Principal / Réhabilitation

Inflammation spinale aseptique

L'inflammation aseptique de la colonne vertébrale (maladie de Kummel) est un processus inflammatoire qui se développe dans le corps de la vertèbre à la suite d'une blessure, ce qui conduit à des foyers de nécrose.

Le danger de la maladie réside dans le fait que le syndrome douloureux dans le champ de la blessure passe sans laisser de trace après 10 à 14 jours et qu'une période de «bien-être imaginaire» commence, dont la durée est de 3 à 4 ans.

Étiologie et pathogenèse

La véritable nature de la maladie de Kummel n'est pas complètement élucidée, seul son lien avec un traumatisme n'est pas remis en question. Le critère principal pour la pathologie est la présence d'un changement en forme de coin dans la vertèbre et de douleurs locales dans la colonne vertébrale thoracique.

Tableau clinique

  • La première étape. Elle survient immédiatement après une blessure à la colonne vertébrale et se caractérise par une douleur thoracique modérée, d’une durée de 1 à 2 semaines;
  • La deuxième étape (caché). Il est absolument asymptomatique, de sorte que les patients ne se plaignent pas de problèmes de colonne vertébrale.
  • Étape Prety. Il présente une reprise soudaine de la douleur. La mobilité de la région thoracique diminue fortement, une cyphoscoliose ou cyphose arquée se forme progressivement. L'issue de la maladie se traduit généralement par la formation d'ostéochondroses de la colonne vertébrale.

Mesures de diagnostic

Le diagnostic de la maladie de Kummel repose sur les résultats d'études cliniques et instrumentales.

Les principales méthodes sont la radiographie et la tomodensitométrie, qui permettent de détecter la fracture de la vertèbre touchée au premier stade et l’ostéoporose au second stade. Dans la troisième étape, les images montrent la compression pathologique de la vertèbre.

Comment traiter l'inflammation de la colonne vertébrale

Les inflammations de la colonne vertébrale sont dues soit à une maladie infectieuse, soit au processus dégénératif-dystrophique de la colonne vertébrale. En règle générale, la focalisation inflammatoire affecte les nerfs, ce qui provoque chez le patient des douleurs, des troubles de la mobilité et une sensibilité. Dans le traitement de tels symptômes ne peuvent pas compter sur leur propre force et des recettes populaires. Si vous ne traitez pas l'inflammation de la colonne vertébrale, cela peut entraîner un certain nombre de complications graves. Par conséquent, si une inflammation est suspectée, consultez un médecin plus tôt. Après un diagnostic précis, on vous proposera les méthodes de traitement appropriées à votre cas.

Inflammation infectieuse

La colonne vertébrale est conçue pour que les bactéries puissent y pénétrer facilement. Les corps vertébraux reçoivent les nutriments par le biais d'une multitude de capillaires provenant des artères traversant la colonne vertébrale. Les disques intervertébraux sont impliqués dans la circulation sanguine à travers les tissus mous voisins. Avant d'entrer dans la région des vertèbres, l'agent pathogène peut infecter la gorge, le système urogénital et d'autres organes humains. Presque toute infection devient un facteur de risque élevé. Et alors seulement, à travers le système circulatoire, l'inflammation se propage souvent vers le dos. En outre, l'infection peut se produire s'il y a un impact traumatique sur la colonne vertébrale.

Dans un groupe à risque séparé, il existe des personnes dont l'immunité est considérablement affaiblie. Ici, toute maladie infectieuse menace de passer rapidement à la colonne vertébrale.

Dans certains cas, il se produit que, en raison d'instruments insuffisamment stériles et de l'environnement, d'erreurs médicales, le processus inflammatoire commence après les opérations chirurgicales. Le diagnostic est établi en fonction de l'espèce de bactérie à l'origine de l'inflammation, des symptômes associés et de la partie de la colonne vertébrale affectée. Souvent, le diagnostic détaillé à long terme prend beaucoup de temps et demande beaucoup d’efforts au médecin.

Inflammation aseptique

L'inflammation aseptique de la colonne vertébrale se produit si le processus inflammatoire n'est pas une infection. Outre les bactéries, il existe deux types de sources d'inflammation: dégénératives-dystrophiques et auto-immunes.

Dystrophique dégénératif

En raison d'une variété de changements dégénératifs-dystrophiques dans les disques intervertébraux, des pinces de tissu nerveux et d'autres types de tissus se produisent. Les os des vertèbres commencent à s'estomper car les disques intervertébraux ne les en empêchent plus. En conséquence, l'inflammation du disque intervertébral commence. Les inflammations dégénératives dystrophiques se produisent pour les raisons suivantes:

  • Mauvaise nutrition et excès de poids. Si le corps humain ne reçoit pas suffisamment de substances nécessaires chaque jour, le cartilage peut commencer à se dessécher et à perdre ses propriétés élastiques.
  • Stress physique, mouvements brusques. Si une personne est constamment assise ou, au contraire, souffre de lourdeur et se fatigue, les muscles du dos ne peuvent plus supporter et les vertèbres pressent excessivement les disques intervertébraux.
  • Troubles métaboliques. Si le métabolisme a changé, le tissu cartilagineux peut à nouveau cesser de prendre toutes les substances nécessaires. Cela se produit généralement à un âge plus avancé, chez les femmes souvent en raison de changements hormonaux pendant la ménopause;
  • Effets traumatiques. Se produit si le disque vertébral ou intervertébral est endommagé. La répartition normale de la charge sur le dos est perturbée et des pinces tissulaires se produisent.
  • Courbure de la colonne vertébrale, déplacement des vertèbres. Normalement, les vertèbres sont disposées de manière à ne pas s’affecter. Mais si la position des corps osseux a changé, ils peuvent se déformer, ainsi que les tissus voisins, y compris les tissus nerveux.

Protrusions et hernies - un degré extrême de développement de pathologies dégénératives-dystrophiques du tissu cartilagineux. Normalement, le disque intervertébral est constitué d’un noyau pulpaire mou et d’un anneau fibreux dense. Si la pression osseuse sur le cartilage devient trop forte, le disque commence par un gonflement (protrusion), puis l'anneau fibreux peut se rompre et une hernie se produira. Lorsque la coque du disque se rompt, la pulpe quitte le nerf et le pince. Une inflammation sévère commence.

Auto-immune

Dans les maladies auto-immunes, le corps envoie des globules blancs pour combattre ses propres cellules. Par exemple, dans la spondylarthrite ankylosante (spondylarthrite ankylosante), le corps contient un gène grâce auquel, après le contact avec une infection, les tissus cartilagineux des disques intervertébraux commencent à ressembler à une infection du corps. Il le détruit et au lieu du cartilage, il fait pousser des os. En conséquence, la colonne vertébrale ne peut plus bouger et le patient se raidit dans une position, perdant la capacité de se tourner et de plier le corps. La maladie est accompagnée d'inflammation et de douleur.

Les symptômes

Le tableau clinique de la pathologie dépendra davantage de la cause de l'inflammation, de la manière dont elle se déroule. S'il s'agit d'une inflammation infectieuse - quel type d'agent pathogène. Si les racines nerveuses sont aseptiques, les vertèbres affectées, l'innervation des organes et des groupes musculaires est rompue. Les agents pathogènes infectieux déclenchent généralement le processus inflammatoire très rapidement. Les inflammations aseptiques se développent plus doucement. Mais les symptômes sont assez similaires. Au début, il existe des manifestations du foyer inflammatoire telles que la douleur, la perte de sensibilité et la mobilité.

Le syndrome douloureux est localisé à la place de la vertèbre déformée et dans les zones qui y sont connectées par le biais du tissu nerveux. Cela fait plus mal aux moments de mouvements, surtout de coupures aiguës - toux, éternuement, rire.

Lorsque les nerfs sont endommagés ou sous pression, un symptôme tel que la perte de sensation devient fréquent, une sensation de "chair de poule qui coule" - la région associée à la colonne vertébrale endommagée devient engourdie. Après que le patient n'ait pas fait d'activité physique pendant longtemps (il travaillait assis ou dormait), une sensation de raideur apparaît dans le dos, qui ne disparaît que si vous bougez pendant un certain temps.

Le degré d’expression des symptômes dépend de la source de l’inflammation et du degré de progression de celle-ci. La colonne vertébrale se trouve dans la colonne vertébrale et est elle-même un lieu d'accumulation de racines nerveuses. Elle commence donc parfois à faire mal là où vous ne vous attendez pas. Souvent, les douleurs de la région cervicale irradient les mains, les douleurs de la région thoracique sont acceptées pour les problèmes cardiaques, et si la région lombaire est endommagée, les jambes commencent à être douloureuses. Parfois, le patient a l’impression qu’il n’ya aucun lien entre de telles douleurs rayonnantes et la santé du dos. Par conséquent, en cas de syndrome douloureux grave, vous devriez plutôt consulter votre médecin, qui établira un diagnostic précis et vous prescrira le traitement approprié.

Traitement

Traiter la colonne vertébrale enflammée, en tenant compte des détails du diagnostic. Toute inflammation peut entraîner des complications graves. Par conséquent, seul un spécialiste qualifié capable de prescrire la méthode de traitement appropriée peut déterminer le traitement et les médicaments:

  • Des antibiotiques sont prescrits si l'infection est devenue la cause de l'inflammation. S'il est possible d'identifier spécifiquement l'organisme qui a provoqué l'inflammation infectieuse, des antibiotiques spécifiques sont recommandés. S'il est impossible de le savoir, il est prescrit des antibiotiques agissant sur un grand nombre d'agents responsables du processus infectieux;
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens utilisés pour soulager l'inflammation et réduire la douleur. Mais ce traitement est souvent plus symptomatique. Des médicaments tels que le diclofénac et l’ibuprofène sont populaires parmi la population, mais vous ne pouvez pas compter sur eux si vous ne connaissez pas l’avis du médecin et décidez que vous avez une inflammation ou un clamp nerveux.
  • Immunosuppresseurs. Si le corps dirige contre lui-même la force du système immunitaire lui-même, la médecine moderne offre un moyen de le supprimer. Grâce à cela, il est possible de prévenir la mort active de cellules saines, mais bien sûr, une telle thérapie a de nombreux effets secondaires. Et le corps peut être sans protection.
  • Intervention chirurgicale. Dans le cas de maladies telles que l'ostéomyélite, le chirurgien pompe souvent les abcès à l'intérieur des vertèbres. La hernie intervertébrale nécessite également dans la plupart des cas une intervention chirurgicale. Mais en général, le chirurgien n'entre dans le dossier que s'il est initialement impossible de guérir la maladie par des méthodes conservatrices. Ou, si les symptômes persistent pendant longtemps et que le traitement sans chirurgie ne donne aucun résultat.

Si vous avez mal au dos, vous ne pouvez pas prendre de décision, par exemple, concernant les compresses ou le réchauffement des onguents. Ainsi, dans la plupart des cas, l'inflammation ne peut pas être traitée à la chaleur pendant les deux premiers jours - et de nombreuses recettes populaires pèchent avec des conseils similaires.

Types et facteurs d'inflammation de la colonne vertébrale

L'inflammation est un symptôme courant dans la pratique médicale moderne. L'un des types de processus inflammatoires les plus dangereux est l'inflammation de la colonne vertébrale, car elle peut entraîner des dommages énormes pour la santé. Il est enregistré dans un certain nombre de maladies différentes: il peut être observé à la fois avec des lésions mineures de la peau et des pathologies osseuses. Il s'agit d'une réaction naturelle du corps à divers troubles pathologiques des tissus et des organes internes, ainsi qu'à la pénétration d'agents pathogènes.

La colonne vertébrale est le noeud central de la distribution des terminaisons nerveuses et le lieu de la luxation de la moelle osseuse. Tout changement pathologique affectera non seulement la structure de la colonne vertébrale elle-même, mais également le travail des organes internes. Par exemple, une inflammation chronique de la région cervicale affecte négativement le travail du cœur et crée la probabilité de survenue d'un accident vasculaire cérébral. Le processus inflammatoire peut être de nature infectieuse ou se développer à la suite de facteurs dégénératifs-dystrophiques ou auto-immuns.

Inflammation infectieuse

En raison de sa structure, la colonne vertébrale est très vulnérable à divers types d'infections. Les vertèbres sont bien alimentées en sang par les artères principales et l'agent pathogène peut être relativement facile à pénétrer dans les vertèbres par la circulation sanguine. Le foyer initial de l’infection peut être localisé dans n’importe quelle autre partie du corps - amygdales, vessie, prostate, etc. En plus du mode de transmission hématogène, il existe un risque d’infection externe, avec des dommages directs à la colonne vertébrale.

Les circonstances suivantes peuvent entraîner le développement d’une inflammation infectieuse.

  1. Infection des organes internes. Une infection grave et / ou chronique des organes internes au cours d'un traitement prolongé ou aigu peut infecter la colonne vertébrale par la circulation sanguine. Le risque d'infection concerne presque tous les foyers infectieux, allant de l'angine de poitrine à la syphilis et se terminant par une septicémie.
  2. Immunité affaiblie. Le diabète sucré, le VIH et d’autres maladies qui affaiblissent considérablement le système immunitaire créent par défaut la probabilité que l’infection se propage au tissu osseux de la colonne vertébrale.
  3. Intervention chirurgicale. Diverses chirurgies de la colonne vertébrale, telles que le retrait d'une hernie intervertébrale, peuvent être une source d'infection en raison du manque de professionnalisme du personnel médical ou d'autres facteurs connexes. Sont également inclus les dommages à la colonne vertébrale et les infections résultant de blessures pénétrantes.

Le nom spécifique de l'inflammation infectieuse diagnostiquée de la colonne vertébrale est déterminé en fonction du type spécifique de l'agent pathogène et de la réalité du développement de la maladie. Le diagnostic du caractère pathogène de la maladie prend souvent beaucoup de temps compte tenu de la diversité des agents pathogènes infectieux et de la présence de souches spécifiques.

Après avoir pris les tests nécessaires (biopsie de ponction et hémoculture), un diagnostic spécifique peut être posé dans la période de deux semaines à deux mois.

Inflammations de nature aseptique

L'inflammation aseptique ou non infectieuse de la colonne vertébrale est caractérisée par l'absence d'un agent pathogène infectieux au lieu de la localisation du processus inflammatoire. Les causes des lésions aseptiques de la colonne vertébrale sont divisées en:

Dans le premier cas, le processus inflammatoire provoque une compression des tissus, une dégénérescence des tissus cartilagineux, des lésions sans infection et des facteurs similaires. Le processus inflammatoire dégénératif-dystrophique se produit le plus souvent en raison d'une arthrose de la région cervicale, dans laquelle le tissu cartilagineux intervertébral commence à s'amincir progressivement et à s'effondrer. Au fur et à mesure que la maladie progresse en raison de la destruction massive du cartilage, l'inflammation devient permanente. Les vertèbres de la colonne cervicale perdent leur mobilité, les terminaisons nerveuses sont altérées et une abrasion mécanique du tissu osseux commence.

L'arthrose de la colonne cervicale peut se développer pour les raisons suivantes.

Arthrose de la colonne cervicale

  1. Nutrition déséquilibrée. Si, avec la ration quotidienne, le corps ne contient pas suffisamment de micro-éléments vitaux pour nourrir le tissu cartilagineux, cela provoquera inévitablement une dystrophie du cartilage intervertébral.
  2. Exercice. Une forte charge sur la région cervicale (sports spécifiques, une longue passe à l'ordinateur et d'autres circonstances dans lesquelles la région cervicale est surchargée) crée la probabilité de développer une arthrose.
  3. Violations d'échange. Un métabolisme inadéquat affecte négativement la nutrition du tissu cartilagineux, provoquant des changements pathologiques dans sa structure. Cette circonstance se manifeste souvent dans la vieillesse. En conséquence, une arthrose de la région cervicale peut être observée chez un patient en raison de changements naturels liés à l'âge.
  4. Blessures à la colonne cervicale. Toute lésion de la colonne cervicale peut entraîner la formation de fissures dans le cartilage, à travers lesquelles les protéoglycanes vont s'écouler de manière intensive - éléments qui confèrent au tissu cartilagineux une souplesse.

L'arthrose peut aussi avoir une nature auto-immune. Pour des raisons inconnues, le système immunitaire commence à attaquer le tissu cartilagineux, provoquant son inflammation. L'inflammation auto-immune de la colonne vertébrale a un déroulement similaire, à la différence que le processus inflammatoire a une structure plus étendue et peut être localisé dans n'importe quelle partie de la colonne vertébrale.

Provoquer indirectement des maladies auto-immunes peut être un stress grave ou des maladies qui affaiblissent le système immunitaire.

Hernie discale

Une mention spéciale mérite une hernie intervertébrale. Il peut également être attribué de manière conditionnelle à des causes dégénératives dystrophiques d'inflammation de la colonne vertébrale. La hernie intervertébrale est attribuée aux processus inflammatoires de la colonne vertébrale en raison de la présence d'inflammation comme symptôme concomitant, mais ce n'est pas la conséquence principale de la maladie.

La hernie se forme à la suite de la rupture du disque intervertébral, l’anneau fibreux, qui joue le rôle d’amortisseur flexible entre les vertèbres. Après une blessure à travers les fissures de la coque, le contenu de l'anneau fibreux s'écoule. Le liquide gonfle dans différentes directions par rapport à la vertèbre, en pinçant les nerfs, et le disque intervertébral perd ses propriétés d’absorption des chocs.

Un mouvement brusque, une charge excessive ou des troubles dystrophiques des éléments articulaires peuvent provoquer une rupture du disque intervertébral et la formation d'une hernie. La hernie intervertébrale provoque une inflammation des terminaisons nerveuses et du tissu cartilagineux en raison d'un pincement et d'un stress mécanique excessif, résultant de l'amincissement de l'anneau fibreux.

La hernie peut se former dans n'importe quelle partie de la colonne vertébrale, allant du col utérin à la lombaire, en fonction de l'emplacement du facteur de blessure.

Symptômes de la maladie

Les symptômes des maladies inflammatoires de la colonne vertébrale dépendent en grande partie de la nature de la maladie, chaque pathologie étant caractérisée par des manifestations individuelles. Une lésion infectieuse se produit souvent de manière réactive, avec une évolution aiguë ou subaiguë, tandis que le processus inflammatoire aseptique se développe principalement de manière progressive. Cependant, le tableau clinique de l'inflammation présente une structure relativement similaire aux premiers stades de la maladie. Le début du processus inflammatoire dans la colonne vertébrale est caractérisé par les symptômes suivants.

L'intensité de ces symptômes est déterminée par les caractéristiques de la pathologie et le stade de développement de la maladie. En raison de l'abondance des terminaisons nerveuses et de la proximité de la moelle épinière, des symptômes d'inflammation peuvent apparaître dans un endroit inattendu, alors que des manifestations seront à peine perceptibles dans le domaine de la localisation immédiate de la pathologie. À première vue, ils n'ont peut-être rien à voir avec la colonne vertébrale, mais cette impression est trompeuse et un examen médical complet ne serait pas superflu.

Le diagnostic du processus inflammatoire est réalisé exclusivement dans les institutions médicales: il est impossible de dire quoi que ce soit défini uniquement par des manifestations externes.

Méthodes de traitement

Le traitement du processus inflammatoire de la colonne vertébrale dépend entièrement des spécificités de la maladie, et il n'y a pas de recommandations uniformes dans ce cas. Une caractéristique distinctive du traitement des pathologies de la colonne vertébrale est le contrôle strict du médecin traitant, car pratiquement toute maladie peut potentiellement causer des dommages irréparables à la santé. L'autotraitement et le traitement des remèdes populaires sont inappropriés et peuvent avoir des conséquences graves. En général, le traitement du processus inflammatoire de la colonne vertébrale est le suivant.

Antibiotiques. La nature infectieuse de la maladie implique un traitement aux antibiotiques, qui peut éliminer la cause fondamentale de l'inflammation. Selon le type d'agent pathogène, des médicaments spécifiques ou des antibiotiques à large spectre peuvent être utilisés si l'agent pathogène n'est pas détecté.

AINS. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés pour le traitement symptomatique: soulagement de la douleur et soulagement de l'inflammation. Il convient de noter que l’utilisation des AINS soulage les symptômes, mais elle est loin d’être toujours directement liée au traitement de la maladie.

Immunosuppresseurs. Si la pathologie est de nature auto-immune, des médicaments sont utilisés pour supprimer l’activité du système immunitaire et réduire l’intensité de la destruction des tissus. Le traitement des maladies auto-immunes peut impliquer l’utilisation d’anti-inflammatoires corticostéroïdes, les AINS étant alors inefficaces.

Intervention chirurgicale. Le traitement d'une hernie intervertébrale implique le plus souvent une intervention chirurgicale. La thérapie manuelle de la hernie est controversée et il n’est pas possible de dire si un tel traitement de la hernie est acceptable ou non d’un point de vue médical.

Le succès du traitement de l'inflammation de la colonne vertébrale dépend en grande partie du diagnostic opportun de la maladie: la maladie est beaucoup plus facile à guérir à un stade précoce. Tenant compte des éventuels effets graves, et parfois irréversibles, des processus inflammatoires sur la colonne vertébrale, la surveillance de l’état de santé de chacun est la clé du maintien d’un mode de vie à part entière.

Inflammation de la colonne vertébrale: symptômes et traitement

Sous l'inflammation de la colonne vertébrale (spondylarthrite), on entend généralement toute une gamme de maladies.

Il est nécessaire de comprendre que la colonne vertébrale humaine est avant tout le support principal qui maintient le squelette entier sur lui-même.

Des processus inflammatoires peuvent survenir en raison de divers facteurs.

Ceux-ci peuvent être des infections, des blessures diverses, des tumeurs, des intoxications et des lésions aux organes internes.

L'inflammation au fil du temps est complétée par des processus de déformation et peut conduire à la destruction des vertèbres.

Par conséquent, il est important de disposer d'un traitement compétent et rapide.

Quelle est l'inflammation de la colonne vertébrale?

Le schéma de l'évolution de la maladie dépendra de son type et de sa nature.

Ainsi, les lésions infectieuses se produisent souvent de manière réactive, avec une évolution aiguë ou subaiguë.

Les processus inflammatoires aseptiques se développent le plus souvent progressivement. Mais dans les premiers stades, le tableau clinique est généralement similaire. Les manifestations les plus courantes sont une douleur, un engourdissement des membres ou des zones spécifiques, une sensation de raideur. L'intensité des symptômes est déterminée par les caractéristiques et le stade de développement d'une pathologie spécifique.

Il existe deux principaux types d'inflammation de la colonne vertébrale - infectieuse et aseptique.

Considérez-les plus en détail:

  • Inflammations infectieuses. En raison de la structure de la colonne vertébrale, les bactéries y pénètrent facilement. Pratiquement toute infection peut constituer un facteur de risque grave. À partir d'autres organes par le sang, l'infection pénètre dans la colonne vertébrale. En outre, une telle inflammation est possible en raison du manque de stérilité lors d'une intervention chirurgicale.
  • Inflammation aseptique. Ce sont des inflammations qui ne sont pas causées par une infection. À leur tour, ils sont divisés en dégénératif-dystrophique et auto-immune. Les modifications dénigrantes-dystrophiques dans les disques intervertébraux provoquent des clips de tissus nerveux et autres. Du fait que les disques intervertébraux ne retiennent pas complètement les corps osseux des vertèbres, ils commencent à s'user. Compte tenu de cela, et sous l'influence des facteurs d'élimination, l'inflammation commence. Si nous parlons de maladies auto-immunes, dans ce cas, le corps envoie des globules blancs pour combattre ses propres cellules. Par exemple, si nous parlons de spondylarthrite ankylosante, elle contient un gène dans le corps, grâce auquel, après contact avec un facteur infectieux, le corps perçoit les tissus cartilagineux du disque comme une infection et les détruit, en remplacement du tissu osseux. Cela empêche la colonne vertébrale de bouger normalement, provoque des douleurs et une inflammation.

Spondylarthrite ankylosante - inflammation aseptique de la colonne vertébrale

Il y a des inflammations avec une fréquence de 0.4-1.4%. Plus souvent, ils surviennent chez les adolescents et les jeunes, après 45 ans - extrêmement rare. Chez les hommes, la maladie se manifeste trois fois plus souvent que chez les femmes.

Causes et facteurs de risque d'inflammation de la colonne vertébrale

Les causes d'inflammation peuvent être divisées en plusieurs groupes:

  • Spécifique Nous parlons de la présence d'une certaine bactérie qui provoque des changements dans les vertèbres qui ne sont caractéristiques que de celle-ci.

Sites possibles d'infection de la colonne vertébrale

  • Non spécifique. Ils peuvent provoquer une évolution typique de la maladie sous forme d'inflammation purulente. Il peut s'agir de staphylocoques, de bactéries intestinales opportunistes, etc.
  • Rhumatoïde. Nous parlons d'inflammation aseptique, dans laquelle des anticorps du corps attaquent par erreur les cellules des vertèbres. Dans ce cas, l'hérédité joue un rôle qui affecte à bien des égards le travail du système immunitaire.

Les facteurs prédisposants sont une diminution prolongée de l'immunité (en particulier après la prise de certains médicaments), des lésions de la moelle épinière, des foyers chroniques d'une infection spécifique (blennorragie, tuberculose, etc.).

Vidéo: "L'image du flux de spondylarthrite tuberculeuse"

Les conséquences

Les processus inflammatoires dans la colonne vertébrale peuvent entraîner un certain nombre de complications. Celles-ci peuvent être des fistules, des abcès, des malformations cyphotiques et autres, des troubles neurologiques. En outre, la pathologie peut entraîner une détérioration de l'activité motrice et la destruction des tissus de la colonne vertébrale.

Symptômes et diagnostic

Les symptômes de diverses inflammations sont généralement les mêmes et dépendent du stade de la lésion et de la gravité du processus pathologique.

L’infection, qui pénètre dans le corps de la vertèbre ou dans les bras avec des processus, se multiplie et détruit le tissu osseux. Après un certain temps, les parties mortes de la colonne vertébrale sont séparées et peuvent pincer la moelle épinière ou les racines.

Il peut y avoir un gonflement du canal rachidien central, ce qui provoque une augmentation des troubles neurologiques. Une inflammation des terminaisons nerveuses de la colonne vertébrale peut également se développer et, dans cette optique, une méningite.

Les troubles neurologiques dépendent de la localisation de la lésion:

  • Les symptômes les plus graves se manifestent par une inflammation de la colonne cervicale. Paralysie complète ou partielle possible de tous les membres, réduction ou perte de tous les types de sensibilité en dessous de la vertèbre touchée, retard, alternant avec une incontinence urinaire et fécale.
  • Une image similaire est observée avec la défaite des vertèbres thoraciques. Différences dans le niveau auquel les symptômes apparaissent. Les troubles du mouvement ne surviennent que dans les membres inférieurs et sont spastiques. Les autres symptômes sont similaires, mais la douleur est le zona.
  • Les troubles de la spondylarthrite lombaire sont assez typiques. Manifeste "faible" paralysie des membres inférieurs, incontinence d'urine et de matières fécales, douleurs dans les jambes, cicatrisation du périnée. En règle générale, ils sont d'une nature perçante et suggèrent des tirs périodiques. De la fièvre, des vertiges, une faiblesse sont également possibles - cela indique une intoxication du corps.

Le diagnostic commence par un examen et plusieurs études cliniques générales. Une radiographie est également effectuée et, si l'image n'est pas suffisamment nette, une tomographie par résonance magnétique ou multispirale.

Vidéo: "Spondylarthrite de la colonne vertébrale: décodage d'une image IRM"

Traitement

Le traitement des maladies inflammatoires de la colonne vertébrale doit être complet et fondé sur les éléments suivants:

  • Mode moteur et régime spécial.
  • Traitement de la toxicomanie.
  • Physiothérapie

Des médicaments

Le traitement médicamenteux est divisé en trois étapes:

  • Thérapie étiologique. Son essence réside dans la destruction de l'agent pathogène qui a provoqué la maladie. Dans ce cas, divers médicaments antibactériens sont prescrits. Les agents antifongiques, par exemple, l'itraconazole, sont indiqués pour l'étiologie fongique. Il n'y a pas de traitement étiologique pour les inflammations aseptiques.
  • Thérapie pathogénétique. Vise à rompre la chaîne des réactions pathologiques. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, tels que le Diclofenac, le Revkoksikam et d’autres, réduisent les manifestations inflammatoires. Dans des situations plus graves, des médicaments hormonaux peuvent être utilisés - les glucocorticoïdes, qui ont un effet anti-inflammatoire plus puissant et peuvent être utilisés dans un certain nombre de maladies auto-immunes. Ils ont de nombreux effets secondaires, ils ne peuvent donc pas être utilisés sans la nomination d'un spécialiste.
  • Thérapie symptomatique. Vise à soulager les symptômes et à soulager l’état du patient. Analgésiques utilisés, tels que le kétanol, l'ibuprofène. Leur autre objectif est de minimiser les effets secondaires liés à la prise d’autres médicaments.

Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. Par exemple, dans le cas d'ostéomyélite et de maladies similaires, il est possible au chirurgien de pomper les suppurations à l'intérieur des vertèbres.

Les opérations peuvent être montrées dès que la maladie ne peut être guérie par des méthodes conservatrices, ou si les symptômes persistent longtemps et si aucune autre mesure ne les affecte.

Le mode moteur correct est une mesure importante du traitement. En fonction de la maladie, le médecin peut prescrire un complexe de thérapie par l'exercice, ainsi qu'un massage thérapeutique. Diverses mesures de physiothérapie peuvent également être indiquées.

Dans certains cas, un traitement à domicile est possible. Il est nécessaire de suivre strictement le schéma prescrit par le médecin. Le traitement à domicile dépend essentiellement de médicaments et d'exercices spéciaux. Le médecin peut également prescrire un régime spécifique au patient.

Prévention

Pour prévenir les inflammations de la colonne vertébrale, il est recommandé de respecter les recommandations suivantes:

  • Prévention de l'inflammation infectieuse de la colonne vertébrale est de renforcer le système immunitaire est important activité physique modérée. Le sport pour la prévention des maladies de la colonne vertébrale est utile, mais il doit être raisonnable, afin de ne pas conduire à un stress excessif.
  • La nutrition joue un rôle - le régime doit être enrichi de tous les éléments nécessaires. De plus, s'il y a un excès de poids, il est recommandé de le combattre, car cela augmente la charge sur la colonne vertébrale.
  • Il est important de prévenir les blessures à la colonne vertébrale.
  • Il est nécessaire de surveiller votre immunité et d'empêcher sa détérioration.
  • Avec un long séjour en position stationnaire, essayez de faire des pauses périodiques.
  • Il est nécessaire de subir des examens réguliers du corps, ce qui aidera à prévenir les infections pouvant entraîner une inflammation.

Prévisions

Avec un traitement approprié et rapide, les pronostics sont favorables. Si le traitement est commencé rapidement, la maladie peut être complètement guérie.

Si des complications et des troubles neurologiques apparaissent, le traitement sera plus difficile et plus long, mais le respect de toutes les recommandations du spécialiste aidera à obtenir un résultat positif à long terme.

La persévérance et la discipline du patient sont également déterminantes. Un pronostic moins favorable sera avec les troubles neurologiques.

Conclusion

En résumé, nous notons les points clés suivants:

  • Sous l'inflammation de la colonne vertébrale se réfère à un groupe de processus inflammatoires, ce qui peut conduire à divers facteurs. Ils manifestent des douleurs et des troubles neurologiques.
  • Les principaux types d'inflammation sont infectieux et aseptiques.
  • Le traitement doit être complet. Il comprend divers médicaments. Une opération peut également être nécessaire.
  • Dans de nombreux cas, le pronostic est favorable, mais plus le traitement est commencé tôt, mieux c'est.

Spondylarthrite aseptique de la colonne lombaire

Spondylarthrite lombaire

La spondylarthrite est l’une des maladies les plus graves du système musculo-squelettique. C'est une inflammation causée par une infection ou un processus auto-immun. La maladie s'accompagne d'une destruction du tissu osseux: sans traitement, elle peut entraîner de graves déformations de la colonne vertébrale. Le danger est que la maladie progresse lentement et devient souvent chronique. Il est très important de diagnostiquer la spondylarthrite lombaire à temps pour commencer le traitement.

Caractéristiques de la maladie

L'inflammation est le plus souvent causée par une infection. Il provoque des perturbations du système immunitaire du corps, entraînant une densité osseuse plus faible et des disques intervertébraux. Sans traitement, une déformation de la colonne vertébrale est possible, une lésion de la moelle épinière se produit même avec une blessure légère. Les formes lancées de spondylarthrite lombaire provoquent une paralysie des membres inférieurs et une perturbation des organes pelviens.

La maladie touche principalement les hommes d'âge moyen. Chez les femmes, la spondylarthrite, si elle se produit, se poursuit alors sous une forme plus douce. Le processus inflammatoire se produit souvent dans la colonne lombaire. Dans cette forme de la maladie, les symptômes sont moins prononcés qu'avec la spondylarthrite des régions thoracique ou cervicale. Les malformations de la colonne vertébrale ne sont pas aussi fortes, mais l'apparition de fistules est plus fréquente.

Je traite le dos et la colonne vertébrale depuis de nombreuses années. Je peux dire avec assurance que presque toutes les maladies du dos peuvent toujours être traitées, même au plus grand âge.

Notre centre a été le premier en Russie à recevoir un accès certifié au dernier traitement en date pour les douleurs au dos et aux articulations. Je vous avoue que lorsque j'ai entendu parler de lui pour la première fois, j'ai ri, car je ne croyais pas en son efficacité. Mais j'ai été étonné lorsque nous avons terminé les tests: 4 567 personnes ont été guéries de leurs maux, ce qui représente plus de 94% des sujets. 5,6% ont ressenti des améliorations significatives et seulement 0,4% n'ont pas remarqué d'améliorations.

Ce médicament permet d'oublier les douleurs dans le dos et les articulations dans les plus brefs délais, à partir de 4 jours, et, au bout de deux mois, de guérir même les cas très complexes. De plus, dans le cadre du programme fédéral, chaque résident de la Fédération de Russie et de la CEI peut le recevoir GRATUITEMENT.

La spondylite provoque une inflammation des vertèbres et des disques.

Types de spondylarthrite

Selon la cause de la maladie, elle peut se développer lentement, se présenter sous une forme chronique avec de rares périodes d’exacerbation ou bien évoluer rapidement. Il existe plusieurs types de maladie.

  • Le plus dangereux est la spondylarthrite septique ou purulente. Elle se développe très rapidement, des fistules et des troubles neurologiques peuvent apparaître en quelques heures. Les vertèbres lombaires sont les plus touchées par cette forme de la maladie, car elles sont plus mobiles et subissent les efforts les plus intenses.
  • La spondylarthrite tuberculeuse est plus fréquente dans la région thoracique, mais peut toucher le bas du dos. Il se développe principalement chez les enfants et les adolescents. Cela est dû aux caractéristiques de la structure de la colonne vertébrale, à un mauvais apport sanguin et à une faible immunité.
  • La colonne lombaire est souvent touchée par une spondylarthrite aseptique. On l'appelle aussi traumatique, car elle se développe après des dommages physiques. Il est principalement exposé à des hommes d'âge moyen.
  • La spondylarthrite ankylosante ou déformante se manifeste de manière chronique. Il affecte, en plus de la colonne vertébrale, d'autres articulations. On l'appelle aussi spondylarthrite ankylosante. Accompagné d'une telle fièvre spondylarthrite, douleurs musculaires et perte d'appétit. Cela conduit souvent à un handicap.
  • La colonne lombaire peut également être affectée par la spondylarthrite de Brucella. Il est moins fréquent et apparaît dans le contexte d’une infection par la brucellose. Le plus souvent, cette forme de la maladie affecte 3 et 4 vertèbres.

Causes de l'inflammation

On pense que la spondylite est causée par une infection. Mais les micro-organismes pathogènes eux-mêmes ne provoquent pas d'inflammation dans la colonne vertébrale, mais n'affectent que l'immunité humaine. Ce sont les défaillances du système immunitaire qui entraînent la destruction du tissu osseux. Par conséquent, toutes les personnes ne souffrent pas de spondylarthrite. Et pour certains, cela se produit même après la grippe habituelle. Par conséquent, les médecins pensent que la prédisposition héréditaire est la principale cause de la maladie.

Mais les facteurs de provocation peuvent être diverses maladies infectieuses menant à la nécrose tissulaire dans la colonne vertébrale:

  • le plus souvent, la spondylarthrite se développe sur le fond de la tuberculose;
  • les infections des voies urinaires peuvent en être la cause;
  • le psoriasis;
  • infections intestinales;
  • maladies fongiques.

Le processus inflammatoire peut également se développer sur le fond de la lésion lombaire, que l'on rencontre souvent chez les hommes d'âge moyen.

Le symptôme principal de la spondylarthrite est la douleur et la raideur des mouvements.

Attention!

Avant de continuer à lire, je tiens à vous prévenir. La plupart des fonds "traitant" le dos, qui font de la publicité à la télévision et se vendent dans les pharmacies - il s’agit d’un divorce solide. Au début, il peut sembler que la crème et la pommade aident, mais en réalité, ils ne font que supprimer les symptômes de la maladie.

En termes simples, vous achetez l’anesthésique habituel et la maladie continue à évoluer vers une phase plus difficile.

Les douleurs articulaires courantes peuvent être le symptôme de maladies plus graves:

  • Difficulté à marcher;
  • Ostéomyélite - inflammation de l'os;
  • Sep - empoisonnement du sang;
  • Violation des organes pelviens;
  • Dans les cas graves, paralysie des bras et des jambes.

Comment être - vous demandez.

Nous avons étudié une très grande quantité de matériaux et surtout vérifié dans la pratique la majorité des traitements de la hernie. Ainsi, il s'est avéré que le seul médicament qui ne supprime pas les symptômes, mais traite réellement les maux de dos, est le Hondrexil.

Ce médicament n'est pas vendu dans les pharmacies et il n'est pas annoncé à la télévision ni sur Internet. Selon le programme fédéral, chaque résident de la Fédération de Russie et de la CEI peut obtenir le paquet Hondreksil GRATUITEMENT!

Pour que vous ne pensiez pas être aspiré par la prochaine «crème miracle», je ne décrirai pas le type de médicament efficace dont il s’agit. Si vous êtes intéressé, lisez vous-même toutes les informations concernant Hondrexil. Voici le lien vers l'article.

Symptômes de la spondylarthrite

Le principal symptôme du processus inflammatoire est une douleur dans la région lombaire. De plus, il y a de la rigidité dans les mouvements. Les symptômes restants varient selon le type de maladie. Les signes suivants indiquent la présence d’un processus inflammatoire en cours dans la région lombaire:

  • douleur, picotement ou sensation de brûlure, non seulement dans le bas du dos, mais dans les jambes, dans la région pelvienne;
  • la mobilité de la colonne vertébrale diminue, il y a de la rigidité en tournant et en se pliant;
  • les membres inférieurs deviennent engourdis et perdent de la sensibilité;
  • démarche perturbée;
  • il peut y avoir des mictions fréquentes ou des troubles des selles;
  • problèmes de sommeil;
  • au stade avancé, la colonne vertébrale est raccourcie et pliée.

Diagnostic de la maladie

Pour prescrire le traitement nécessaire, il est nécessaire de poser le bon diagnostic rapidement. Pour ce faire, on prescrit au patient une radiographie, une IRM, une tomodensitométrie ou une biopsie. Cela aide à déterminer la cause des processus pathologiques. Identifier le degré du processus inflammatoire est un test sanguin général ou biochimique.

Le danger de la maladie est qu’au stade initial, elle est presque asymptomatique. De nombreux patients ne demandent pas d’assistance médicale, associant des sensations douloureuses au surmenage ou au froid ordinaire. Parfois, les processus de destruction du tissu osseux se retrouvent dans le traitement de la maladie sous-jacente.

Caractéristiques de la spondylarthrite aseptique

Il se développe après la blessure d'une des vertèbres. Cette maladie est aussi appelée maladie de Kummel. Le danger est qu’après un certain temps après la blessure, la douleur s’arrête et que la maladie se présente sous une forme latente. Par conséquent, la spondylarthrite aseptique est considérée comme la plus dangereuse. Les sensations douloureuses réapparaissent généralement au bout de quelques années dans le contexte des microtraumatismes ou des maladies infectieuses, mais tout ce temps, des processus nécrotiques se déroulent dans les vertèbres.

En raison de la nécrose du tissu spongieux des vertèbres, due à une altération de la circulation sanguine après une blessure, une inflammation se développe. Le plus souvent, de tels processus se produisent après des fractures de compression des vertèbres. Dans de nombreux cas, la destruction du tissu osseux entraîne une invalidité. Il est donc très important de suivre toutes les recommandations du médecin après une blessure et d’être examiné régulièrement.

Pour le traitement de la spondylarthrite aseptique, l’essentiel est de réduire la charge sur la colonne vertébrale. Par conséquent, nommé repos au lit et portant un corset. Il est également très important d'utiliser des médicaments prescrits par un médecin pour subir des procédures physiothérapeutiques.

Le massage aide à restaurer la fonction rachidienne

Traitement de la spondylarthrite

Aux premiers stades de la maladie, il suffit de guérir dans un hôpital. L'essentiel est d'établir un diagnostic à temps et de commencer le traitement. Le traitement de la spondylarthrite est un processus long qui comprend un ensemble de mesures.

Nos lecteurs écrivent

Bonjour Je m'appelle
Lyudmila Petrovna, je tiens à exprimer ma bienveillance à vous et à votre site.

Finalement, j'ai pu me débarrasser de mon mal de dos. Je mène une vie active, vis et profite de chaque instant!

À 45 ans, mon dos a commencé à me faire mal. Quand j’ai eu 58 ans, les complications ont commencé, ces douleurs terribles, vous ne pouvez pas imaginer à quel point j’ai été tourmentée, tout était très mauvais.

Tout a changé quand ma fille m'a donné un article sur Internet. Je ne sais pas à quel point je lui suis reconnaissant. Cet article m'a littéralement soulevé du lit. Ne le croyez pas, mais en seulement 2 semaines, j'ai complètement guéri mes douleurs au dos et aux articulations. Les dernières années ont commencé à beaucoup bouger. Au printemps et en été, je vais au pays tous les jours, je fais pousser des tomates et je les vends sur le marché. Les tantes se demandent comment j’ai réussi à le faire. D’où toute ma force et toute mon énergie viennent, elles ne croient pas que j’ai 62 ans.

Qui veut vivre une vie longue et vigoureuse sans douleur au dos et aux articulations, prenez 5 minutes et lisez cet article.

Lisez aussi: Traitement de la spondylose lombaire

  1. La pharmacothérapie vise à soulager l'inflammation et à éliminer la cause de la maladie, l'infection le plus souvent. Également utilisé des médicaments pour soulager la douleur et restaurer le tissu osseux.
  2. Il est très important que le patient mange correctement pendant la maladie.
  3. La thérapie physique est l'un des domaines les plus importants du traitement de la spondylarthrite. Des exercices spéciaux aident à renforcer les muscles et les ligaments et à restaurer la mobilité de la colonne vertébrale.
  4. Les traitements de physiothérapie stimulent le corps à se guérir. Massage efficace, acupuncture, électrophorèse, paraffine, magnétothérapie, traitements à l'eau.
  5. Lors de la course et sous forme de spondylarthrite purulente, un traitement chirurgical est utilisé. Le plus souvent, il consiste en une excision de fistules et en une élimination du contenu purulent.

Les médicaments utilisés pour traiter

Lors de la prescription de médicaments, vous devez vous concentrer sur les caractéristiques individuelles de l'évolution de la maladie. Il est important de prendre en compte l'âge du patient, les effets secondaires éventuels liés à l'utilisation de médicaments. Le plus souvent, ces médicaments sont prescrits pour la spondylarthrite:

  • Des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont nécessaires pour soulager la douleur et réduire le processus inflammatoire. Indomethacin et Ortofen sont considérés les plus efficaces pour la spondylarthrite. Le diclofénac ou le méloxicam est également prescrit.
  • Les corticostéroïdes aident à soulager rapidement l’enflure et à améliorer le métabolisme. Le plus couramment utilisé est la prednisolone ou Celeston.
  • Des chondroprotecteurs sont prescrits pour restaurer les tissus de la colonne vertébrale endommagés.
  • Dans la forme grave de la maladie, il est nécessaire d'éliminer l'intoxication du corps. Pour ce faire, des solutions de réhydratation sont administrées au patient par voie intraveineuse: solution de chlorure de sodium ou de Ringer.
  • Les préparations contenant des vitamines du groupe B sont efficaces: «Milgam» ou «Neurubine».
  • Les antibiotiques aident à faire face à l'infection. La ceftriaxone, l'ofloxacine ou la lévofloxacine sont les plus efficaces. La streptomycine et la rifampicine sont prescrites pour le traitement de la spondylarthrite tuberculeuse.

La physiothérapie aide à éviter les complications et à restaurer la liberté de mouvement.

Physiothérapie

Des exercices bien choisis aident à rétablir la liberté de mouvement et à arrêter la progression des difformités de la colonne vertébrale. Tous les exercices sont sélectionnés individuellement, en tenant compte des caractéristiques de l'évolution de la maladie. La thérapie physique aide à maintenir la flexibilité de la colonne vertébrale, une posture correcte, à éviter les complications. Mais l'activité physique devrait être nécessairement réalisable pour le patient.

Lorsque la spondylarthrite de la colonne lombaire n'est pas recommandée, il se plie, tourne et se tord. La plupart des exercices sont effectués à partir d'une position couchée. Il est nécessaire d'exclure les mouvements brusques et l'apparition de douleur. Pour obtenir l’effet souhaité, il est important de s’engager régulièrement en augmentant progressivement la charge.

Prévention des maladies

La spondylarthrite lombaire est difficile à traiter. Cela conduit souvent à de graves déformations de la colonne vertébrale. Par conséquent, il est nécessaire de prendre des mesures pour prévenir le processus inflammatoire. Pour cela, il est très important de maintenir un mode de vie sain et de surveiller sa posture. Il est nécessaire de protéger le bas du dos des blessures et de l'hypothermie. Et l'éducation physique aidera à renforcer les muscles et les ligaments.

Si vous ne commencez pas le traitement de la spondylarthrite à temps, les conséquences de la maladie peuvent être tristes. Le processus inflammatoire conduit non seulement à une déformation de la colonne vertébrale, mais peut également provoquer une paralysie des membres et de nombreuses maladies dangereuses.

Histoires de nos lecteurs

Guéri d'une plaie à la maison. Cela fait 2 mois que j'ai oublié les maux de dos. Oh, comme je souffrais, c'était une douleur terrible, dernièrement je ne pouvais plus marcher correctement. Combien de fois je suis allé aux cliniques, mais on ne m'a prescrit que des comprimés et des onguents coûteux, qui ne servaient à rien du tout. Et maintenant que la 7ème semaine est passée, je ne me dérange plus le dos, je me rends chez moi en une journée et à 3 km du bus, donc en général je vais facilement! Tout cela grâce à cet article. Toute personne qui a mal au dos est une lecture incontournable!

Lire l'article complet >>>

Spondylarthrite aseptique de la colonne vertébrale

La spondylarthrite spinale est une maladie grave des articulations du dos, caractérisée par des processus inflammatoires dans la colonne vertébrale, suivis de sa déformation.

La spondylarthrite est une maladie rare et concerne principalement les personnes d'âge moyen. La maladie mentionnée ne présente pas de symptômes clairement définis à un stade précoce, de sorte que le diagnostic et le traitement de la spondylarthrite sont difficiles et nécessitent l’aide d’un spécialiste qualifié.

Types et causes de spondylarthrite

Selon la cause de la spondylarthrite, la maladie peut être divisée en plusieurs types:

  • spécifique - survient à la suite d'une maladie infectieuse et se divise en tuberculose, syphilis, typhoïde, gonorrhée et autres sous-espèces de cette catégorie;
  • non spécifique - il semble dû aux bactéries qui se propagent dans tout le corps. À son tour, la spondylarthrite non spécifique est divisée en ankylosante, aseptique et bactérienne.

Bien que les types les plus courants de spondylarthrite soient la tuberculose et l'ankylose, le sous-type aseptique de cette maladie est le plus dangereux. Vous devez donc être particulièrement attentif aux symptômes et procéder à des manipulations diagnostiques car le traitement des formes avancées de la maladie sera assez difficile.

Danger de spondylarthrite aseptique

La spondylarthrite aseptique, également appelée maladie de Kummel-Verney en médecine, survient chez l'homme à la suite d'une blessure au dos. Tous les groupes de la population courent un risque de blessure, mais les rapports sexuels masculins âgés de 20 à 45 ans sont les plus sensibles à cette maladie. Le site de localisation de la spondylarthrite aseptique est la colonne vertébrale thoracique; dans certains cas, les vertèbres et les disques intervertébraux de la colonne lombaire peuvent également être touchés.

Une caractéristique de ce type de spondylarthrite est que la maladie ne survient pas immédiatement après une blessure, mais a une certaine période d’incubation sans montrer de signes de la maladie. Cependant, malgré le bien-être et l'absence de signes extérieurs de spondylarthrite aseptique, la mort des tissus commence au site de la lésion, suivie par une inflammation des articulations.

Cela est dû au fait que lorsque le patient est blessé, l'artère peut être endommagée, ce qui entraîne une hémorragie et une altération de la motricité, ainsi que des fonctions réactives. De plus, étant donné que les vertèbres touchées continuent à remplir leurs fonctions, la patiente est détruite avec une déformation ultérieure et une fracture des os.

Étapes de la maladie

Le déroulement de la spondylarthrite aseptique se déroule en plusieurs étapes, dont les suivantes:

Cette étape vient du moment de la blessure et dure deux à trois semaines. Dans le même temps, le patient ressent une douleur sourde insupportable, pouvant aller jusqu'à la perte de conscience. À la fin de la période indiquée, les symptômes disparaissent.

Remise

Pendant cette période, le patient ne présente aucun symptôme, la douleur est absente ou parfois manifestée. Cette période dure de 6 mois à un an.

Récurrent

La prochaine étape caractérise la récurrence des symptômes de la spondylarthrite aseptique - douleur intense, mouvements difficiles. Généralement, l'apparition de signes répétés est provoquée par des blessures mineures. C'est à ce stade que la maladie est diagnostiquée et qu'un traitement approprié est prescrit.

Repos au lit et fixation

Le traitement de la spondylarthrite aseptique commence par la recommandation au patient de rester au repos - repos au lit avec un minimum de mouvements. Il est nécessaire que le patient soit allongé sur un lit de dureté moyenne, tandis qu’à la formation de spondylarthrite, il convient d’appliquer un oreiller ou un rouleau. De plus, en position couchée ou en mouvement, le patient doit porter un corset ou un bandage, ce qui permettra de réparer l’endroit touché et de ralentir les processus de destruction dans les os de la colonne vertébrale.

Traitement médicamenteux

Le traitement de la spondylarthrite aseptique ne se limite pas au repos au lit avec un corset. Un certain nombre de médicaments sont prescrits au patient pour réduire la douleur, soulager l’inflammation et faciliter les mouvements. Tout d’abord, il s’agit de médicaments du groupe des stéroïdes. Cependant, si leur action ne donne pas les résultats appropriés, le traitement peut être poursuivi avec des préparations de corticostéroïdes ou de méthotrexate. En plus de ces médicaments, le médecin prescrit des antibiotiques, qui ont un effet local sur les zones du dos touchées et soulagent toute inflammation.

Exercise, thérapie et massages

Pour le traitement de la spondylarthrite aseptique, le patient ne doit pas négliger la gymnastique médicale. Cependant, il convient de noter que les exercices ne doivent pas être associés aux pentes, ils doivent également être tranchants. Certains experts dans le traitement des maladies recommandent une thérapie manuelle. Un massage du dos est également très efficace pour traiter la maladie susmentionnée; il devrait à nouveau être effectué par des professionnels sous une forme douce.

Intervention chirurgicale

Si la spondylarthrite aseptique est à un stade avancé, une opération peut être recommandée. Il est impératif qu'une intervention chirurgicale soit nécessaire si la destruction de l'os rachidien a commencé, si des processus inflammatoires purulents sont apparus, ainsi qu'une courbure visible de la colonne vertébrale. L’opération est réalisée à l’aide de micro-outils et d’équipements spéciaux, car des lésions des nerfs et le développement ultérieur de maladies neurologiques, y compris une paralysie, sont possibles.

Types, symptômes et traitement de la spondylarthrite

Spondylite - qu'est-ce que c'est? La maladie est une inflammation des articulations de la colonne intervertébrale; si exactement, la spondylarthrite est une arthrite inflammatoire. En fonction de la gravité du cas clinique, en présence de maladies concomitantes, la spondylarthrite affecte les vertèbres, les organes internes et les articulations des membres supérieurs et inférieurs.

Pourquoi la maladie survient-elle?

Les causes de la spondylarthrite sont associées à la pénétration dans le corps d'une microflore infectieuse pathogène, qui pénètre dans la colonne vertébrale par la circulation sanguine. La présence d'une infection dans le corps n'indique pas que la personne sera définitivement atteinte de la maladie. Les facteurs suivants affectent le développement de la maladie:

  • lésions de la moelle épinière (spondylarthrite traumatique);
  • prédisposition génétique;
  • immunité déprimée.

Le principal type d'agent pathogène responsable de la pathologie est le bacille de la tuberculose. E. coli, Staphylococcus aureus, typhoïde, streptocoque, syphilis sont d'autres types d'infection qui provoquent une inflammation des vertèbres. Dans de rares cas, la spondylarthrite est provoquée par la présence d’un champignon pathogène dans le corps - une maladie rhumatoïde.

Si les antécédents d'une personne sont encombrés par des cas de spondylarthrite du proche parent, il est probable que lorsqu'un agent pathogène pathogène pénètre dans le corps, la maladie commence à se développer, beaucoup plus que chez les personnes qui ont subi des processus inflammatoires dans le corps. Dans l'ostéomyélite, une maladie caractérisée par une inflammation de toutes les structures osseuses, une pathologie survient dans la plupart des cas.

Les lésions de la colonne vertébrale provoqueront le développement d'une spondylarthrite dans les cas où elles endommageront les vertèbres et les tissus mous, entraînant une nécrose, mais le traitement ne sera pas effectué à temps. Le plus souvent, la spondylarthrite traumatique affecte le bas du dos. Les fonctions de protection réduites du système immunitaire, l'une des causes du développement de la maladie - ce facteur survient après avoir souffert de graves maladies purulentes ou infectieuses.

La spondylite se développe sur le fond des foyers purulents du corps. Dans ce cas, il se produit une spondylite purulente dont le tableau clinique est aggravé par des signes de lésion dus au processus pathologique d'un organe interne. Pour que la spondylarthrite purulente se développe, le patient doit avoir un système immunitaire affaibli.

Comment se manifeste la maladie?

Les symptômes de la maladie peuvent varier en fonction de la partie de la colonne vertébrale responsable d’une inflammation des vertèbres. Le premier signe du développement du processus pathologique est une douleur douloureuse et atroce. Le symptôme est toujours présent, lors d’une activité physique ou lors du levage de lourdes charges, la douleur augmente. Les symptômes généraux sont les suivants:

  • l'incapacité de déplacer la colonne vertébrale;
  • augmentation de la température corporelle (aucun signe si la spondylarthrite n'est pas spécifique);
  • détérioration de l'état général;
  • sentiment constant de faiblesse;
  • des frissons;
  • rougeur de la peau au site d'inflammation;
  • engourdissement;
  • la paralysie;
  • sensibilité réduite;
  • spasmes musculaires;
  • mauvaise posture.

Spondylite - une maladie qui conduit à une perturbation des organes internes. Si une spondylite de la colonne lombaire se produit, la douleur se propage aux membres inférieurs, la démarche de la personne change, des problèmes de fonctionnement des organes du système génito-urinaire.

La présence de bactéries tuberculeuses dans le corps du système immunitaire affaibli provoque souvent une spondylarthrite cervicale. Le type tuberculeux de la maladie s'accompagne de la formation de foyers purulents, la paralysie peut survenir sans traitement rapide, une bosse commence souvent à se former chez les patients porteurs de ce diagnostic.

La spondylarthrite aseptique de la colonne vertébrale, résultant de lésions de la colonne vertébrale, est caractérisée par l’alternance de signes prononcés de la maladie avec une période d’absence de tableau symptomatique. Le danger de cette espèce est que, en l'absence de signes marqués, le processus inflammatoire des colonnes vertébrales continue à se développer et que, lorsque le patient a une rechute, la maladie est déjà aggravée.

Types de pathologie

La maladie est divisée en types, en fonction des causes du processus inflammatoire dans la colonne vertébrale. Chaque type de spondylarthrite a sa propre image symptomatique et sa durée. Les types de maladie sont les suivants:

La spondylarthrite ankylosante (ou déformante) survient le plus souvent (code CIM-10 - M45). Les premiers signes de maladie sont la douleur et la raideur de la colonne vertébrale. L'inflammation s'étend au sacrum, à la ceinture scapulaire et aux articulations de la cuisse. Les espèces ankylosantes sont principalement présentes chez les personnes jeunes. En plus des douleurs aux articulations, l'irritabilité est accrue, la fatigue est constante et la sensation de malaise ressentie dans tout le corps.

Spondylarthrite cervicale - l'inflammation se produit sur les articulations de la colonne cervicale. La douleur est ressentie dans les épaules et la clavicule. Un patient avec un tel diagnostic ne peut pas bouger son cou normalement, une faiblesse des muscles des membres supérieurs se produit.

La maladie lombaire est une spondylarthrite lombaire. Les signes d'inflammation s'étendent jusqu'aux membres inférieurs et aux cuisses. Avec l'aggravation de la maladie, le fonctionnement du système urogénital est perturbé.

La spondylarthrite psoriasique est due au psoriasis. Les symptômes de la maladie varient en fonction de la partie de la colonne vertébrale touchée. La spondylarthrite psoriasique de la colonne thoracique provoque une sensation d'engourdissement dans les membres supérieurs, des évanouissements se produisent souvent, un essoufflement apparaît. Les symptômes communs de ce type de maladie incluent la conjonctivite fréquente, la raideur articulaire, un engourdissement des membres, un gonflement grave des tissus mous, une tendinite se développent.

La spondylarthrite réactive est la maladie de Reiter. Caractérisé par le développement de l'inflammation dans les articulations. La cause du type réactif de la maladie est la présence d’une infection dans le corps. La maladie infectieuse se produit en présence d'une microflore pathogène dans le tractus gastro-intestinal ou le système urinaire.

Axial est appelé spondylarthrite. Elle n’a pas de tableau symptomatique prononcé et est difficile à diagnostiquer par rayons X. Le type axial de la maladie s'appelle spondyloarthrite pré-rayons X.

Comment est le diagnostic de la maladie?

La spondylite, dont le traitement doit être urgent, nécessite tout d'abord un diagnostic approfondi. Il est important non seulement de détecter la maladie, mais également de déterminer la cause du processus inflammatoire dans la colonne vertébrale.

Diagnostic de la pathologie comprend la livraison de l'analyse biochimique du sang, l'examen de l'urine du patient. Afin de déterminer la cause du développement du processus inflammatoire et d'obtenir un tableau général de l'état de santé, une analyse de la concentration de sucre dans le corps est effectuée. Tests médicaux supplémentaires - protéinogramme, analyse cytologique (diagnostic des fistules).

Techniques de diagnostic instrumentales. La radiographie de la colonne vertébrale aide à identifier quelle partie du processus inflammatoire de la colonne vertébrale se produit. Pour déterminer la présence ou l'absence de complications, le patient est dirigé vers le passage de l'imagerie par résonance magnétique et de la tomographie par ordinateur. Afin de déterminer la nature et l'étendue du processus pathologique, une biopsie des tissus mous est réalisée. Une biopsie est effectuée plusieurs fois pendant toute la durée du traitement afin de suivre la dynamique positive du traitement prescrit.

Des méthodes de diagnostic supplémentaires sont prescrites individuellement par le médecin traitant, en fonction du tableau symptomatique. Sur la base de quelle partie de la colonne vertébrale se concentre le processus inflammatoire, le patient est envoyé pour une échographie des organes internes.

Quel est le traitement prescrit?

Dans les premiers stades de la spondylarthrite spinale, le traitement est conservateur. On prescrit au patient des médicaments non spécifiques visant à arrêter le tableau symptomatique. Des inhibiteurs non stéroïdiens sont prescrits pour inhiber le processus inflammatoire. Ces médicaments normalisent rapidement la température corporelle et réduisent l'intensité du symptôme de douleur. La durée du traitement varie en fonction du type de spondylarthrite et de la gravité du cas clinique.

Les préparations du groupe des corticostéroïdes sont prescrites en association avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (seuls, les corticostéroïdes ne donnent pas de résultat positif pour le traitement de la spondylarthrite). Ce groupe de médicaments est assigné à améliorer l'efficacité des agents non stéroïdiens, contribue à la récupération rapide et à la restauration des fonctions de la colonne vertébrale. Pour normaliser l'état général du corps et soulager les symptômes d'intoxication de l'activité vitale de la microflore infectieuse pathogène, une solution de glucose et une solution saline sont prescrites.

Avant de traiter la spondylarthrite, il est nécessaire de passer un test sanguin pour identifier le type de microflore pathogène qui a provoqué une inflammation. Cela aidera le médecin à choisir un antibiotique efficace qui supprimera rapidement la reproduction et la croissance de la flore pathogène.

Le traitement conservateur comprend la physiothérapie, dont les procédures sont prescrites par le médecin sur une base individuelle. La thermothérapie est prescrite pour soulager les spasmes musculaires et la douleur. Exercices de thérapie physique aident:

  • maintenir le tonus musculaire nécessaire du dos;
  • faciliter l'état général du patient;
  • développer des articulations, réduisant la manifestation de leur ossification.

Avec un fort gonflement des tissus mous, la phonophorèse est réalisée à l'aide d'hydrocortisone.

En l'absence de dynamique positive du traitement conservateur, en cas de complications dues au fonctionnement des organes internes, le traitement de la maladie est effectué par voie chirurgicale. L’essentiel de l’opération consiste à nettoyer le pus des vertèbres endommagées par une inflammation. Si nécessaire, la résection d’une partie de la colonne vertébrale est réalisée avec l’installation ultérieure d’une prothèse spéciale. En cas de traitement chirurgical de la spondylarthrite, le patient attend une période de rééducation dont la durée varie de quelques mois à un an en fonction de la gravité du cas clinique.

Mesures de prévention de la pathologie

La spondylite est une maladie grave de la colonne vertébrale qui, sans traitement rapide, peut entraîner des complications telles que la septicémie, la parésie, la paralysie. Souvent, sur fond de spondylarthrite, une insuffisance respiratoire ou cardiaque se développe et, en cas de spondylarthrite cervicale, l'état de fonctionnement et le fonctionnement des organes de vision sont possibles.

Les mesures préventives sont simples. Il est nécessaire de protéger la colonne vertébrale de toute blessure, de traiter rapidement les maladies infectieuses, de surveiller le système immunitaire. Cela est particulièrement vrai chez les personnes dont les antécédents sont marqués par une prédisposition héréditaire à la spondylarthrite et à d'autres maladies de la colonne vertébrale. Un mode de vie actif réduit le risque de contracter la maladie - exercice régulier, nutrition appropriée.

Spondylite - une maladie qui se présente sous une forme chronique. Après le traitement du premier cas d'inflammation de la colonne vertébrale, toutes les recommandations médicales doivent être suivies. Aide à réduire le risque de récurrence d'un traitement de spa annuel. Même si les symptômes de la maladie sont absents pendant une période prolongée, cela ne garantit pas que la maladie a reculé. Il est obligatoire de se soumettre régulièrement à un examen médical pour identifier l’état de la colonne vertébrale.

Sources: http://moyaspina.ru/bolezni/spondilit-poyasnichnogo-otdela-pozvonochnika, http://spina-bolit.ru/drugie-zabolevaniya/asepticheskij-spondilit-pozvonochnika.html, http://ortocure.ru/ pozvonochnik / spondilit / chto-eto-takoe.html

Tirer des conclusions

Nous avons mené une enquête, examiné plusieurs matériaux et, plus important encore, vérifié la plupart des remèdes contre le dos. Le verdict est le suivant:

Tous les médicaments n’ont donné qu’un résultat temporaire, dès que le traitement a été arrêté, la douleur est revenue immédiatement.

Souviens toi! Il n'y a AUCUN MOYEN qui vous aide à guérir votre dos si vous n'appliquez pas de traitement complexe: régime alimentaire, régime, exercice, etc.

Les remèdes à la mode pour les douleurs au dos et aux articulations, qui regorge d’Internet tout entier, n’ont pas non plus donné de résultats. Il s’est avéré que tout cela est une tromperie des spécialistes du marketing qui gagnent d’énormes sommes d’argent sur le fait que leur publicité vous mène.

Le seul médicament qui a donné des résultats significatifs
le résultat est chondrexyl

Vous vous demandez pourquoi toutes les personnes qui souffrent de maux de dos en un instant ne s'en sont pas débarrassées?

La réponse est simple, Hondreksil n'est pas vendu dans les pharmacies et n'est pas annoncé sur Internet. Et s’ils annoncent, c’est un FAUX.

Il y a de bonnes nouvelles, nous sommes allés chez les fabricants et partageons avec vous un lien vers le site officiel Hondreksil. Soit dit en passant, les fabricants ne cherchent pas à tirer profit en public des douleurs au dos ou aux articulations: pour une promotion, chaque résident de la Fédération de Russie et de la CEI peut recevoir GRATUITEMENT un paquet du médicament!