Prendre des médicaments qui peuvent soulager l'inflammation et se débarrasser des principaux symptômes de la pathologie. Les médicaments prescrits au patient éliminent l'infection, soulagent la douleur et restaurent le tissu osseux.
    2. Une bonne nutrition, qui ne devrait pas être des produits nocifs et non naturels. Ils conduisent à un gain de poids rapide, qui ne nécessite pas d'épine malade. Le régime alimentaire dans les cas avancés de spondylarthrite est prescrit par un médecin.
    3. Physiothérapie - ces exercices constituent la base de tout le traitement, car la gymnastique peut renforcer les os, les ligaments et la masse musculaire, ainsi que restaurer la mobilité de toutes les vertèbres. Choisir indépendamment un ensemble d'exercices est dangereux pour la santé, car une technique mal choisie provoque une détérioration de la colonne vertébrale.
    4. L'utilisation de procédures de physiothérapie pouvant stimuler la récupération naturelle du corps. Acupuncture, traitement à l'eau, massage, traitement à la paraffine, électrophorèse - tout cela conduit à une récupération rapide du dos. Vous ne devez donc pas refuser les procédures de physiothérapie.
    5. Si la maladie évolue à un stade avancé, le patient reçoit un traitement chirurgical consistant à retirer les fistules et le pus de la colonne vertébrale.

    Toutes ces activités aideront non seulement à guérir la spondylarthrite, mais auront également un effet positif pendant la période de réadaptation. Mais pour éviter tout cela, vous ne devez pas oublier les mesures préventives - le sport, éviter les blessures à la colonne vertébrale. Si, malgré tout, une situation désagréable s'est produite, il ne faut pas tarder.

    Il est nécessaire de s’inscrire immédiatement pour une consultation avec un médecin, car plus le diagnostic est posé rapidement et le problème identifié, plus le traitement sera efficace et coûtera cher. Les formes individuelles de spondylarthrite provoquent de la fièvre, des frissons et une faiblesse.

    De tels symptômes sont caractérisés par un simple rhume, ce qui peut induire en erreur la personne quant aux causes de son indisposition.
    "alt =" ">

    Comment éviter la maladie?

    Afin d'éviter une violation négative de l'intégrité du système musculo-squelettique du dos, il convient de respecter un mode de vie sain: sports actifs et repos, nutrition adéquate, réduction de l'anxiété et du stress.

    Les bactéries sont la principale cause de spondylarthrite. Les infections surviennent le plus souvent par contact sexuel avec le porteur de la maladie, par la consommation d'aliments de mauvaise qualité (viande et bactéries laitières) ou de médicaments.

    Protégez la colonne vertébrale des blessures, car dans des conditions de blessures et une immunité affaiblie, les bactéries se développent plus rapidement. Des examens thérapeutiques réguliers aideront à éviter la spondylarthrite.

    Trois étapes de rééducation

    Après la chirurgie, continue le traitement médical. Des travaux sont en cours pour rétablir la mobilité du patient à l'aide de complexes d'exercices médicaux, de massages et de réflexologie. Cela aidera à normaliser la circulation sanguine, à améliorer le métabolisme et l'efficacité des antibiotiques, ainsi que la flexibilité de la colonne vertébrale.

    • La première étape est réalisée dans un hôpital pendant environ deux semaines. Peu à peu, le patient commence à marcher. Un médecin en réadaptation prescrit un corset pour rétablir une posture correcte.
    • La deuxième étape: sortie de l'hôpital. Le premier mois, le patient fait une série d'exercices pour renforcer les muscles du dos, plusieurs séances par semaine. Lors de l’élaboration du déroulement des exercices, le type et le lieu de l’intervention chirurgicale sont pris en compte. Les courbes prononcées du corps sont contre-indiquées. Les exercices doivent être effectués en position couchée sur le dos, les côtés et le ventre. Assurez-vous de sous la supervision d'un médecin.
    • La troisième étape: la dernière étape de la réadaptation dans les formes complexes de la maladie peut durer toute une vie. Il est basé sur le travail sur la posture, le renforcement du corps. Les médecins recommandent de nager, mais modérément. Un grand effet de guérison a un traitement annuel dans un sanatorium.

    Pronostic de la maladie

    Le pronostic pour la vie avec la spondylarthrite est favorable. Si le traitement commence aux premiers stades de la maladie, une guérison complète est possible. Avec l’apparition de complications et de troubles neurologiques, le traitement est plus difficile et long. Cependant, avec un ensemble adéquat de mesures thérapeutiques et le respect de toutes les recommandations du médecin, vous pouvez obtenir un résultat positif stable.

    Les déformations de la colonne vertébrale et de la poitrine peuvent être partiellement ajustées. Elles dépendent en grande partie de l’état initial du patient (par exemple, la présence d’une bosse), de sa discipline et de sa persistance.

    Dans les cas avancés, l'amylose des organes internes se développe au cours du processus inflammatoire prolongé.

    Pronostic défavorable chez les patients présentant des troubles neurologiques (paralysie flasque, dysfonctionnement des organes pelviens) et des escarres.
    "alt =" ">